Mr. Karim, le jeune hacker canadien de Yahoo, va rester en prison

Selon un juge canadien, Karim Baratov risquerait de s'échapper vers un autre pays s'il est libéré sous caution en attendant sa potentielle extradition vers les États-Unis.

|
12 avril 2017, 2:20pm

Photo via Facebook

Un jeune Canadien accusé d'avoir participé au piratage de grande envergure de Yahoo! va rester derrière les barreaux jusqu'à son audience qui va décider de sa potentielle extradition vers les États-Unis.

Un juge d'Hamilton dans l'Ontario a refusé la libération sous caution de Karim Baratov ce mardi, estimant que sa libération posait trop de risques.

« Pourquoi est-ce qu'il resterait ici sagement ? » s'est demandé le juge Alan Whitten dans le compte rendu écrit de sa décision.

« Baratov risque de s'envoler vers un autre pays, » a ajouté le juge. « Il pourrait accéder instantanément aux fonds nécessaires... Il pourrait fuir vers n'importe quel pays du monde. »

Baratov, âgé de 22 ans, a été arrêté le mois dernier dans sa maison d'Hamilton, accusé d'avoir aidé des officiers des renseignements russes à « avoir accès à des comptes individuels chez Google et d'autres fournisseurs (mais pas Yahoo!) » et d'avoir reçu une prime pour leur avoir fourni les mots de passe des comptes, d'après son acte d'accusation. Parmi les autres suspects, on retrouve Alexsey Belan, un célèbre hacker, qui est recherché par les États-Unis depuis près de quatre ans.

Les procureurs canadiens ont évoqué le cas de Belan lors de l'audience de demande de libération sous caution de Baratov. Ils ont ainsi indiqué que le présumé co-conspirateur était toujours en cavale, alors que le FBI et Interpol sont à ses trousses depuis 2013. À l'époque, Belan ne s'était pas présenté au tribunal, en Grèce, après avoir payé sa caution.

À lire : Qui est Mr. Karim, le jeune Canadien derrière le piratage de Yahoo ?

Les informations récupérées lors du piratage auraient ensuite été utilisées pour pirater les comptes de plusieurs leaders politiques et de grands patrons en Russie et aux États-Unis.

Les accusations qui pèsent sur Baratov concernent une petite portion des milliers de comptes compromis par le piratage de grande envergure, sans doute orchestré par les services de renseignement russes. D'après la justice canadienne, les cibles de Baratov étaient des officiels du gouvernement russe et des forces de l'ordre.

« Il est accusé d'être l'un des membres de l'organisation criminelle à avoir personnellement mené les activités de piratage, récoltant de nombreuses informations personnelles et confidentielles, dont des mots de passe et des détails sur l'identité des personnes ciblées, afin de les fournir aux renseignements russes, » a écrit la procureure Heather Graham dans des documents révélés par le National Post.

Baratov risque 30 ans de prison, s'il est extradé et reconnu coupable des trois chefs d'accusation qui pèsent sur lui.

Whitten n'a pas été convaincu par l'offre des parents de Baratov qui avaient proposé de le maintenir à l'écart des ordinateurs et de lui imposer une surveillance électronique. Le juge a estimé que les parents du jeune homme ne pouvaient pas garder un oeil sur lui.

« Les parents ont fermé les yeux sur les activités de leur fils sur Internet, et ont bénéficié en retour de sa contribution financière, » a écrit le juge.

Lors de son arrestation, les forces de l'ordre ont retrouvé 30 000 dollars en espèce chez lui et 9 000 dollars dans son portefeuille, d'après Heather Graham. Plus de 210 000 dollars ont été déposés sur son compte PayPal entre 2013 et 2016, et il aurait gagné 210 000 autres dollars en Webmoney, une monnaie électronique russe, d'après le Département de la Justice américain.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR

Plus de VICE
Chaînes de VICE