Publicité
Motherboard

Le mystérieux « syndrome du nez blanc » tue des millions de chauves-souris

Cette malade a tué environ 5 millions de chauves-souris aux États-Unis au cours de la dernière décennie. Mais les scientifiques ne désespèrent pas de trouver une solution.

par Arielle Duhaime-Ross
05 Mai 2017, 9:24am

Des millions d'animaux morts, une maladie qui dévaste des régiments entiers dans plusieurs États américains et aucune perspective de traitement à l'horizon : voilà les effets du syndrome du nez blanc, qui a tué environ 5 millions de chauves-souris aux États-Unis au cours de la dernière décennie. Mais les scientifiques ne désespèrent pas de trouver une solution.

Les biologistes Tim Carter et Marteen Vonhoff cherchent comment maîtriser le syndrome du nez blanc. Nous les avons rencontrés début avril près de Houghton, dans le Michigan, pour voir où ils en étaient. À l'époque, ils prélevaient des échantillons de chauves-souris – mortes ou – qui avaient hiberné dans une mine, hermétiquement fermée durant l'hiver. Les scientifiques espéraient que les données leur diraient si un composant chimique appliqué sur la moitié des chauves-souris avait aidé les animaux à vaincre la maladie. Pour les chercheurs, les enjeux sont élevés.

« Nous voyons des déclins massifs de population, des taux de mortalité de plus de 80 pour cent dans certains cas, jusqu'à 90 à 95 pour cent des chauves-souris meurent à cause de cette maladie », a déclaré Carter, un scientifique spécialiste de la faune et de la flore à la Ball State University.

Découverte à New York en 2007, le syndrome du nez blanc s'est répandu dans 31 États en seulement dix ans. La plupart de ces États-Unis se situent au Nord-est des États-Unis. Le syndrome tient son nom du fait que les chauves-souris qui l'attrapent, développent une boule blanche et pelucheuse sur leur nez. Mais le premier effet de la maladie reste les lésions qu'elle provoque sur les ailes et la queue des animaux.

Mais ce n'est pas ce qui les tue. En réalité, la maladie altère surtout leur comportement. Au lieu de passer l'hiver à hiberner, les chauves-souris infectées se réveillent et volent. Cela leur fait dépenser plus d'énergie qu'elles ne devraient, dans une période où il n'y a pas assez de nourriture pour les sustenter. Les chauves-souris infectées maigrissent et finissent par mourir de faim.

Le syndrome du nez blanc n'est pas juste mauvais pour les chauves-souris ; c'est aussi un gros problème pour l'économie américaine. Ces animaux mangent plein d'insectes. Ils jouent un rôle crucial dans le contrôle de la peste. Grâce à cela, ces petits mammifères volants permettent aux fermiers américains d'économiser 3,7 milliards de dollars – le coût estimé des cultures abimées s'il y avait davantage d'insectes. Sans eux, les fermiers pourraient perdre des tonnes d'argent. Et vu le déclin des chauves-souris, même si les chercheurs venaient à trouver le remède dès maintenant, les populations mettront beaucoup de temps à se régénérer. « Aujourd'hui, nous en avons pour environ dix ans de nez blancs », a annoncé Carter. « Si nous pouvions nous débarrasser dès maintenant du syndrome avec un coup de baguette magique, cela prendrait plus de 100 ans pour que les chauves-souris reviennent à leur nombre d'il y a dix ans. »

Fin avril, les scientifiques associés à la U.S. Geological Survey ont confirmé que le syndrome du nez blanc avait été détecté dans l'Oklahoma pour la première fois. Selon un porte-parole de l'association Fish and Wildlife, qui s'est exprimé auprès de VICE News, c'est le signe que la maladie gagne l'ouest du pays.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR