Malaisie

Assassinat de Kim Jong-nam : deux femmes inculpées pour meurtre

Les deux femmes suspectées d’avoir assassiné le demi-frère de Kim Jong-un vont être inculpées pour meurtre. Si elles sont déclarées coupables, elles encourent la peine de mort.
28.2.17
L'aéroport de Kuala Lumpur, où Kim Jong-nam a été assassiné. (Sipa USA via AP)

Le procureur malaisien Mohamed Apandi Ali a confirmé ce mardi à l'Associated Press que les deux femmes suspectées d'avoir assassiné Kim Jong-nam — l'Indonésienne Siti Aisyah et la Vietnamienne Doan Thi Huong — vont être inculpées pour meurtre ce mercredi. Si elles sont déclarées coupables, les deux femmes encourent la peine de mort.

Cette nouvelle intervient alors qu'une délégation d'officiels nord-coréens est arrivée ce mardi en Malaisie pour discuter du « développement des relations amicales » entre les deux pays — malgré les tensions nées du meurtre de Nam il y a de ça deux semaines. De nombreux observateurs pensent que l'assassinat résulte d'un ordre passé par le demi-frère de Nam, le leader du pays ermite, Kim Jong-un.

Publicité

Les femmes accusées de meurtre affirment qu'elles pensaient participer à un canular pour une émission de télévision. Cette version des faits est pourtant contredite par la police malaisienne qui a des images des deux suspectes en train de répéter l'attaque dans deux centres commerciaux de Kuala Lumpur.

La délégation nord-coréenne est arrivée dans la capitale malaisienne ce mardi. L'ancien ambassadeur nord-coréen aux Nations unies, Ri Tong-il, fait partie du déplacement. Il estime que la priorité est de rapatrier le corps de Nam en Corée du Nord. Si la Malaisie a confirmé que le corps est bien celui de Nam, la Corée du Nord a refusé d'en faire de même. Les autorités du pays ermite indiquent qu'il s'agit du corps de Kim Chol — le nom inscrit sur le passeport diplomatique que portait Kim Jong-nam.

À lire : Des intrus ont essayé de voler le corps du demi-frère de Kim Jong-un

« Les problèmes liés au rapatriement du corps du citoyen nord-coréen demeurent, tout comme ceux liés à la libération du citoyen nord-coréen détenu par la police, » a déclaré ce mardi Ri Tong-il devant l'ambassade nord-coréenne de Kuala Lumpur.

Cela fait désormais deux semaines que Kim Jong-nam a été tué à Kuala Lumpur par deux femmes qui ont frotté sur son visage un composé chimique mortel appelé VX. Depuis l'attaque, les relations entre le gouvernement nord-coréen et la Malaisie se sont détériorées.

La Corée du Nord accuse la Malaisie de connivence avec la Corée du Sud et les États-Unis, alors que la Malaisie a rappelé son ambassadeur basé à Pyongyang et a demandé à ses citoyens de ne pas se rendre dans le pays.

Publicité

Jusqu'ici la Malaisie a refusé de rendre le corps à la Corée du Nord, malgré les nombreuses demandes nord-coréennes. Les autorités malaisiennes ont déclaré vouloir rendre le corps uniquement à un membre de la famille de Nam — et qui peut fournir une preuve ADN. Nam aurait deux fils et une fille, nés de deux unions différentes.

En plus des deux suspectes, la police malaisienne a arrêté un homme nord-coréen — Ri Jong-chol — et cherche à interroger un diplomate nord-coréen, Hyon Kwang-song, et un employé de la compagnie aérienne nord-coréenne, Air Koryo. Les deux individus se cacheraient dans l'ambassade nord-coréenne de Kuala Lumpur. La police locale affirme qu'elle va demander un mandat pour arrêter Hyon s'il ne se rend pas disponible pour répondre aux questions de la police dans un délai « raisonnable ».

À lire : Nouvelles arrestations suite au meurtre du demi-frère du leader nord-coréen

Ce lundi, des législateurs sud-coréens ont déclaré que quatre autres suspects identifiés par la police, et qui auraient fui vers Pyongyang juste après l'attaque, seraient des espions du ministère de la Sécurité d'État nord-coréen.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR