Life

Mon job est de faire peur aux gens

« Il arrive que quelqu’un se pisse littéralement dessus. C'est une victoire pour moi. »
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, France
30.10.20
P1010038 (FILEminimizer)
Toutes les photos sont publiées avec l'aimable autorisation de Sergio Moral

Depuis 16 ans, Sergio Moral terrorise les visiteurs dans les maisons hantées, les escape rooms et autres événements privés. Il nous a expliqué en quoi consistait son travail exactement.

VICE : Salut, Sergio. Comment as-tu commencé ta carrière ?
Sergio Moral : Un jour, je suis allé à la maison hantée du parc d'attractions de Madrid. Cet endroit m’a tout de suite fasciné. Souvent, j'attendais de voir la réaction des gens quand ils sortaient. En tant que passionné d'horreur, je rêvais d’y travailler, j'ai donc demandé au personnel s’ils cherchaient un acteur effrayant. Le directeur m'a dit qu'il avait justement un poste à pourvoir et m'a fais passer un entretien sur le champ. J'ai commencé la semaine suivante, en pensant que ce serait temporaire mais, croyez-le ou non, cela fait 16 ans.

Quels sont les personnages que tu as préféré jouer ?
J'ai incarné beaucoup de personnages : des fous, des médecins, des zombies, des bossus, des moines, des clowns tueurs, des agents d’entretien… Mais je dois dire que rien n'effraie plus les gens qu'un bon vieux Freddy Krueger ou une fillette possédée.

Sergio Moral lors d’une de ses performances.

Sergio Moral lors d’une de ses performances.

As-tu déjà perdu ta voix à force de crier ?
Le premier jour, j'ai eu une extinction de voix au bout de dix minutes seulement. Il faut faire très attention à sa voix et à son niveau d'énergie.

Quel est ton secret pour effrayer les gens ?
Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de suggestion. C'est ce que les gens ne peuvent pas voir, ce qu'ils ne peuvent qu'imaginer, qui les effraie le plus. Avec le bon décor, des bruits dérangeants et une narration immersive, on ne peut pas se tromper. 

Y a-t-il une catégorie de personnes qui a plus facilement peur que d'autres ?
La peur et la paranoïa ne font pas de discrimination. Certaines personnes font preuve d'arrogance, mais ne trompent personne. Parfois, les adolescents arrivent déjà en panique, mais il y a aussi des types baraqués qui craquent facilement et qui passent un mauvais moment.

Quelle est la réaction la plus extrême que tu aies vue ?
J'ai vu plus d'une personne s'évanouir, avoir une crise de panique ou une réaction violente, mais il arrive aussi que quelqu’un se pisse littéralement dessus. C'est une victoire pour moi. Si quelqu'un tombe dans les pommes ou se fait pipi dessus, ça veut dire que j'ai bien fait mon travail.

Sergio foutant la trouille aux gens avec sa tronçonneuse.

Sergio foutant la trouille aux gens avec sa tronçonneuse.

Quels sont les bons et les mauvais côtés de ton travail ?
Les avantages, c’est que je fais quelque chose qui me passionne, que je joue une personne différente chaque jour, qu’un public vient me voir et que parfois on m’applaudit ou on me complimente. C'est très gratifiant. 

Les inconvénients, c'est que je passe beaucoup de temps dans le noir et parfois il fait très chaud. Selon le personnage que je joue, les choses peuvent devenir ennuyeuses après un certain temps. Je travaille aussi les jours fériés.

Est-ce que ça paie bien ?
Ça dépend. Lors d'un événement privé, je peux gagner entre 150 et 200 euros pour quelques heures de travail. Mais dans les parcs d'attractions, je ne gagne que quatre à neuf euros de l'heure.

Crois-tu aux fantômes ?
J'essaie d'être objectif, mais je pense qu'il y a quelque chose. Je suis sûr que si un médium venait dans une de nos maisons hantées, il deviendrait fou. Je pense que les maisons hantées sont un bon endroit pour contacter l’au-delà.

Merci, Sergio.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook