société

Une entreprise teste la semaine de quatre jours, et c’est un succès

Mon rêve d’avoir de longs week-ends à l’infini se réalisera peut-être un jour.
20.7.18

Au mois de mars dernier, une compagnie néo-zélandaise de 240 employés s’est donné le défi de réduire la semaine de travail à quatre jours sans allonger les journées restantes ni diminuer les salaires.

Résultat : « La semaine de quatre jours, c’est faisable », a déclaré cette semaine Andrew Barnes, fondateur de l’entreprise, Perpetual Guardian, dans un communiqué. L’équipe de direction « n’a perçu aucune baisse de la performance de travail ».

Publicité

Au terme d’une période d’essai de huit semaines, on observe que non seulement la même quantité de travail a été abattue en moins de temps, mais que les employés étaient plus heureux.

L’entreprise a fait affaire avec deux chercheurs pour évaluer le succès de l’essai : Helen Delaney de l’école de commerce de l’Université d’Auckland, chargée de faire la recherche qualitative, et le professeur Jarrod Haar de l’Université de technologie d’Auckland, chargé de la recherche quantitative.

Bonheur des employés

« Honnêtement, je ne peux m’imaginer quelque chose de mieux. Un jour de congé de plus pour se recentrer sur soi, c’est ce dont tout le monde a besoin. Le travail devrait toujours être secondaire. C’est comme ça que je me suis senti », affirme un des employés, cité dans l’étude.

Plusieurs employés ont rapporté avec grand enthousiasme que le temps libre supplémentaire avait nourri un nouvel élan pour des passe-temps, soit nouveaux, soit délaissés par manque de temps, comme le golf, la pâtisserie, le conditionnement physique ou la marche.

On évoque aussi l’idée d’avoir un week-end de meilleure qualité : une journée libre en semaine permettait de se débarrasser des tâches ménagères, courses et autres affaires ennuyeuses, pour garder le temps de qualité pour la fin de semaine. On souligne par le fait même le bonheur d’avoir du temps pour soi-même et pour ses proches.

Au fil des huit semaines d’essai, le stress ressenti par les employés a diminué de 7 %, tandis que la satisfaction par rapport à leur temps libre et à leur vie en général a augmenté de 11 % et de 5 % respectivement.

Publicité

Nouvelle efficacité

« En prenant un jour de congé au milieu de la semaine, je me sens énergisé et revigoré quand je reviens pour les deux derniers jours, prêt à faire mon travail! » dit un autre employé.

Le repos supplémentaire semble donner aux employés une envie plus forte de passer à l’attaque. Les superviseurs ont noté qu’ils étaient plus ponctuels, plus prompts à aller au-delà de leur description de tâche et généralement plus créatifs, et qu’ils offraient un meilleur service à la clientèle.

On y voit une sorte de retour d’ascenseur : les employés sentent qu’on leur fait une faveur et ils sont prêts à donner en retour.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Défis en temps réduit

Même si le consensus est largement positif, on note que le modèle n’est pas parfait. La gestion du temps était parfois plus difficile, puisque les employés avaient des congés à des moments différents au cours de la semaine.

Ça a posé des défis de coordination, surtout dans les plus petites équipes qui devaient compenser les absences. Quelques personnes ont aussi rapporté être plus stressées avant de partir en congé et devoir travailler de plus longues heures le reste de la semaine.

Mais, avec ces résultats en grande partie encourageants, le fondateur de la compagnie a indiqué qu’il travaillait avec son conseil d’administration ainsi qu’avec le service des ressources humaines pour voir de quelle manière il serait possible d’instaurer la semaine de quatre jours au sein de l’entreprise pour de bon.

Justine de l'Église est sur Twitter.