La jeunesse marocaine à Ceuta
Un groupe de gamins regarde l'Espagne en chantant « F'Bladi Delmouni », chant des supporters du Raja Casablanca, devenu symbole du mal-âtre de la jeunesse marocaine. Photos: Louis Witter 
Photos

Une jeunesse marocaine : entre errance et tentatives de passage

Chaque jour à Ceuta, petite enclave espagnole située tout au nord du Maroc, des dizaines d'enfants tentent de grimper sur les ferries qui relient l’Afrique à l’Europe.
25.3.19

Sur la rive du détroit de Gibraltar ce matin de février, la température avoisine les 10 degrés. Ayman, Rachid et leur groupe d'amis viennent tous du petit village de Martil près de Tétouan. Il y a 45 jours, ils ont décidé de partir pour rejoindre l’Europe, « la liberté », selon Salah. Malgré leurs visages d'enfants, la dureté de leur quotidien à Ceuta, enclave espagnole située au nord du Maroc, est pourtant bien réelle.

Ces mineurs marocains, en quête d’une nouvelle vie en Europe, et prêts à rallier l’Espagne, sont de plus en plus nombreux à Ceuta. Ils étaient 802 en 2017, et 3 344 un an plus tard, soit une augmentation de 316 %, selon les chiffres avancés par la presse marocaine.

Si ces enfants, arrivés seuls sur le territoire européen, sont censés être protégés par les lois internationales, très peu de choses sont mises en place dans l’enclave pour leur venir en aide. Et le président de la ville autonome de Ceuta, Juan Vivas (Parti Populaire), veut remettre en place des accords passés entre l’Espagne et le Maroc permettant d’expulser tout mineur « arrivé pour raisons économiques ». Sur place, le quotidien de ces enfants est rythmé par les tentatives de passage et l’espérance d’une vie meilleure de l’autre côté du détroit. Pour eux, Ceuta n’est pas une destination, simplement un passage vers une une vie meilleure.

1552925113867-_DSC1531

Une fois sous les camions, les enfants peuvent espérer arriver sur le continent européen en une heure. Mi-février, l'un d'eux est mort écrasé dans le port. À la suite de ce drame, l'Espagne a décidé de renforcer la surveillance aux embarquements.

1552925216645-L1001957

Moncef, Abdessamed et Salah viennent de Martil et ont 17 ans. Tous ont quitté leurs familles et leur ville pour tenter la traversée vers l'Europe et la « liberté». À travers les barrières, ils observent les ferries et guettent les forces de police présentes dans le port. Tous les deux jours environ, un de leurs compatriotes arrive à prendre le large, direction Algésiras en Espagne.

1552925193687-L1002279

Yassine, 16 ans et originaire de Tétouan, sniffe de la colle pour « oublier la vie difficile ». Sur le port, les enfants du Nord sont les plus pauvres de tous. Pour certains d'entre eux, ce sont leurs parents qui les ont fait entrer à Ceuta, espérant des jours meilleurs pour eux en Europe.

1552925232775-_DSC1674

Mohammed, 15 ans, vient de Martil. Il a été blessé par un fil barbelé concertina, aussi coupant qu'une lame de rasoir. Si l'Espagne a annoncé vouloir stopper son utilisation ce n'est pas le cas du Maroc, qui l'utilise pour marquer sa frontière avec l'Espagne. Ce soir-là, Mohammed ne passera pas.

1552925531119-L1001972

Ce sont dans ces voitures abandonnées que dorment beaucoup de mineurs marocains. Le centre pour mineurs de la ville leur fait peur, les violences et les vols y sont monnaie courante.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

1552925268521-_DSC1752

Chaque jour, plusieurs compagnies de ferries partent du port de Ceuta pour rejoindre Algeciras en Espagne. Lorsqu'ils quittent le port, ces bateaux sont inspectés de près par la Guardia Civil.

1552925931795-L1001839

Des enfants marocains attendent dans le port de Ceuta. C'est sur ces blocs de béton qui longent la zone portuaire que certains trouvent refuge à la nuit tombée. Beaucoup refusent de retourner au centre pour mineurs, où violences et rackets font partie du quotidien.

1552925393663-L1002044

Entre deux tentatives de passage, Moncef 18 ans, Abdessamad, 17 ans, et Salah 17 ans, partagent les petites pièces jaunes qu'ils glanent ça et là pour se faire des sandwiches au thon. « Certains magasins sont racistes, ils ne nous laissent pas rentrer et croient que nous sommes des voleurs », précise l'un des jeunes.

1552925072195-L1002012

Ayman 17 ans, tente inlassablement de franchir les barrières qui mènent aux ferries à destination de l'Espagne. Ses multiples tentatives ont laissé des traces sur sa doudoune, complètement déchirée par les barbelés.

1552925439066-L1002027

Chaque jour, des dizaines d'enfants marocains tentent de franchir les barbelés qui les séparent des ferries. Ayman, Rachid, et leurs amis, sont arrivés de Martil il y a 45 jours.

1552925037942-L1001821

Des enfants marocains tentent de franchir les barrières du port de Ceuta. Il faudra ensuite réussir à monter dans un ferry.

Cet article a initialement été publié parVICE France, qui est aussi sur Twitter , Instagram , Facebook et sur Flipboard.