Un faux site de tueurs à gages conduit le FBI sur une vraie affaire de meurtre

Un faux site de tueurs à gages conduit le FBI sur une vraie affaire de meurtre

Depuis que la liste des clients du site Besa Mafia a été publiée par un hacker en mai 2016, le FBI enquête sur des faits bien réels impliquant ses utilisateurs.
27.2.17

Stephen Allwine est soupçonné de meurtre. Il est accusé d'avoir abattu sa femme, Amy Allwine, d'une balle de 9mm en pleine tête à leur domicile de Cottage Grove, dans le Minnesota, l'année dernière.

Mais l'élément-clé de cette histoire - qui a conduit la justice à accuser Stephen - est sa tentative manquée d'embaucher un tueur à gages sur le dark web pour assassiner Amy. Ce site, baptisé Besa Mafia et apparemment géré par des gangsters albanais, était en fait une pure arnaque. En mai dernier, un hacker s'est permis de publier les identités et les messages des clients qui avaient eu recours aux "services" du site frauduleux, comme nous l'avions alors raconté.

L'affaire Allwine révèle que le FBI a examiné de près les données publiées par le hacker, et qu'elles l'ont mené sur la piste d'au moins une victime potentielle : Amy.

*

" Si vous voulez tuer quelqu'un ou lui donner une bonne leçon, on est là pour ça", pouvait-on lire sur le site de Besa Mafia en février 2016. À cette époque, un individu se faisait appeler "dogdaygod" et aurait approché les soi-disant tueurs à gages pour leur proposer un job : il désirait faire assassiner la dénommée Amy Allwine, et faire passer le meurtre pour un accident de voiture. Besa Mafia lui a répondu qu'il lui en coûterait 6000 dollars.

Dogdaygod semblait bien connaître Amy. Selon lui, elle comptait se rendre à Moline, dans l'Illinois, en mars, et exigeait de la faire assassiner à ce moment-là. Après quelques échanges avec son client, Besa Mafia a expliqué que son tueur à gages attitré avait été arrêté et détenu, ce qui allait retarder considérablement l'exécution du contrat. L'organisation a ensuite demandé davantage d'argent à Dogdaygod : 12 000 dollars supplémentaires.

En mai, un hacker s'est attaqué au site, a dévoilé la liste des clients de Besa Mafia et révélé que cette organisation du dark web était en fait une gigantesque arnaque. Dogdaygod n'obtint jamais ce pour quoi il avait payé et s'est alors tourné vers Dream Market, une plateforme commerciale du dark web, dans l'espoir d'y acheter de la scopolamine.

Selon les rapports de la police, cette substance "est connue pour effacer la mémoire de la victime et la rendre incapable d'exercer son libre arbitre. La drogue est utilisée sous forme de poudre inodore et sans goût qui se dissout rapidement dans n'importe quel liquide, et est généralement glissée dans un verre ou saupoudrée sur de la nourriture."

Après le hack du site de Besa Mafia, le FBI a lu les messages de Dogdaygod et découvert qu'il avait commandité l'assassinat d'Amy. Le 1er juin, les agents du FBI Silkey et Raymond ont rendu visite au couple Allwine, et prié Amy de se rendre au commissariat pour obtenir des informations. La police a alors conseillé à Amy d'installer un nouveau dispositif de sécurité au domicile du couple, et les Allwine ont fait l'acquisition d'une alarme.

Par la suite, Amy a reçu des menaces provenant d'un compte e-mail anonyme pendant plusieurs semaines. Celles-ci l'incitaient à se suicider.

"Suicide-toi. Si tu ne le fais pas, tu perdras progressivement tout ceux que tu aimes. Tu sauras alors que tu aurais pu éviter chaque perte, et ça te détruira intérieurement", disait l'un des e-mails.

Le mois suivant, Stephen a acheté le pistolet qui allait être utilisé pour tuer Amy. Le jour de sa mort, Amy s'était plainte de vertiges et est allée chercher des informations sur Internet afin de les soulager.

Les enquêteurs ont trouvé des résidus de poudre sur la main droite de Stephen, indiquant qu'il avait tiré avec une arme à feu. Les tests sanguins effectués sur Amy ont révélé que son sang contenait plus de 40 fois la dose normale de scopolamine utilisée dans le cadre de certains traitements.

Mais ce qui lie résolument Stephen au faux site de tueurs à gages Besa Mafia, c'est le fichier contenant une adresse bitcoin envoyée par Dogdaygod à Besa Mafia, retrouvé par la police sur l'ordinateur du suspect.

"Cette adresse bitcoin est exactement la même que celle fournie par dogdaygod, ce qui lie directement l'accusé au nom d'utilisateur dogdaygod", peut-on lire dans le rapport de police.

Les mises en garde du FBI n'ont pas suffi à sauver la vie d'Amy. Un porte-parole du FBI n'a pas confirmé ni nié que l'agence enquêtait actuellement sur les utilisateurs de Besa Mafia.

Kevin DeVore, l'avocat de Stephen, nous a déclaré que l'affaire en était encore au stade de l'enquête, et qu'une audience était programmée pour le 2 juin.

Stephen est accusé d'homicide volontaire, a été brièvement libéré après avoir payé une caution de 500.000$, mais a été arrêté de nouveau après avoir tenté de contacter le fils de 9 ans qu'il a eu avec Amy et l'avoir traqué grâce à une montre à GPS. Stephen a l'interdiction d'entrer en contact avec la famille d'Amy, et risque jusqu'à 40 ans de prison.