Photo

Victime de violences sexuelles, Sarah Bahbah photographie la résilience

« Quand j'étais enfant, tout ceci était un secret »

par Kara Weisenstein; traduit par Nazanine Sadeghi
27 Juin 2018, 10:55am

Images publiées avec l'aimable autorisation de Sarah Bahbah

Vous avez déjà croisé les photos de Sarah Bahbah : elles sont taillées pour Internet. Une image aux couleurs saturées, une jeune fille terriblement lasse, et une légende désabusée, Bahbah sait capter à merveille l'angoisse de ce millénaire. Sur son compte Instagram, elle vient de poster une nouvelle série, I Could Not Protect Her, qui nous a interpellée. Le ton est plus sombre, les émotions sont plus intenses, le drame affleure.

Ces images révèle le combat mené par Sarah Bahbah elle-même : « Pendant longtemps, j'ai eu l'impression de traverser la vie en niant mon identité », confie-t-elle à VICE. « En refoulant mon traumatisme, je réprimais mon être, je ne vivais pas, je ne ressentais pas. J'étais enchaînée à la souffrance, cette souffrance que j'ai ressentie à la suite d'abus sexuels dans l'enfance. Maintenant je guéris, et quand je guéris, je crée. » I could not protect her entend ainsi libérer la parole des victimes d'abus sexuels, « trop peu de gens en parlent, et c'est pourtant très réel », déplore Sarah.



Sarah a longtemps nié son traumatisme. « Quand j'étais enfant, tout ceci était "un secret". J'étais constamment réduite au silence. On me manipulait, on me disait que j'étais la préférée, que je ne devais le dire à personne », a-t-elle déclaré dans une interview à TeenVogue.

Et puis, un jour Sarah a libéré sa souffrance. C'était à Paris, lors d'un séjour qu'elle a baptisé par la suite « La Grande Dépression ». Une nuit, il y eut une coupure d'électricité dans l'hôtel. Elle avait l'impression de perdre l'équilibre, elle était seule dans sa chambre, rien pour la distraire de ses pensées. Alors elle a écrit un poème, et plus tard elle l'a diffusé en direct sur Instagram. « J'ai pleuré pendant des heures. Et cette libération de la souffrance a également pris forme à travers ce poème : les vers sortaient de manière incontrôlable, comme mes larmes. »

Plus de photos de la série I could not protect her :