Publicité
FRANCE

Recrudescence des infections sexuellement transmissibles en France

En revanche, le nombre de découvertes de séropositivité VIH reste stable dans le pays — autour de 6 000 nouveaux cas par an.

par VICE News
29 Novembre 2016, 12:15pm

Dans une usine de préservatifs en Malaisie. REUTERS/Bazuki Muhammad

En amont de la journée mondiale de lutte contre le sida, l'agence française de santé publique (Santé publique France) alerte sur la progression inquiétante du nombre d'infections sexuellement transmissibles (IST) en France, alors que le nombre de découvertes de séropositivité VIH reste stable dans le pays — autour de 6 000 nouveaux cas par an.

Le nombre d'IST (notamment syphilis précoces, infections à gonocoque ou LGV rectales) a continué d'augmenter en 2015, principalement chez les HSH (le sigle utilisé par l'Organisation mondiale de la santé pour désigner les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes).

Au sein de cette population, les infections par le gonocoque ont augmenté de 100 pour cent par rapport à 2013, alors que les cas de syphilis ont progressé de 56 pour cent dans le même temps et que les infections bactériennes rectales (les « LGV ») ont augmenté de 47 pour cent.

Cette augmentation est due à « une augmentation des pratiques à risque » estiment les chercheurs de Santé publique France — comme par exemple la non-utilisation du préservatif.

Proportionnellement à la population totale, les HSH sont les plus touchés par les IST bactériennes et le VIH. En 2015, 2 600 HSH ont découvert leur séropositivité VIH — soit 43 pour cent de l'ensemble des nouveaux cas apparus en 2015.

Au sein de cette catégorie, les HSH de plus de 50 ans ont vu le nombre de découverte de séropositivité être multiplié par 1,3 par rapport à 2011. Chez les HSH âgés de 15 à 24 ans, le nombre de découvertes de séropositivité avait presque triplé (x 2,7) entre 2003 et 2012, mais depuis trois ans il s'est stabilisé autour de 400 nouveaux cas par an.

Chez les hétérosexuels, on comptabilise 3 200 nouvelles découvertes de séropositivité VIH en 2015 — un nombre qui continue de diminuer. Les personnes nées à l'étranger représentent la majorité de ces nouvelles découvertes (2 300 personnes), dont 75 pour cent sont nées en Afrique subsaharienne et 60 pour cent sont des femmes.

Environ un tiers de ces personnes hétérosexuelles nées à l'étranger et séropositives auraient été contaminées en France, indique le rapport. En effet, 31 pour cent des séropositifs nés en Afrique subsaharienne et dépistés en France étaient infectés par un VIH-1 de sous-type B — une couche virale qui est « quasiment absente du continent africain », précise-t-on dans le rapport.

Ainsi, sur l'ensemble de la population hétérosexuelle, 900 personnes nées en France ont découvert leur séropositivité en 2015. Près de 36 pour cent d'entre elles ont plus de 50 ans. La majorité de ces nouvelles découvertes concernent des hommes (57 pour cent).

Au niveau national, le rapport précise que le nombre de nouveaux cas d'infections par le VIH est de 89 par million d'habitants. Ce taux est bien plus élevé en Guyane (743 par million d'habitants), en Guadeloupe et en Martinique. En métropole, ce sont l'Île de France, la région PACA et le Centre-Val de Loire qui affichent les taux les plus élevés. La région la moins touchée de France est la Corse avec 15 cas d'infections par million d'habitants.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR