actualités

Le coroner publie son rapport sur le décès d’Athena Gervais, morte après avoir bu des FCKDUP

Plus d’un an après la mort de l’adolescente de 14 ans, on connaît maintenant la cause de décès officielle.
28 mars 2019, 7:11pm
Screen Shot 2019-03-28 at 3

La mort de la jeune Athena Gervais l’an dernier a lancé un débat sur la vente et la commercialisation des boissons sucrées alcoolisées. Mercredi, le coroner a rendu public son rapport, qui détermine que la Lavalloise de 14 ans serait morte noyée, et aurait possiblement souffert d’hypothermie.

Le 26 février 2018, Athena et des camarades de classe se seraient rendus dans un dépanneur près de l’école Poly-Jeunesse, à Laval, où la jeune fille aurait acheté une soupe ainsi qu’une boisson alcoolisée sucrée de marque FCKDUP, version québécoise du Four Loko, dont la cannette de 568 ml affiche 11,9 % d’alcool. Elle l’aurait partagée avec ses amis, et serait retournée en acheter deux autres

En moins de 30 minutes, la jeune fille de 110 lb a bu près de l’équivalent de 12 verres de vin.

Ses amis sont retournés en classe, mais elle aurait séché les cours, et n’a pas été revue vivante. Son corps a été retrouvé au début de mars près du ruisseau avoisinant l’école. Bien qu’elle soit décédée par noyade et peut-être d’hypothermie, le rapport du coroner Martin Laroque indique que l’alcool aurait « joué un rôle » dans la mort de l’adolescente, selon Radio-Canada.

« Son taux d’alcoolémie montre qu’elle était sévèrement intoxiquée au moment de sa mort, peut-on lire dans le rapport. De ce qu’on comprend, Athena Gervais était désorientée et est accidentellement tombée dans le ruisseau. »

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Le coroner Larocque recommande donc une réglementation plus stricte de la vente de ces produits, qui sont surtout populaires chez les jeunes, en raison de leur goût, de leur marketing et de leur prix. Selon lui, ces produits devraient être commercialisés dans des emballages neutres, comme le tabac. Les portions devraient être contrôlées, et le marketing sur les médias sociaux aussi. « Il faut retenir du décès d’Athena qu’il est impératif qu’un ensemble de mesures soit adopté afin de prévenir les dangers inhérents à la consommation excessive d’alcool », écrit-il dans son rapport.

En juin 2018, le gouvernement du Québec a passé une loi interdisant les boissons sucrées alcoolisées contenant plus de 7 % d’alcool, mais Éduc-Alcool juge cette mesure insuffisante et voudrait que le gouvernement aille plus loin que les recommandations du coroner. L’organisme voudrait également que des rabais sur ces produits soient interdits, car ils les rendent plus attrayants pour les jeunes, et qu’ils soient vendus exclusivement à la SAQ.

Billy Eff est sur internet ici et .