FYI.

This story is over 5 years old.

Crocodile est la chaîne de restaurants la plus étrange de France

C'est le seul endroit où l'on peut manger du marcassin et du kangourou à volonté tout en se bourrant la gueule dans un compartiment de train privatisé.
13.11.15

La plupart des chaînes de restaurants ont un concept plutôt facile à comprendre. Quand on entre chez Buffalo Grill, par exemple, c'est clairement pour bouffer comme un cow-boy – la déco western (un rien poussive) et les portes de saloon qui gardent les toilettes sont d'ailleurs là pour s'assurer que l'on ne passera pas à côté de la thématique. De la même manière, on capte rapidement que KFC vend du poulet frit en provenance du Kentucky, que Burger King est littéralement le roi du burger ou qu'il y a moyen de choper des t-shirts « Hard Rock Café » si l'on se rend dans un Hard Rock Café. La liste pourrait continuer encore longtemps car à vrai dire, la communication – et donc, le marketing – est ce qui conditionne probablement le plus la réussite d'un restaurant.

Publicité

En revanche, si je vous dis « Crocodile », il y a de grandes chances pour que cela ne vous évoque absolument rien.

Sauf si vous êtes originaire du Nord de la France. Et pour cause : c'est dans cette région que se trouvent la plupart des établissements de cette chaîne de restaurants au concept assez difficile à comprendre.

Pour avoir grandi dans le Nord, je sais que les clients viennent chez Crocodile principalement pour deux choses : le buffet froid à volonté et surtout, le fait que l'on puisse manger à l'intérieur d'un train. Bon, par « train », il faut plutôt comprendre wagon et par wagon, il faut comprendre « vieille rame reconditionnée ». Car devant chaque restaurant de la chaîne, trône un wagon, et on peut manger dedans – c'est la marque de fabrique.

crocodile henin beaumont

L'un des wagons en question, repeint en vert flashy. Sur le toit trônent les 3 crocodiles, symbole du restaurant. Capture d'écran : restaurantscrocodile.fr.

Et c'est là que cela devient un peu confus. Quel est le rapport avec les crocodiles ? D'ailleurs, où sont les crocodiles ? Le patron du groupe est-il un ancien cheminot ? Peut-on bénéficier de réductions avec la carte 12-25 ? « Pas du tout. Le wagon, c'est vraiment pour créer une ambiance, une expérience client », m'explique le responsable marketing du groupe. Apparemment, « les gens qui viennent là ne sont pas forcément attirés par les wagons, ils viennent pour le cadre général, les buffets à volonté… ». En réalité, le nom « Crocodile » est une référence assez obscure au nom d'un modèle de locomotive produit au début du XXe siècle et qui arborait une teinte vert croco. Bel hommage.

J'y suis retournée récemment. Ça faisait presque une décennie que je n'y avais pas foutu les pieds. La déco a un peu changé, mais le buffet et les wagons sont toujours là. La majorité des gens ont les cheveux gris et un tour de taille qui semble indiquer qu'ils abusent un peu du buffet.

Publicité

Quand j'étais petite, ma mère réservait parfois l'un des compartiments privés du wagon pour nous faire plaisir avec ma sœur. Ils se ferment grâce à une porte coulissante aux vitres teintées. Je me demande si des couples réservent ces compartiments pour un dîner romantique. Pour nous en tout cas, l'ambiance était tout autre : ma grand-mère a profité une ou deux fois de cette intimité pour essayer de me coincer et de m'arracher une dent de lait branlante. Et pendant ce temps là ma mère emballait dans un torchon une bonne portion de jambon à l'os, histoire de l'embarquer à la maison. Fallait bien rentabiliser le buffet à volonté.

crocodile 1

Le compartiment en question, aux vitres opaques. Toutes les photos sont de l'auteur.

Il n'y avait plus de jambon à l'os sur le buffet ce jour-là, du coup, j'ai fait le plein de Serrano. J'ai pris un peu de salade de moules au wakame (un peu trop exotique à mon goût) et une part de leur très bon pâté. J'ai préféré ne pas tenter le maquereau fumé.

crocodile 3

Mon assiette de crudités : céleri rémoulade, boudin blanc, petites patates, endives, pâté, saumon et œuf dur – pour bien se mettre en jambes.

Esthétiquement parlant, il y a une ressemblance entre le buffet du Crocodile et les illustrations que l'on trouvait dans les bouquins de cuisine des années soixante-dix / quatre-vingt. Ici, pas de bacs en métal pour contenir les aliments mais des plateaux et des terrines qui sont disposés dans un décor de feuillages. Le choix des aliments proposés est aussi particulier, comme en témoigne mon assiette. Bien qu'on sente un effort dans la nouvelle décoration de la salle (qui se veut plus tendance), ces classiques indémodables (ou jamais vraiment à la mode ?) qui remplissent bien leur office (c'est-à-dire : l'estomac) rendent à l'endroit tout son caractère plus vieille école que Nouvelle Cuisine.

crocodile 3

Le buffet très chargé du Crocodile.

En plat de résistance, Crocodile propose des viandes assez originales comme, par exemple, du kangourou. Dans les restaurants de la chaîne côté Belgique, ils servent du cerf. Perso, j'ai opté pour la viande d'un petit marcassin. Je ne m'étais pas imaginé à quel point c'était aussi bon que c'était mignon, un bébé sanglier.

Ma sœur a commandé un carpaccio de bœuf qui a été servi en plusieurs fois et sur pas moins de 6 plateaux. Ça n'en finissait plus. On aurait pu faire un remake de Groundhog Day qui se serait appelé Un Jour Sans Faim, et dans lequel le personnage reste bloqué dans un train et doit s'enfiler des assiettes et des assiettes de carpaccio jusqu'à s'endormir d'épuisement sur la table. Pendant que j'imaginais comment réaliser cette version suédée, on a vu partir le seul couple sans enfant ni cheveux blancs qui était assis à côté de nous. En sortant, ils se sont pris en selfie devant le wagon – espérant peut-être susciter la curiosité sur les réseaux sociaux.

crocodile 5

Le premier round des assiettes de carpaccio.

Si l'ambiance se veut « familiale », ce n'est pas vraiment un endroit où les marmots crient et courent dans les allées. Disons que c'est le « familial » des grands-parents qui vont faire une virée restau en semaine (c'est moins cher) et à l'occasion y emmener les petits-enfants le week-end.

crocodile 6

Un maquereau fumé dans la jungle.

Ceux qui ont une petite faim peuvent encore aller se resservir au buffet de crudités – qui ferme seulement entre 15 et 18 heures. Les boissons aussi peuvent être prises à volonté – vin et binouze compris, il faut bien fournir quelque chose pour faire glisser dans le gosier.

Le dessert aussi est à volonté, histoire de bien achever ceux qui ont l'estomac encore accroché.J'ai donné de ma personne pour y goûter : îles flottantes, mousses au chocolat, profiteroles à la crème vanille… J'ai eu un peu de mal à me relever de tout ça. Mais ils étaient tous délicieux et ça valait la peine de leur faire une petite place.

À la fin du repas, je n'avais toujours pas compris en quoi consistait la thématique du restaurant. Mais je n'en avais plus trop rien à foutre : j'avais passé un bon moment, j'avais goûté à des choses inattendues et surtout, j'étais repue. Et c'est sûrement l'addition de ces trois choses qui font que Crocodile a toujours autant succès.

En sortant de table, on a continué la journée avec une balade digestive au Salon International du Chat qui avait lieu dans le coin. Encore une autre expérience bien particulière qu'il me faudrait un jour raconter. Pour mieux l'exorciser.