Manger comme un jaïn en Inde

La religion jaïne prescrit un régime alimentaire « non-violent ». Pas de chair. Pas d'œufs. Mais les interdits ne s'arrêtent pas là. On s'est plié à ses strictes règles le temps d'un repas. Récit.

|
21 Mars 2017, 10:24am

« Qu'est-ce que vous savez à propos de la religion jaïne ? » Au jeu des questions-réponses, Vinay Jain a lancé l'offensive le premier. À presque soixante-dix ans, bien accroché au volant de sa voiture, c'est lui qui pose les questions.

Ce n'est qu'une fois installé devant sa tasse de thé au luxueux Taj Hotel de New Delhi qu'il accepte de lâcher les commandes de la discussion. « 'Vivre et laisser vivre' est le principe qui guide toute action dans la religion jaïne », résume ce retraité qui occupe une partie de son temps libre à gérer le temple de son quartier à Dwarka, dans la banlieue de la capitale indienne.

Pour les quatre millions de disciples de cette religion née en Inde (soit 0, 4% de la population du pays), toute forme de vie est sacrée et doit être traitée avec respect et compassion. Tout un mode de vie fondé sur ce que l'on appelle l' ahimsa, la « non-violence », dont la première déclinaison chez les jaïns a lieu… dans l'assiette.

NC Jain (à droite) et Vinay Jain (à gauche) lors du dîner familial. Toutes les photos sont de Niha Masih.

Une alimentation « non-violente »

La viande et le poisson sont strictement interdits et toutes les plantes qui poussent sous la terre ne devraient pas non plus finir au menu. « Il existe de nombreuses formes de vie sous la terre que l'on ne peut pas voir et en déterrant des carottes, des pommes de terre ou encore des oignons ou de l'ail, on risquerait de leur faire du mal », explique Vinay Jain.

On ne touche pas non plus au miel ou à l'alcool.

Et pour cause, le jaïnisme considère que la réincarnation est conditionnée par un comportement exemplaire dans les sphères religieuses, sociales et alimentaires de l'individu. L'objectif ultime demeure la moksha, c'est-à-dire la libération du cycle des réincarnations. Si les moines jaïns suivent un régime alimentaire très strict, les disciplines peuvent s'autoriser quelques entorses.

Selon la tradition, il nous faut manger de la nourriture fraîche alors nous cuisinons trois fois par jour.

Vinay s'est d'ailleurs rendu à plusieurs reprises coupable de manger des pommes de terre. « Difficile de ne pas y goûter, c'est un peu un aliment universel », se justifie-t-il. Lorsqu'il est en voyage, il se rabat généralement sur les menus végétariens, mais certains pays offrent peu d'alternative à la viande. « Lorsque j'ai voyagé en Turquie, j'ai été affamé pendant dix jours », se souvient celui qui n'a jamais touché un seul morceau de chair. Pour faire l'expérience de la cuisine jaïne, Vinay Jain finit par accepter de nous inviter à partager un repas chez sa sœur Geeta le lendemain soir.

Pas de légumes poussant dans la terre, pas de chair, d'œuf. De droite à gauche dans les petits pots : des pois chiches en sauce, des boulettes de calebasse, des pois chiches dans du yaourt. Sur l'assiette, quelques combos grillés.

Manger comme le commun des mortels

Il est à peine 17h30 lorsque la famille, tout endimanchée, nous accueille. Les en-cas défilent les uns après les autres. « Tout est fait maison », assure Geeta, la maîtresse de maison vêtue d'un élégant sari. « Selon la tradition, il nous faut manger de la nourriture fraîche alors nous cuisinons trois fois par jour », explique-t-elle.

La famille Jain au complet. De gauche à droite : Prachi NC, Geeta, Poonam, Vinay et Tushar.

À 18h30, les femmes retournent en cuisine pour faire frire les puris, ces pains indiens qui ressemblent à des ballons emplis d'air lorsqu'ils sont servis chauds. Les hommes nous invitent à nous installer avec eux pour déguster des pois chiches en sauce, des boulettes de calebasse et des combos grillés.

Normalement, un jaïn ne doit pas manger après le coucher du soleil.

Au premier coup d'œil, il est difficile de voir la différence avec la cuisine indienne végétarienne. Mais au goût, la cuisine jaïn est plus clémente avec le palais des néophytes du masala food. La nourriture, moins épicée, est également servie en quantité raisonnable pour permettre à l'esprit d'être plus concentré. « De temps à autre, il faut savoir manger un peu trop », lâche tout de même NC Jain en nous invitant à nous resservir.

Prachi, la belle-fille de NC Jain et de Geeta Jain. Une assiette de puris, ces pains indiens emplis d'air comme des ballons.

