Crime

Selon cet homme, si Trump peut agresser une femme, lui aussi peut le faire

Bruce Alexander aurait touché la poitrine d’une femme à bord d’un vol et se serait défendu en invoquant les propos du président Trump, selon un rapport du FBI.
A Southwest Airlines plane; Trump with Duterte

Un gouvernement légitime devrait, dans le meilleur des cas, servir de boussole morale. Il devrait nous inciter à devenir meilleurs : pour nous-mêmes, mais aussi pour notre communauté et notre patrie. Lorsque Donald Trump a été élu président des États-Unis en 2016, quelques mois après qu’une vidéo de lui affirmant qu’il saisit les femmes par leurs parties génitales, plusieurs se sont inquiétés que son attitude envers les femmes devienne la norme.

Publicité

On en a maintenant la preuve : la semaine dernière, un homme a agressé sexuellement une femme, parce que le président des États-Unis, Donald Trump, a normalisé ce genre d’acte.

Dans un vol de Southwest Airlines, en partance de Houston, au Texas, à destination d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique, une dame qui était endormie a senti des doigts glisser le long de la ligne de son soutien-gorge et a d’abord cru que c’était un accident anodin. Environ 30 minutes plus tard, la femme a une fois de plus senti une main la toucher, cette fois-ci l’attrapant par le bras avant de lui tâter la poitrine.

Cette main baladeuse était celle de Bruce Alexander, un homme de 49 ans, qui était assis derrière la plaignante. La dame, qui préfère préserver son anonymat, s’est aussitôt levée et a demandé à l’équipage de bord de changer de siège, après avoir réprimandé Alexander.

D’après un rapport déposé par le FBI lundi, « après avoir été menotté, M. Alexander a demandé quelle était la peine pour l’accusation pour laquelle il était arrêté. Plus tard, dans le véhicule, il a déclaré que le président des États-Unis avait dit qu’il est acceptable de saisir les femmes par leurs parties privées.»

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Le commentaire de Trump auquel l’homme faisait référence date de 2005 : le président affirmait que, lorsqu’un homme est célèbre, il peut faire ce qu’il veut avec les femmes, « même les saisir par la chatte ». Trump a depuis déclaré que ce n’était que des « plaisanteries de vestiaire », mais beaucoup de gens peinent à le croire, vu tous les commentaires incendiaires du président sur les femmes. La semaine dernière, il s’est encore mis les pieds dans les plats en qualifiant Stormy Daniels, l’ex-vedette porno avec qui il aurait trompé sa femme, de « face de cheval ».

Bruce Alexander est présentement en détention fédérale. S’il est reconnu coupable, il fait face à une peine maximale de deux ans de prison et une amende de 250 000$ US.

Billy Eff est sur internet ici et .