Musique

On a discuté avec Arcade Fire de leur campagne de promotion controversée

Vous êtes-vous procuré votre fidget spinner Everything Now? Avec les fausses nouvelles qui ont entouré le lancement du nouvel album d’Arcade Fire, on se demande si ce dernier stunt relève aussi de la moquerie.
3.8.17

La campagne de promotion qui a précédé Everything Now a beaucoup fait jaser. Le band montréalais a créé de faux sites aux couleurs de magazines connus pour propager des fausses nouvelles. La rumeur selon laquelle Arcade Fire et Terry Gilliam avaient englouti des millions de dollars dans un vidéo qui n'a jamais vu le jour a même été reprise par le très sérieux National Post.

Et comme ce fut le cas avec l'opération marketing qui avait précédé Reflektor, les #fakenews d'Arcade Fire sont rapidement devenues virales. Sauf que cette fois-ci, le public est resté perplexe plutôt que de crier au génie.

Publicité

VICE a rencontré Régine Chassagne et Win Butler pendant leur soirée de lancement pour savoir d'où est venue l'idée derrière cette campagne publicitaire.

Avec la surcharge d'information à l'ère numérique, le groupe voulait surtout sensibiliser ses fans au phénomène des fausses nouvelles.

Régine Chassagne explique qu'ils ont simplement lancé quelques petites histoires pour voir jusqu'où elles se rendraient, et pour rendre compte de cette réalité omniprésente. « On est pris là-dedans, c'est une boucle. On ne peut pas s'en sortir, ça revient tout le temps », dit-elle.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Le groupe voulait voir comment les sujets qu'ils abordent dans les chansons d' Everything Now se matérialisent dans la vraie vie, explique-t-elle.

« On voulait encourager les gens à réfléchir à ce qu'ils lisent », affirme Win Butler.

Mais, selon lui, les critiques de leur stratégie ont pris le dessus sur celles de l'album.

« Ça a définitivement eu une incidence négative sur les critiques de l'album. Parce que toutes les critiques que j'ai lues ne font que parler de notre campagne média. Elles ne parlent même pas de la musique », dit-il.