C'est fini : Trump s'envole vers la nomination républicaine et Cruz se retire de la course

Donald Trump a remporté la primaire républicaine de l'État d'Indiana ce mardi soir, forçant ainsi le sénateur Ted Cruz à se retirer de la course à l'investiture républicaine.

|
04 Mai 2016, 10:05am

Donald Trump devant ses partisans lors d'un meeting à South Bend dans l'Indiana, le 2 mai 2016. Photo de Tannen Maury/EPA

Donald Trump a remporté la primaire républicaine de l'État d'Indiana ce mardi soir, forçant ainsi le sénateur Ted Cruz à se retirer de la course à l'investiture républicaine. Avec l'abandon de Cruz, le dernier obstacle à la nomination de Trump à l'investiture républicaine vient de disparaître.

Dans l'Indiana, Trump a recueilli 53 pour cent des voix contre 36 pour cent pour Cruz et 7 pour cent pour John Kasich. Cruz avait beaucoup misé sur une victoire dans l'Indiana pour relancer sa campagne chancelante.

« Depuis le début, je répète que je continuerai à me battre tant qu'il y aura un chemin viable pour atteindre la victoire, » a déclaré Cruz devant ses partisans bouleversés et réunis à Indianapolis. « Ce soir, je suis désolé de vous annoncer que ce chemin [vers la victoire] semble avoir été fermé. »

« On a tout donné dans l'Indiana, » a continué Cruz. Dans le reste de son discours, il n'a pas fait une seule fois référence à Trump — et a encore moins annoncé qu'il approuvait la candidature du milliardaire new-yorkais.

Quelques minutes après la fin du discours de Cruz, le directeur du Comité national républicain (RNC), Reince Priebus, a annoncé que Trump était désormais le candidat "présumé" du parti républicain dans la course à la Maison blanche.

Le retrait de Cruz de la course met un terme à plusieurs jours sous tension où les deux candidats se sont violemment affrontés par médias interposés. Plus tôt dans la journée de mardi, Cruz avait déclaré que Trump était « narcissique », « totalement amoral » et un « menteur pathologique ». Trump avait répondu par le biais d'un communiqué dans lequel Cruz est désigné comme un « déséquilibré ».

Après sa victoire dans l'Indiana, Trump s'est exprimé depuis la Trump Tower à Manhattan. « C'est une journée, une soirée et une année fantastique, » a déclaré Trump. « Je n'ai jamais vécu une expérience comme celle-ci, mais c'est une belle chose à voir et une belle chose à contempler. »

Trump a laissé entrevoir un rare moment d'humilité lors de son discours lorsqu'il a félicité Cruz. Il a déclaré que Cruz avait été un « sacré concurrent » et était un « gars intelligent et dur avec un futur radieux ». Il a aussi félicité la famille de Cruz, notamment sa femme Heidi et ses enfants. Mais douze heures avant ces mots doux, Trump avait traité Cruz de « détraqué » et avait accusé le père de son concurrent d'être lié à l'assassinat de John F. Kennedy.

Trump a assuré son envie de continuer de faire campagne en Virginie-Occidentale et dans le Nebraska — bien qu'il soit persuadé d'être le candidat du camp républicain. Dans sa ligne de mire, il y a désormais l'élection générale : « Le prochain objectif c'est Hillary Clinton. Elle ne ferait pas une bonne présidente. »

Avant le scrutin de l'Indiana, il manquait 281 délégués à Trump pour être assuré d'être le candidat républicain. Il en a emporté 45 dans l'État du Midwest. Désormais, il faut qu'il remporte la moitié des délégués restants pour éviter une convention contestée — soit le seul moyen qu'il reste au gouverneur de l'Ohio, John Kasich, pour être choisi par le camp républicain.

La victoire de Trump dans l'Indiana a confirmé ce qui semblait être inévitable depuis des semaines : Trump sera le candidat républicain et affrontera probablement Hillary Clinton lors des élections de novembre prochain. Trump était persuadé de sa victoire dans l'Indiana avant même l'ouverture des bureaux de vote. Il a passé la journée de lundi à garantir à ses partisans que les jeux étaient faits et que son objectif était désormais les élections générales.

« Les citoyens de l'Indiana vont me choisir et on va pouvoir se concentrer sur Hillary Clinton, » avait déclaré Trump dès lundi soir lors d'un meeting électoral à South Bend.

Si un candidat comptait vraiment sur les électeurs de l'Indiana c'est Cruz. Le sénateur du Texas — aux côtés des membres de la coalition « Stop Trump » — avait mis tous ses pions sur l'Indiana pour espérer empêcher Trump d'obtenir le nombre nécessaire de délégués et éviter une convention contestée.

Au cours des dernières semaines, Cruz a multiplié les combines désespérées pour l'emporter dans l'Indiana. Il a notamment payé des pubs anti-Trump pour habiller le ciel de l'État et s'est vanté d'être soutenu par le gouverneur conservateur de l'Indiana, Mike Pence. Il aurait même essayé de mettre en place une drôle d'alliance avec Kasich pour lui permettre de faire campagne seul contre Trump dans l'Indiana. (Cruz a finalement nié l'existence d'un tel accord, alors que Kasich s'est fait évasif sur le sujet). Mais aucun de ces efforts n'a enrayé la marche en avant de Trump.

Le dernier État à se prononcer pour les primaires républicaines est la Californie, le 7 juin prochain.

Malgré ses 7 pour cent dans l'Indiana, John Kasich a décidé de rester dans la course. « Les résultats de ce soir ne vont pas bouleverser les plans du Gouverneur Kasich, » a annoncé son organe de campagne dans un communiqué peu après la victoire de Trump. « Notre stratégie est de remporter la nomination dans le cadre d'une convention ouverte. »

Cruz a passé des mois à mettre sur pied une véritable organisation de terrain en Californie. Il avait aussi réussi à récupérer le soutien de l'ancien gouverneur californien Pete Wilson. Mais les premiers sondages donnent Trump gagnant. D'après ces estimations, il pourrait remporter une bonne partie des 172 délégués à se partager en Californie et donc remporter la nomination républicaine.


Suivez Olivia Becker sur twitter : @oliviaLbecker