Le lait, nouvelle boisson préférée des néo-nazis ?

Pensant avoir découvert que le lait n'est digéré que par les populations blanches, certains néo-nazis du web tentent d'en faire un "symbole de pureté raciale".

|
21 Février 2017, 8:00am

Après avoir transformé la croix gammée et Pepe la grenouille en symboles de haine, l'extrême droite va-t-elle salir à jamais la réputation du lait ? Pour le magazine en ligne Mic, le risque est réel : à l'en croire, l'innocent liquide a déjà été transformé en "symbole de pureté raciale" par les néo-nazis du web. Comment cela a-t-il pu arriver ?

Le 20 janvier dernier, date de l'investiture de Donald Trump, Shia LaBeouf a installé une webcam sur le mur extérieur du Museum of Moving Image de New York. Le projet artistique, intitulé He Will Not Divide Us, devait permettre de diffuser "un spectacle de résistance ou d'instance, d'opposition ou d'optimisme" en direct et en continu sur Internet jusqu'à la prochaine élection présidentielle américaine.

Comme on pouvait s'y attendre, les choses ont vite mal tourné. Le week-end suivant l'inauguration du projet, un individu s'est glissé devant l'objectif pour murmurer le code néo-nazi 14-88 . Quelques jours plus tard, Shia LaBeouf a été arrêté après s'être accroché avec un passant qui avait prononcé les mots "Hitler did nothing wrong" ("Hitler n'a rien fait de mal") face à la caméra. Quelques provocateurs ont également introduit des images de Pepe la grenouille dans le cadre.

Au début du mois de février, un nouvel incident s'est produit devant He Will Not Divide Us : quelques jeunes hommes torse nu ont dansé et chanté dans le froid pendant de longues minutes, des bidons de lait à la main. Entre deux gorgées, l'un d'entre eux a affirmé boire "du pur racisme bien frais" ; un autre s'est exclamé "lait et nationalisme". Une référence au leitmotiv raciste 14 Words a également été lancée. Un participant exhibait même un tatouage de soleil noir, un symbole néo-nazi.

En constatant que ces jeunes hommes utilisaient des expressions typiques de 4chan, notamment "faggot" et "cuck", le journaliste Jack Smith IV a compris qu'ils avaient sans doute quelque chose à voir avec la catégorie "Politiquement incorrect" (/pol/) du grand méchant imageboard. Dans son article pour Mic, il relève que les membres de ce sous-forum connu pour ses positions haineuses adorent plaisanter à propos du lait. Evidemment, c'est parce qu'ils ont trouvé le moyen d'intégrer l'innocent breuvage à des thèses racistes.

Toutes les populations de la planète ne sont pas égales face au lait. Pour pouvoir le digérer correctement passé l'enfance, il faut être porteur d'une mutation génétique qui permet de produire une enzyme appelée lactase en quantité suffisante. Près de 95% des Européens du nord sont porteurs de cette mutation. En Asie de l'Est, cependant, jusqu'à 90% des adultes ont des difficultés à digérer le lactose. Il n'en fallait pas plus pour que /pol/ décrète que boire du lait est l'apanage de la race blanche.

Au cours de ses recherches sur /pol/, Jack Smith IV a découvert un fil de discussion intitulé "Enter The Milk Zone". Il y a trouvé des études scientifiques sur la tolérance au lactose des populations slaves, des discussions passionnées sur le souci de qualité de l'industrie laitière et même des "poèmes sur la fierté blanche basés sur le lait". Ce mélange d'humour incohérent et de racisme est typique de /pol/ : difficile de dire où la haine prend le pas sur la blague offensante.

L'article de Mic et les réactions qu'il a suscitées ont fait sensation sur 4chan, plus encore que la vidéo de la fameuse soirée. Pendant quelques jours, les membres de /pol/ ont tenté de s'organiser pour transformer le lait en authentique "symbole de pureté raciale". Leur plan d'action impliquait de créer un symbole Milk Pride inspiré par la croix celtique de la White Pride et de le coller sur des bouteilles de lait pour "faire de belles photos en HD". Ils ont vite abandonné : au moment de l'écriture de cet article, il ne restait déjà rien de leur initiative dans les archives de 4chan. Vous pouvez continuer à faire des White Russian sans passer pour un raciste.