Life

Avec une prof de « savoir-vivre à la française » pour riches étrangers

« Être attentif aux autres et faire la conversation de manière équitable entre sa charmante voisine de droite et son ennuyeuse voisine de gauche. »
Justine  Reix
Paris, France
29.10.20
cours bienséance savoir-vivre art de vivre français école du savoir vivre-vire
Catherine Duguet, professeur de savoir-vivre. 

Jusqu'au 3 novembre, date de l'élection présidentielle américaine, VICE France vous proposera chaque jour une interview, un reportage ou une série photo sur les Etats-Unis - mais toujours par le prisme de la France.

Distinction française, classe, savoir-vivre… Notre réputation nous précède même si une fois devant une table avec plus de quatre fourchettes et couteaux, un doute nous assaille toujours. Ces dernières années, les cours de bienséances à la française fleurissent dans le monde entier. Dans l’hexagone, quelques professeurs proposent aussi d’éduquer les Français à leurs propres coutumes et les étrangers fortunés de passage chez nous.

Lors d’un cours, les élèves découvrent rapidement que ce qu’ils considèrent comme de la politesse est l’opposé de ce qu’est le savoir-vivre. Bon-appétit à table ? Non. Enchanté ? Raté. À vos souhaits au moins ? Non plus. Si les Français ne connaissent pas eux-mêmes les us et coutumes, la tâche est encore plus ardue pour les Américains ou encore les Chinois, particulièrement friands des leçons de savoir-vivre français.

VICE a interrogé Catherine Duguet qui a fondé l’École de savoir-vivre en Loire-et-Cher. Dans son institution, on ne pose pas les coudes sur la table et surtout on sait par quels couverts commencer son plat de résistance. On a décidé de l’interroger pour voir à quel point on pouvait manquer de savoir-vivre à la française tout en étant français. On n’a pas été déçu.

VICE : En quoi consiste votre métier ?
Catherine Duguet : J’accompagne tous ceux et celles qui ont besoin d’acquérir les codes de la courtoisie qui leur permettront d'aborder avec aisance un nouveau milieu social ou une promotion professionnelle, de renforcer le développement de leur entreprise, ou, plus personnellement, d'assurer leur propre épanouissement grâce à la maîtrise de l'art de vivre à la française. Le savoir-vivre n’est pas « guindé », contrairement à ce que beaucoup de gens pensent. Les personnes qui détiennent le véritable savoir-vivre sont à l’écoute des autres et bienveillants. Une formation avec repas est idéale pour maitriser la tenue à table de manière concrète. J’anime également des séminaires et des ateliers ludiques.

Pourquoi l'art de vivre à la française est si réputé ? 
Berceau de la courtoisie, du raffinement et de l'élégance, la France est riche de précieux atouts. Gastronomie, grands vins, haute couture, enseignes de luxe, qualité du savoir-faire, art de la table et art de recevoir, patrimoine culturel et architectes remarquables font de la France la référence en qualité d’art de vivre.

« On ne dit jamais : enchanté, bon appétit, à vos souhaits, mince, ou au plaisir. »

Que peut-on apprendre dans un cours sur les bonnes manières françaises ? 
Principalement, on y apprend le savoir-vivre social, professionnel et l’art de la table. L’exercice le plus difficile reste les salutations, qui doit se présenter en premier, comment et pourquoi. Nous travaillons aussi sur le comportement et la gestuelle, le maintien,  la tenue vestimentaire… et éviter les fautes de goût ! Pour l’art de la table, comment bien dresser la table, utiliser les couverts, verres et serviettes. L’art de la conversation est aussi étudié avec les tics de langage, les liaisons et surtout la règle des “on dit, on ne dit pas”. Par exemple, on ne dit jamais : enchanté, bon appétit, à vos souhaits, mince, ou au plaisir.

Vous avez des clients étrangers notamment Américains, pourquoi viennent-ils prendre des cours chez vous ? 
La clientèle étrangère me sollicite souvent dans un but professionnel et par engouement pour l’art de la table. Il s’agit pour eux d’acquérir de l’aisance et de l’assurance et d’éviter les impairs, par exemple au cours d’un repas en clientèle ou dans le cadre d’invitation. Ici, on se concentrer sur le comportement à adopter, la tenue, les remerciements, maintien à table et le plan de table.

