Les New Yorkais jettent 9,3 milliards de sacs plastiques chaque année — Mais maintenant, ils vont devoir les payer

Le conseil municipal de New York a adopté une loi qui exigerait des magasins de quartier de faire payer leurs sacs plastiques au minimum cinq cents. Selon ses défenseurs cette mesure participera à diminuer le nombre de sacs plastiques jetés dans la...

|
06 Mai 2016, 2:35pm

Image via Flickr

Paula Lopez est la propriétaire d'un petit magasin dans le quartier de Williamsburg, à Brooklyn. Elle distribue à peu près 200 petits sacs en plastique à ses clients chaque jour. Mais elle aimerait ne pas avoir à le faire.

« Ces sacs sont trop nombreux dans l'eau, dans les égouts, et accrochés aux arbres », nous explique-t-elle. « Les gens viennent ici et demandent un sac pour une boîte de Tic-Tac. C'est tout simplement ridicule. »

Paula Lopez se dit ravie de la décision du conseil municipal de New York. Celui-ci vient tout juste de faire passer une loi qui imposerait un prix minimum de cinq centimes sur les sacs en plastique à usage unique et les sacs en papier des magasins. À la suite d'un débat vigoureux, le conseil a fait passer la proposition de loi 28-20 jeudi après-midi. Le maire Bill de Blasio a déjà promis de la promulguer.

Chaque année, on estime que les New Yorkais jettent 9,3 milliards de sacs plastiques. La nouvelle mesure pourrait faire chuter ce chiffre de 60 à 90 pour cent, assurent ses défenseurs, en encourageant les clients à apporter leurs propres sacs. La ville paye actuellement plus de 12 millions de dollars pour transporter les sacs jetés dans les décharges.

Les villes de Los Angeles, San Francisco et Washington DC ont toutes adopté des décrets similaires ces dernières années. Les autorités de Washington ont affirmé, devant le conseil municipal de New York, que la taxe de cinq centimes avait aidé à diminuer de 60 pour cent l'utilisation des sacs dans la ville, tout en générant un revenu utilisé pour financer la dépollution du quartier. Cependant, d'après la loi de New York, les bénéfices issus de la taxe seront directement touchés par les propriétaires des magasins.

« Le nombre de sacs utilisés dans notre ville est devenu un danger environnemental », a déclaré la présidente du conseil municipal Melissa Mark-Viverito, avant le vote de jeudi. La proposition a divisé à parts égales le conseil pendant des semaines. Mais Melissa Mark-Viverito, qui était restée indécise, a finalement soutenu la loi la semaine dernière. Cette situation indiquait que la mesure n'était soutenue que par une courte majorité au conseil. Cependant, lors du vote final, la marge était plus large que ce qui était attendu.

La taxe sur les sacs a été en préparation durant des années. Le maire Michael Bloomberg avait essayé de proposer une surtaxe sur les sacs en plastique en 2008, mais il avait échoué à rallier un soutien au conseil. En 2014, les conseillers Brad Lander et Margaret Chin avaient tenté de faire passer une taxe à 10 centimes. Mais cette mesure avait été affaiblie par la crainte qu'elle représente une charge disproportionnée sur les New Yorkais aux faibles revenus.

Au cours du débat de jeudi, plusieurs conseillers ont décrit la taxe comme « régressive », touchant injustement les pauvres, les personnes âgées et les personnes bénéficiant de l'assistance publique, qui ne peuvent pas se permettre même une légère hausse dans leurs dépenses quotidiennes.

Steven Mattero, un conseiller de Staten Island opposé à la loi, a déclaré que cette dernière saignera les clients de centaines de millions de dollars.

« Si ça a l'odeur d'une taxe... C'est une taxe », a remarqué Paul Valone, un conseiller du Queens, alors qu'il incitait ses collègues à voter contre la mesure jeudi. « Cette mesure prend de l'argent à mes électeurs pour le mettre dans les poches des magasins. »

Beaucoup de conseillers ont aussi exprimé leur crainte que la taxe n'encourage les clients à faire leurs courses dans le New Jersey, touchant ainsi de plein fouet les magasins de New York.

Bill De Blasio a l'intention de signer la loi, qui exempte les utilisateurs de bons alimentaires de payer la taxe. Il a aussi rejeté l'idée selon laquelle la mesure aura un impact négatif sur les New Yorkais ayant un faible revenu.

« Je ne crois pas que cette taxe soit régressive parce qu'elle change le comportement des gens très rapidement », a déclaré le maire à la fin du mois d'avril, lorsqu'il a apporté son soutien à la taxe. « C'est ce que nous observons à travers le pays. Ce type d'approche amène les gens à apporter, vous savez, un sac fourre-tout et à arrêter d'utiliser des sacs en plastique. »

L'American Progressive Bag Alliance, un groupe industriel qui fait du lobbying contre les lois qui restreignent l'utilisation des sacs en plastique, avait appelé le conseil à rejeter la mesure. La taxe est une « nouvelle taxe régressive sur les sacs des épiceries », a lancé Lee Califf, le directeur exécutif du groupe. Il a ajouté qu'elle « sera néfaste pour les seniors, les classes ouvrières et les faibles revenus pendant qu'elle enrichira les épiciers. »


Suivez Avi Asher-Schapiro sur Twitter: @AASchapiro

Image via Flickr

Cet article est d'abord paru sur la version anglophone de VICE News.