Il est plus de 19 heures lorsque Geeta a fini de s'occuper de ses invités. Ce soir, elle ne dînera donc pas, en accord avec les principes jaïns. Si aujourd'hui beaucoup ne se plient pas à cette règle, un jaïn ne doit normalement pas manger après le coucher du soleil. « La nuit tombée, de nombreux micro-organismes se développent et les risques de manger un insecte par mégarde sont plus grands », explique Vinay Jain. Et de poursuivre : « Lorsque la religion s'est développée, il n'y avait pas d'électricité et la flamme de la bougie pouvait aussi s'avérer redoutable pour ces organismes vivants. »

Manger comme un saint

Les moines, eux, ne mangent qu'une seule fois par jour, le matin. Geeta nous accompagnera quelques jours plus tard rencontrer Sruthsagar ji Acharya, un sadhu en visite dans un temple non loin de là. Ce jour-là, une poignée de fidèles s'activent depuis le lever du soleil pour lui préparer sa nourriture.

Les fidèles forment un cercle autour du moine. Sruthsagar ji Acharya reçoit son repas quotidien des fidèles.

Vers 10h00, Sruthsagar ji Acharya entre dans la pièce. Il est entièrement nu, les moines ayant renoncé à toute possession matérielle. Lui, préfère nous dire qu'il « porte le ciel », en harmonie avec le monde environnant. Il reste debout, les paumes ouvertes, face aux fidèles qui forment un arc de cercle. Un à un les disciplines y déposent des petites portions de nourriture qu'il porte ensuite à sa bouche.

Les petits bols dans lesquels se trouvent les fruits que mangera aujourd'hui Sruthsagar ji Acharya.

Le rituel débute avec des fruits coupés en petits morceaux le jour même. « Si la nourriture doit être fraîche, nous attendons 48 minutes avant de manger un fruit qui a été coupé car cet être vivant peut encore ressentir des sensations pendant ce laps de temps », nous explique Sruthsagar ji Acharya. Pour les jaïns, l'eau, la terre, le feu, le vent et les plantes, au même titre que les insectes et les animaux, possèdent une âme ainsi que différents niveaux de sensation et de pensée. Alors tout ce que Sruthsagar ji Acharya mange, il le mange en petite quantité.

De l'Himalaya à Kanyakumari

« Si je pouvais me passer de nourriture, je le ferais mais mon organisme en a besoin pour fonctionner », s'est-il résigné.

La nourriture est finalement la seule chose à laquelle il ne peut renoncer totalement. Car en devenant moine à 19 ans, l'homme qui en a aujourd'hui 38, a laissé toute sa vie d'avant entièrement derrière lui. La communauté des jaïns est pourtant l'une des plus riches et influentes de l'Inde. « J'ai tout abandonné pour la paix et le bonheur car lorsque vous êtes mariés et que vous avez des enfants, vous redevenez impliqué dans le monde et cela est source de tensions et de problèmes ».

Les fidèles déposent des petites quantités de nourriture dans les paumes de Sruthsagar ji Acharya qu'il porte ensuite à sa bouche.

Pas d'attaches donc pour ces moines qui sillonnent constamment le pays à pied. Seule la saison des pluies les oblige à se sédentariser quelques temps. « À cette période de l'année, la nature est luxuriante et les insectes prolifèrent, alors nous ne vagabondons plus pour éviter de leur faire du mal dans nos déplacements », nous explique-t-il installé à sa table d'études et toujours dans son plus simple appareil.

Il repartira quant à lui dès le lendemain sur les routes indiennes. Muni de son seul balai en plumes de paon afin d'écarter les insectes de son chemin sans les écraser.

Et les non-végétariens ? « Ils voient les choses différemment mais on ne peut pas leur en vouloir », tient à rassurer Sruthsagar ji Acharya. Car en Inde, certaines franges les plus radicales des communautés hindoue et jaïne jouent de leur influence pour pousser à l'interdiction de la viande. Dans certaines villes des sociétés de résidents refusent systématiquement de louer un appartement à des non-végétariens. Une politique qui porte en fait directement atteinte aux minorités religieuses du pays, à commencer par les musulmans. « Vivre et laisser vivre », reprend alors le sage comme réponse.

LIRE AUSSI : Dans les faubourgs de New Delhi se réfugie la cuisine tibétaine

Il repartira quant à lui dès le lendemain sur les routes indiennes. Muni de son seul balai en plumes de paon afin d'écarter les insectes de son chemin sans les écraser. De « l'Himalaya à Kanyakumari », à l'extrême sud de l'Inde.

Cette fois-ci nous prendrons congés le ventre vide, soûles d'une autre nourriture.