Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Stuff

Hé le brunch, va te faire foutre !

Une meuf de la restauration nous parle de sa détestation de ces petits-déjeuners hors de prix.

par Julia Kennedy
12 Juillet 2012, 10:29am

Vous savez qu'il est temps de vous ressaisir lorsque les tickets de caisse et les bons d'achat périmés forment un petit tas à côté de votre matelas négligemment posé à même le sol. Pour ne pas arranger les choses, votre compte en banque commence invariablement par le signe « moins », vous avez la gueule de bois et votre petit ami s'est fait la malle en emportant le chat. Petit conseil : commencez par vous armer d'une serpillière, d'un peu de javel et achetez des fleurs. Ensuite, allez vous chercher quelque chose à manger.

À ce moment-là, laissez-moi intervenir : un « café latte » et des œufs pochés ne régleront pas tous vos problèmes. Pas même si, en plus de ça, vous commandez une montagne de toasts avec du beurre et de la confiture labellisée « commerce équitable ». En gros, un brunch ne vous servira à rien, et surtout pas à aller mieux.

Qu'est-ce qu'un brunch ? Une colossale perte de temps et d'argent, voilà ce que c'est. Comme les gens qui tapent de la coke sans en avoir les moyens, ce truc engendre les pires attitudes qu'on puisse imaginer. À dix heures du mat', vous pourrez y trouver un type fou à lier, sapé en Acne des pieds à la tête et qui va essayer de vous voler votre âme en vous forçant à bouffer une omelette norvégienne. Après quelques jus de fruits et smoothies qui lui auront lavé l'estomac et détruit le cerveau, il essaiera de vous tuer si vous tentez de lui ruiner son week-end en commandant un cappuccino plutôt qu'un café latte.

Flash info : Dans le monde de la restauration, personne n'aime les brunchs. PERSONNE. En effet, sachez que posséder un restaurant revient à bosser avec plein d'employés qui vous détestent ainsi qu'une cuisine remplie de cuistots compétents qui seront obligés de préparer des milliers d'omelettes au lieu de déployer leur véritable savoir-faire. Vous savez à quel point c'est dégueulasse de cuisiner des œufs pendant cinq heures ? Ça fait VRAIMENT chier. Je sais tout ça car je bosse là-dedans depuis cinq ans. Tout le monde s'affole dans la cuisine parce que VOUS nous affolez avec vos regards insistants qui crient « je suis là et j'ai envie de plein de fruits et de yaourts nature ». Ne vous en faites pas, je fais ça TOUS LES DIMANCHES et je ne vous ai pas oubliés.

À chaque brunch, il y a la queue à l'entrée. Pour tous ces gens, c'est apparemment une question de VIE OU DE MORT de pouvoir être assis dès la seconde où ils arrivent dans leur costume cintré, avec leurs grosses lunettes, et alors qu'ils dégagent une odeur fétide de frustration monogame et de relents des cocktails à base de tomate qu'ils se sont enfilés la veille. Ces gens qui veulent offrir à leurs mioches de 2 ans une « vraie expérience de restaurant » en les laissant courir comme des fous sous des tasses de café brûlant. Ces jeunes couples débraillés à peine sortis de la douche qui n'arrêtent pas de se tripoter et dont l'un explique toujours à l'autre qu'il faut ABSOLUMENT commander « le menu ». Tous ces nazes avec leur air à moitié endormi essaient de passer un meilleur week-end que celui des autres. Allez tous vous faire foutre.

Le brunch est l'un des repas les plus décevants sur terre. Le pain et les œufs qu'on vous file sont des produits Marque Repère. Le brunch est un attrape-couillons et c'est la seule raison pour laquelle il énerve autant les établissements les plus respectables. Y a-t-il pire que d'avoir l'impression de s'être fait entuber en payant trop cher pour un repas que vous auriez pu préparer vous-même en cinq minutes ? Que peut-on trouver d'hallucinant chez de simples œufs Bénédicte ? Mais vous vous en foutez, n'est-ce pas les « bruncheurs » ? Je pourrais vous servir n'importe quoi pourvu que le nom soit mignon et qu'il y ait quelques légumes à côté (surgelés, en outre). Ça me tue.

C'est votre vengeance sur les boulots de merde que vous haïssez. Ce sont des vacances en famille qui tournent mal. C'est le stratagème bien connu du capitalisme qui consiste à monter les classes populaires les unes contre les autres – l'occasion pour les prolos de se dénigrer eux-mêmes le temps d'un week-end. Le brunch est une illusion : un faux pique-nique sur les bords de Seine, l'impression de n'avoir rien à faire à part vous noyer dans le bleu azur des yeux de votre amoureux. Pourtant, il est à peine servi qu'il vous faut déjà raquer. Ce n'est pas votre faute, les « bruncheurs », si j'ai autant de mépris pour votre vision du monde. Je vise plutôt ceux qui vous ont fait aimer ce mode de vie. Arrêtez de bruncher. Topez-vous des croissants, de la confiture, Le Monde diplo et revenez en France.


Il est vrai que bouffer des œufs un lendemain de cuite, ça se tient. Macrobiotiquement parlant, les œufs représentent le Yin et l'alcool, le Yang. À la fac, une pote à moi me faisait des œufs à la coque à chaque matin difficile et je vous jure que ça m'aidait. Donc oui, faites-vous des œufs ! Mieux encore, faites-vous un Bibimbap coréen. C'est la meilleure bouffe anti-gueule de bois du monde ; vous avez des œufs, des légumes frais, du riz et même de la viande si vous voulez. Vous avez même des épices ! En plus les restaurants coréens sont bien éclairés, n'en ont rien à foutre de comment vous êtes habillé et ne vous feront jamais attendre 45 minutes un dimanche matin pour bouffer. Vous pourrez même l'embarquer dans un parc pour le déguster au soleil – vous aurez sans doute besoin d'air frais ce jour-là.

Le brunch s'imagine qu'il est plus poli, mieux habillé et plus convivial que le petit-déj' normal. Que dalle. À part au Ritz et dans d'autres hôtels dans lesquels vous n'irez jamais, le brunch est une putain de grosse arnaque. En plus, la bouffe de petit-déjeuner, c'est vraiment un truc pour les bébés. Si vous tenez absolument à bouffer du pain perdu, une omelette ou des tapas, servez-vous de vos petites mains et n'allez pas claquer votre budget bière de la semaine dans deux tranches de pain rassis. Puis, si vous avez vraiment envie de vous faire un bon plan sain le dimanche, restez un peu plus longtemps au lit, attendez midi, et allez plutôt dans un vrai restaurant qui sert de la nourriture pour adultes, pas dans un bouge qui vous fera payer bien trop cher l'illusion d'être dans une sitcom pétée ou pire, de vivre la vie d'une blogueuse mode.

Tagged:
Vice Blog