Comment les Américains vivent tous ces protocoles français ?
Les Américains ne sont pas tactiles, pas question de se faire la bise. Cela étant dit, ils sont bien plus chaleureux que nous. Ils sont particulièrement étonnés par notre "quart d'heure de courtoisie". En effet, si l'on est invité, on arrive avec 15 minutes de retard par égard pour la maitresse de maison qui n'est pas toujours à l'heure. Alors qu'eux sont d'une ponctualité exemplaire. Si l'on veut offrir des fleurs, elles seront envoyées le matin ou le lendemain, afin que la maitresse de maison, qui par exemple reçoit 6 personnes, n'ait pas, au lieu d'accueillir ses convives, besoin de courir après vases et mettre les bouquets de chacun en bonne place.
Les Américains trouvent que le code "poignets sur la table" et pas de mains sur les genoux est fastidieux. Mais ils sont stupéfaits par notre art de la table !

Vous avez aussi des clients français, qui sont-ils ?
Ce sont des particuliers de tous âges et de tous milieux, des entreprises, des professions libérales, mais aussi du personnel de maison ou des employés de sites touristiques.

Les enfants peuvent aussi être formés aux bonnes manières à la française ?
Oui, des enfants aux étudiants. La politesse peut sembler une contrainte pour un enfant. Il est donc important de lui expliquer son utilité et c’est parfois mieux accepté d’une personne extérieure. Elle démontre l’importance qu’on accorde aux autres et invite l’autre à agir avec gentillesse à son tour. Mes cours pour les enfants sont conçus sous forme de jeux interactifs. J'y enseigne les règles de la politesse et du respect des autres dans les contextes de la vie courante, que ce soit à l’école, en famille, en visite, à table et dans les lieux publics.

Qu'est-ce que ces protocoles peuvent apporter dans la vie de tous les jours ? 
Le savoir-vivre est une frontière, il peut aussi devenir une passerelle. À chaque instant et tout au long de notre vie, nous sommes jugés sur notre comportement, qui fonde notre réputation et notre crédibilité. Ces codes apportent les connaissances nécessaires afin d'aborder avec aisance et assurance toutes les situations, en toutes circonstances et dans tout milieu social. Ils permettent de favoriser les échanges, de répondre aux besoins les plus fondamentaux du vivre ensemble, d’élargir son réseau, de se distinguer de ses concurrents, de s’épanouir et de renforcer l’estime et la valorisation de soi.

Comment vous êtes vous formée ?
J’ai été dirigeante de grandes propriétés pendant de nombreuses années, j’ai géré l’organisation d’événements et de réceptions pour des personnalités officielles, formé et dirigé le personnel de maison qui assure la tenue des suites, le dressage des tables, le service, en leur enseignant l’Art de la table, le maintien, ainsi que les gestes et les paroles appropriés en toutes circonstances. Aujourd’hui je suis indépendante et c’est avec grand bonheur que je dispense mes formations. Ce sont toujours des expériences humaines précieuses.

Est-ce que vous n'avez pas peur de voir cet art de vivre disparaître ?
La politesse est basée sur des principes qui répondent aux besoins les plus fondamentaux de la civilité, du vivre ensemble. Nous aurons toujours besoin de ces valeurs afin de garantir des échanges harmonieux, fondés sur le respect, l’écoute, la bienveillance. Je pense que la courtoisie, le raffinement et l’élégance, l’art de la table, le savoir recevoir, même en toute simplicité, seront toujours appréciés, car ces valeurs sûres embellissent notre quotidien et favorisent l’entente cordiale.

Quelles sont les bases pour bien se comporter à table comme un Français digne de ce nom ?
Si on est invité : ne pas arriver avec un bouquet de fleurs et respecter le quart d’heure de courtoisie (arriver un quart d’heure après l’heure de rendez-vous prévu. Attendre que la maitresse de maison soit assise pour prendre place. Veiller à soulever sa chaise afin d’éviter des bruits épouvantables. Ne commencer à manger qu’une fois que tous les invités sont servis. Il faut être attentif aux autres et faire la conversation de manière équitable entre sa charmante voisine de droite et son ennuyeuse voisine de gauche. Et surtout bannir les sujets de conversation à risques (argent, religion, politique) et couper son portable !

Justine est sur Twitter.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

VICE Belgique est sur Instagram.