Food by VICE

Avec l'activiste qui aide les trans à bosser dans des fast-foods

« Il est important de montrer à la communauté que les personnes transgenres peuvent travailler n'importe où comme tout le monde. »

par Eva Verbeeck and Robert Carr
29 Septembre 2017, 8:49am

Quand on pense à l'égalité des sexes dans le monde du travail, la restauration rapide n'est pas le premier secteur qui vient à l'esprit. Michaela Mendelsohn s'est pourtant lancé le défi de changer cet état de fait.

Activiste transgenre et PDG de Pollo West Corp., la plus grande franchise d'El Pollo Loco en Californie du Sud. Dans les six adresses de Los Angeles, 40 de ses employés sont trans. 25 % d'entre eux ont des postes de managers.

LIRE AUSSI : Poké Ball tragique à Burger King, deux morts

Michaela Mendelsohn. Toutes les photos sont d'Eva Verbeeck et de Robert Carr.

« J'ai passé 50 ans de ma vie à jouer le businessman carriériste et macho », concède Mendelsohn. « J'avais fait un tel travail de vernis qu'il m'a fallu plusieurs années pour comprendre qui était vraiment cette personne en moi. Me débarrasser de ce revêtement n'était plus un choix ».

Sa transition n'a pas été facile, mais une fois qu'elle et sa famille ont accepté sa nouvelle identité, elle s'est rendu compte qu'elle pouvait utiliser sa position dans l'industrie de la restauration rapide pour aider les autres.

Depuis, Mendelsohn œuvre régulièrement à la création d'opportunités de taf pour la communauté trans. Elle a même fondé une organisation à but non lucratif appelée Trans Can Work (« Les trans peuvent travailler ») qui a aidé plus de 50 personnes à obtenir des emplois.

Elle est également active auprès de la California Restaurant Association et tente de convaincre d'autres membres à monter à bord du train de l'intégration de tous les sexes. Mendelsohn tente aussi de faire passer un nouveau projet de loi en Californie qui rendrait obligatoire les formations à l'inclusion dans toutes les entreprises.

Jessie.

« Quand je travaille ici, je me sens considérée comme un être humain », raconte Jessie, directrice du restaurant El Pollo Loco situé dans le quartier de Harvard Heights à Los Angeles. « Je bosse ici depuis un an et deux mois. Je me sens libre ». Durant ses boulots précédents, Jessie a dû faire face à des abus physiques et psychologiques en raison de son identité sexuelle. Une fois, elle a même été poignardée sur son lieu de travail.

Même si elle a traversé des moments particulièrement hardcore, elle ne s'est jamais laissée submerger. « Il est important de montrer à la communauté que les personnes transgenres peuvent travailler dans un endroit normal et qu'elles sont dures à la tâche. »

Angela.

Angela est une recrue plus récente dans la team El Pollo Loco. Mais son histoire est unique. « J'ai vécu à Oaxaca, au Mexique jusqu'à l'âge de 12 ans. C'est l'un des rares endroits au Mexique où il y a vraiment trois genres. C'est quelque chose de normal pour nous ».

Elle a connu des moments difficiles aux États-Unis, mais elle n'aime pas trop s'épancher à ce sujet. « J'adore travailler ici ! J'ai beaucoup de clients réguliers parce que je suis super sympa avec tout le monde. Nous avons un vrai sens de la communauté ici et nos clients le ressentent. »

LIRE AUSSI : Pourquoi les fast-foods attirent autant les bastons

Même si la franchise de Mendelsohn connaît un vrai succès, elle a vite réalisé qu'il y avait encore pas mal de travail à faire pour rendre l'industrie de la restauration rapide plus équitable. « Les grandes entreprises commencent à former les gens correctement, mais elles ne possèdent qu'une petite partie des magasins », confie-t-elle.

« On a besoin de gens comme nous pour aller bosser auprès des franchisés et les convaincre de rejoindre le mouvement. On espère vraiment qu'il sera national. Et n'importe quelle chaîne est la bienvenue. »