Etats-Unis

Donald Trump répond au pape en évoquant une attaque de l'EI au Vatican

« Quand le Vatican va se faire attaquer par l’EI, ce qui serait le trophée ultime de l’EI, je peux vous promettre que le pape regrettera que Donald Trump n’a pas été élu président, parce que j’aurais pu éviter tout ça, » a-t-il dit

par Sarah Mimms
19 Février 2016, 11:25am

Photo de Richard Ellis/EPA

Après avoir visité la frontière entre le Mexique et les États-Unis, le pape François avait livré son opinion ce jeudi sur le candidat aux primaires républicaines, Donald Trump. Interrogé sur le projet du milliardaire qui souhaite construire un mur entre les deux pays, le pape avait répondu dans une pique, « Cet homme ne peut pas être chrétien s'il dit des choses pareilles, » d'après des propos rapportés par l'Associated Press.

Le pape a ajouté qu'il accordait tout de même le « bénéfice du doute » au candidat, ne connaissant pas les détails de son plan pour construire ce fameux mur frontalier. Si le pape a été uniquement invité à réagir sur la proposition de Trump, deux autres candidats aux primaires républicaines, Ted Cruz et Marco Rubio, ont déclaré par le passé qu'ils soutiendraient un projet similaire.

Trump n'a en tout cas pas perdu de temps pour répondre à la déclaration du pape François, en publiant un communiqué grandiloquent sur son site, dans lequel il redoute une attaque du groupe État islamique (EI) sur le Vatican.

« Quand le Vatican va se faire attaquer par l'EI, ce qui serait le trophée ultime de l'EI, je peux vous promettre que le pape regrettera que Donald Trump n'a pas été élu président, parce que j'aurais pu éviter tout ça, » a déclaré Trump de son communiqué.

Mais plutôt que de critiquer directement le pape pour ses remarques, Trump a émis l'hypothèse que le pontife ait été mal informé par le gouvernement mexicain « parce qu'ils veulent continuer à escroquer les États-Unis, à la fois sur le commerce et à la frontière, et ils savent que j'ai compris leur petit manège. »

Trump a cependant précisé qu'il trouvait « honteux » qu'un leader religieux « questionne la foi d'une personne, » ajoutant « être fier d'être chrétien ».

« Aucun leader, encore moins un leader religieux, ne devrait avoir le droit de questionner la religion ou la foi d'une personne. Ils utilisent le pape comme un pion et ils devraient avoir honte, » a-t-il déclaré en faisant apparemment référence au gouvernement mexicain, « notamment quand autant de vies sont en jeu et que l'immigration illégale est si omniprésente. »


 Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News