politique

Maxime Bernier suggère de déployer l’armée à la frontière

« Nous utilisons les Forces canadiennes pour répondre aux catastrophes naturelles [...] »
29 mars 2017, 1:37am
Photo : Codie McLachlan/La Presse Canadienne

Le candidat à la chefferie du Parti conservateur (PCC), Maxime Bernier, propose une mesure plutôt extrême pour contenir le flux de migrants qui traversent illégalement la frontière des États-Unis vers le Canada. Il suggère le déploiement des Forces armées canadiennes dans les zones problématiques.

« Nous utilisons les Forces canadiennes pour répondre aux catastrophes naturelles, utilisons-les de façon temporaire dans les zones où ces gens traversent la frontière », a-t-il déclaré à CBC News.

Bernier réagissait aux propos de son principal rival dans la course, l'homme d'affaires Kevin O'Leary. Ce dernier veut utiliser la clause dérogatoire pour
empêcher les migrants qui traversent la frontière illégalement d'avoir droit à la protection des tribunaux ou aux soins de santé.

Invoquée dans des situations exceptionnelles, la clause dérogatoire est une disposition prévue à l'article 33 de la Charte canadienne des droits et libertés qui permet la création de lois qui contreviennent à certains articles de la Charte.

Une entente entre le Canada et les États‑Unis stipule que « les demandeurs d'asile sont tenus de présenter leur demande dans le premier pays sûr où ils arrivent ». Ainsi, les réfugiés qui sont d'abord passés chez nos voisins du sud ne peuvent faire de demandes officielles au Canada, ce qui les contraint à passer illégalement. Une fois au Canada, un processus s'enclenche auprès de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

« Il faut créer une nouvelle loi qui dit : "Si vous traversez la frontière et que vous venez au Canada, il y a une disposition qui dit qu'on vous renvoie. Si nous demandons à notre allié s'il veut de vous et qu'il dit non, on vous retourne dans votre pays d'origine." », a déclaré Kevin O'Leary à La Presse canadienne.

Maxime Bernier était d'accord avec l'idée « si nécessaire », mais il a voulu aller plus loin en proposant l'utilisation des Forces canadiennes à la frontière. Proposition qu'O'Leary a contestée, enaffirmant qu'il ne faut surtout pas militariser la frontière.

Dans sa politique en matière d'immigration, Maxime Bernier suggère aussi d'« augmenter les ressources du SCRS, de la GRC et des agents canadiens d'immigration pour faire des vérifications d'antécédents et des entrevues si nécessaire. »

Ces déclarations ont été faites hier alors que les différents candidats étaient dans la dernière ligne droite pour recruter des membres leur étant favorables. En effet, c'est aujourd'hui la date limite pour devenir membre du PCC afin de pouvoir participer à l'élection du prochain chef qui aura lieu le 27 mai.