Pourquoi l'Australie a menacé de mort les chiens de Johnny Depp

Ils avaient 50 heures pour quitter le pays, après être entrés sur le territoire australien en violant les lois sur la quarantaine. Ils devraient échapper à leur sentence en reprenant un jet privé.

|
15 Mai 2015, 8:20am

Photo par Dan Steinberg/AP

Le gouvernement australien a averti l'acteur américain Johnny Depp à la radio ce jeudi matin qu'il avait 50 heures pour emmener ses chiens hors du pays sans quoi ils seraient euthanasiés. Les deux animaux devraient toutefois échapper à leur condamnation à mort, on apprenait ce vendredi matin qu'ils pourraient s'enfuir du pays comme ils y sont entrés : en jet privé. Tout anecdotique qu'il soit le sort des deux bestioles de l'acteur a remis au devant de la scène deux sujets plus graves, la politique ultra stricte en matière de quarantaine de l'Australie, et les coupes budgétaires associées au domaine de la biosécurité.

Le comédien de 51 ans a beau avoir été « l'homme vivant le plus sexy deux fois », a déclaré le ministre de l'agriculture Barnaby Joyce lors d'une conférence de presse devant le parlement de Canberra, ses Yorkshire terriers Boo et Pistol sont une menace pour la biosécurité du pays, et le gouvernement n'hésitera donc pas à les tuer.

Barnaby Joyce a déclaré que les chiens seraient entrés en douce dans le pays à bord du jet privé de Johnny Depp quand l'acteur est revenu sur la Gold Coast pour le tournage du dernier Pirates des Caraïbes. Ils n'ont pas été déclarés au service de quarantaine à la douane, un péché mortel en Australie, qui possède l'écosystème le plus isolé du monde et a des lois extrêmement rigoureuses en matière de quarantaine.

L'île est l'un des seuls pays du monde où il n'y a ni la rage, ni d'autres maladies à transmission animale, mais 200 animaux indigènes australiens sont à présent menacés d'extinction, et le pays connaît l'une des pires crises en matière de biodiversité dans le monde.

« Un monsieur du nom de John Christopher Depp, 51 ans, aussi connu sous le nom de Jack Sparrow a décidé de faire entrer dans notre pays deux chiens sans obtenir les autorisations et les permis nécessaires. On s'est aperçus qu'il les a fait rentrer en douce parce qu'il a été vu les emmenant chez un toiletteur pour chiens, » a déclaré le ministre. « M. Depp doit soit ramener ses chiens en Californie, soit nous devrons les euthanasier, il n'a plus que 50 heures devant lui. »

Barnaby Joyce a fait la liste des maladies que le plan de quarantaine de l'Australie essaye de maintenir hors du pays, et dont les chiens de Johnny Depp pourraient être porteurs, comme la leishmaniose, la rage, la leptospirose. « Il est temps que Pistol et Boo foutent le camp aux États-Unis, » a-t-il conclu.

Le compte à rebours pour Boo et Pistol est alors lancé, et leur exécution est prévue pour samedi  s'ils ne quittent pas le pays.

La nouvelle a immédiatement fait des vagues à travers le monde, et une pétition lancée en ligne pour sauver les chiens a recueilli plus de 5 000 signatures en quelques heures, tandis que les utilisateurs de Twitter font de leur mieux pour rendre légère cette situation tout à fait tragique.

#WarOnTerrier était l'un des sujets les plus discutés sur Twitter dans les douze heures qui ont suivi la menace de Barnaby Joyce.

Certains utilisateurs se sont rangés du côté du gouvernement.

Le ministre de l'immigration Peter Dutton a insisté sur le fait que c'était un problème sérieux. « Des brèches dans la biosécurité peuvent créer des impacts sérieux, » a-t-il déclaré au micro de 2GB Radio.

La chaine australienne d'ABC news a dit que des responsables du gouvernement s'étaient rendus dans la villa de la Gold Coast que Johnny Depp loue avec sa compagne, l'actrice Amber Heard, pour leur donner un avertissement de trois jours. Les chiens ont été filmés depuis un hélicoptère — en vie et en bonne santé — à l'intérieur de la maison.

L'ambassade des États-Unis à Canberra a publié un communiqué sur cette affaire, expliquant que l'Australie avait "des dispositions de quarantaine très strictes vis-à-vis des produits, animaux, et animaux de compagnie" et conseillait donc aux citoyens américains de se familiariser avec la loi australienne avant de rentrer dans le pays.

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé, 150 pays ont des cas d'infections par la rage endémiques. L'organisation estime qu'il y a entre 26 4000 et 61 000 morts liées à la rage chaque année dans le monde.

À lire : Les chats, responsables de l'une des pires extinctions animales

Le parti travailliste de l'opposition a fait valoir que Joyce utilisait cette affaire pour son intérêt politique, afin de détourner l'attention des critiques soulevées par les coupes budgétaires du gouvernement vers l'entrée illégale des deux terriers. 

"Au lieu de faire de la démagogie dans les médias", a dit le porte-parole d'un mouvement d'opposition, Joel Fitzgibbon, "Barnaby Joyce devrait plutôt répondre à la question qui dérange, qui est celle de la faille [NDLR, l'entrée des animaux sur le territoire] et le rôle qu'ont joué dans celle-ci ses coupes budgétaires faites dans la biosécurité."

Joyce, lui, tient la ligne suivante, l'acteur ne saurait recevoir un traitement de faveur. "Si on laisse les stars de cinéma [et leurs animaux]... entrer dans notre pays, pourquoi on ne supprimerait pas la loi pour tout le monde," a dit le ministre.

Suivez Scott Mitchell sur Twitter: @s_mitchell