FYI.

This story is over 5 years old.

Le « Grimoire Seitanique » est la bible des végans métalleux

On a parlé au Black Metal Vegan Chef, un youtubeur à la fois musicien et chef de cuisine qui veut convaincre tout le monde d'arrêter de manger de la viande grâce à la puissance cryptique du metal.

Le végan et le black metal sont deux mouvements culturels qu'a priori tout oppose. Le black metal, d'un côté, est un sous-genre musical du heavy metal particulièrement menaçant et misanthrope. Les adeptes du véganisme, quant à eux, revendiquent un style de vie qui rejette tout type d'exploitation animale, notamment si c'est dans le but de produire des aliments.

Maintenant, il faut tenter d'imaginer le type de créature hybride qui pourrait naître du mélange de ces deux univers. Ça donne Brian Manowitz alias le Vegan Black Metal Chef : un mec plutôt chaud qui explose les vues sur Youtube.

Publicité

On était curieux de poser quelques questions à cet homme qui est à la fois musicien, youtubeur et chef de cuisine – il vient de publier un livre de cuisine ou plutôt un « Grimoire Seitanique ». Son objectif ? Réussir à convaincre tout le monde d'arrêter de manger de la viande.

Salut Brian, peux-tu nous expliquer le concept du Vegan Black Metal Chef ?

C'est une chaîne youtube qui propose des vidéos de recettes véganes, mais il n'y a pas d'interaction avec le spectateur à proprement parler. À la place, j'écris des morceaux pour chaque épisode et les paroles sont les instructions de la recette – il y a même des sous-titres pour ceux qui ne captent pas les codes du metal.

Tu es végan dans la vraie vie ?

Absolument. Ça fait 15 ans, maintenant.

Comment es-tu devenu végan ?

Pour la faire courte : je suis contre l'exploitation des animaux. Pour la version longue, rien d'extraordinaire : j'ai eu une révélation végane tout ce qu'il y a de plus banal. Quand j'étais au lycée, je traînais avec une copine qui a un jour décidé de devenir végan. J'approuvais son choix mais que je ne me sentais pas encore prêt à sauter le pas. Un an après je l'ai retrouvé à l'université et je lui ai dit : « Ça fait un an que tu manges comme ça et tu n'es toujours pas morte ! ». J'avais devant moi la preuve que rien de dramatique n'allait m'arriver et j'ai donc pris la décision de passer le pas. Enfin, il y avait toujours une certaine peur en moi, mais j'ai compris qu'elle était infondée. J'ai donc commencé par expérimenter une phase végétarienne pendant quelques mois avant de devenir définitivement végan.

Publicité

Et le black metal, c'est venu comment ?

Je suis dans le metal depuis que j'ai quitté la maternelle. Le premier titre que j'ai entendu, c'était Dr Feelgood des Mötley Crüe. J'ai fait partie de plusieurs groupes aussi. Actuellement je me concentre sur Forever Dawn, mon projet de metal industriel.

Qu'est-ce que tu penses de l'utilisation de sang, des animaux sacrifiés et du cannibalisme qui sont des thèmes qui reviennent souvent dans l'imagerie métal ? Est-ce que ce n'est pas un peu contradictoire pour toi ?

Pas vraiment. Pour moi, un type qui plante des têtes de cochon sur des lances n'est pas pire qu'un chanteur de pop habillé en cuir qui se trémousse sur un plateau télé. Qu'importe le genre musical, c'est la même représentation. Seulement, l'une est plus explicite que l'autre.

Est-ce qu'il y a des points communs entre la culture végane et la culture métal ?

C'est sans doute un peu tiré par les cheveux, mais je pense que oui. Quand tu commences à remettre en question les normes culturelles et sociales qui conditionnent à peu près tout ton environnement, tu prends un positionnement assez dissident. Et je pense que cette démarche est commune chez les végans et dans le métal. Ils essayent tous les deux d'éveiller politiquement, socialement ou religieusement les consciences. Beaucoup de paroles de chansons métal prennent parti sur ces questions.

