actualités

Jaggi Singh arrêté parce qu’il a dit à la police de Québec qu’il s’appelait « Michel Goulet »

Ailier gauche, c’est « left wing » en anglais. LOL.
29.8.17

Le militant de longue date Jaggi Singh a été arrêté à nouveau mardi en lien avec la manifestation contre le racisme du 20 août dernier. Des accusations d'entrave et de supposition de personne seront portées contre l'activiste, qui a refusé de s'identifier à la demande des policiers, affirmant plutôt qu'il se nommait « Michel Goulet, ancien ailier gauche pour les Nordiques ».

« Lorsqu'on arrête une personne, la personne doit donner son vrai nom, sinon, il est en infraction », explique le sergent Étienne Doyon du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Publicité

Jaggi Singh a été arrêté une première fois pour entrave au travail des policiers après s'être débattu vigoureusement. Il était alors à la tête d'une manifestation contre la tenue d'une marche organisée par le groupe ultranationaliste La Meute. À quelques centimètres de la ligne formée par l'escouade antiémeute de la police de Québec, c'était lui qui scandait les slogans à l'aide d'un porte-voix. Moins d'une heure plus tard, il était libéré sans aucune accusation.

« Après mon arrestation à la contre-manif aux racistes de La Meute, j'ai été détenu pour 30 à 45 minutes, et finalement relâché sans accusation criminelle (possibilité d'une contravention par la poste), a-t-il alors écrit sur Facebook. J'ai refusé de m'identifier, alors je ne sais pas à quelle adresse la police de Québec va envoyer leur ticket (puis, quand ils m'ont demandé mon identité à maintes reprises, je suis un amateur du hockey, alors j'ai finalement dit : "Michel Goulet, ancien ailier gauche pour les Nordiques; adresse : Le Colisée!"). »

Ce n'est pas la première fois que le militant a affaire aux policiers de Québec. En 2001, il est arrêté au Sommet des Amériques pour port d'arme illégal après s'être servi d'une catapulte destinée à projeter des oursons en peluche.

Le SPVQ souligne que l'enquête est toujours en cours et que d'autres arrestations sont à prévoir en lien avec cette manifestation.

Jaggi Singh comparaîtra à la cour municipale de Québec, le 30 août à 13 h 30.

Suivez Simon Coutu sur Twitter .