On ne peut pas nier que les végans et les metalleux sont des gens qui se prennent quand même pas mal au sérieux.

Publicité

C'est vrai. C'est pour ça que le personnage du Vegan Black Metal Chef se veut humoristique. J'essaie de jouer sur l'absurde. Je suis très sérieusement végan et très sérieusement metalleux. Quand je fais la cuisine, je me prends aussi très au sérieux. Tu vois, on pourrait penser que je prends tout trop au sérieux. L'important, c'est d'avoir du recul sur ce que tu fais et ne pas le prendre mal quand on se fout de ta gueule parce que tu te prends trop au sérieux.

Du coup quand tu mélanges le metal, la cuisine et le véganisme, c'est un moyen pour toi de tous les tourner en dérision ?

Voilà, il y a une volonté comique derrière tout ça – c'est du divertissement.

Pourquoi ce mélange des genres rencontre autant de succès selon toi ?

Bonne question. Quand j'ai sorti la première vidéo il y a quatre ans, c'était assez unique dans le paysage internet, donc ça a trouvé un petit public. Je n'ai rien fait de spécial niveau promo, si ce n'est poster les vidéos sur Facebook. Je pense que c'est venu de là. La base du programme, c'est la cuisine végane. Donc normalement, si le spectateur n'est pas vegan, il est censé se lasser après un ou deux épisodes. Sauf qu'il semble justement que les gens ne regardent pas seulement pour les recettes ou l'aspect cuisine : ils sont surtout sensibles à la démarche.

Ça te prend combien de temps de réaliser un épisode ?

Si je n'ai rien d'autre à faire en parallèle, je peux faire un épisode en un peu moins de deux mois. Mais si je bosse à côté, ça peut prendre trois mois. C'est moi qui joue toutes les parties instrumentales : guitares, clavier, basse, je compose aussi sur une boîte à rythme. Ensuite, je mixe tout ensemble et je filme moi-même toutes les séquences.

Publicité

Et tu as un vrai boulot à côté ?

Plus maintenant. C'est devenu mon activité à plein-temps. Il y a des hauts et des bas, mais surtout des hauts en ce moment. Le livre de recettes va bientôt sortir et la cagnotte Kickstarter a dépassé toutes mes espérances.

En parlant de ça, d'où vient le titre de ton livre de recettes : « Le Grimoire Seitanique » ?

Le seitan est un aliment réalisé à base de protéine de blé, ça permet de faire des simili-carnés super-bons. Et ça fait aussi un très bon jeu de mots avec « satanique ». C'est un livre écrit dans la langue du metal et présenté comme un grimoire.

BMVC-buffalo-bites

Des bouchées au Seitan

C'est quoi au juste, la « langue du metal » ?

†VA LE DÉCOUVRIR PAR TOI-MÊME PARCE QUE CE LIVRE DES TÉNÈBRES EST TELLEMENT CRYPTIQUE QU'IL TE FAUDRA LES LUNETTES D'UN ORACLE POUR EN COMPRENDRE LE MESSAGE†

Je crois que je commence à capter. En dehors de cette manière de s'exprimer, est-ce que ce livre de cuisine est très différent des autres ?

Quand je réalise mes vidéos, j'essaie toujours de produire du contenu que j'aurai moi-même envie de regarder. Là, j'ai écrit le livre que j'aurais voulu lire. Pour chaque recette, il y a des photos étape par étape, histoire de se rassurer. Et puis il y a aussi beaucoup de codes QR à scanner pour avoir des vidéos en plus.

Est-ce que tes vidéos, ton livre et ta démarche sont une façon de sensibiliser les gens à la cause animale ?

Mais carrément, putain ! C'est tout le but du truc. J'espère qu'un jour je pourrais simplement me faire appeler le « Black Metal Chef » telle le mot « vegan » devenu banal.

Merci, cher Vegan Black Metal Chef !

Merci à toi.