Publicité
Food by VICE

Ce moment gênant où le serveur apprend qu’il va devoir vous chanter « Joyeux Anniversaire »

Thomas nous raconte toute la détresse qu’il ressent quand, en tant que serveur, il doit apporter un gâteau et chanter « Joyeux Anniversaire » à un total inconnu.

par Thomas Clarke
19 Février 2016, 11:00am

Bienvenue dans Cuisine Confessions, une rubrique qui infiltre le monde tumultueux de la restauration. Ici, on donne la parole à ceux qui ont des secrets à révéler ou qui veulent simplement nous dire la vérité sur ce qu'il se passe réellement dans les cuisines ou les arrière-cuisines des restaurants. Dans cet épisode, Thomas évoque toute la détresse qu'il ressent quand, en tant que serveur, il doit apporter un gâteau et chanter « Joyeux Anniversaire » à un total inconnu.

Assez régulièrement, je me retrouve à devoir chanter « Joyeux Anniversaire »avec un gâteau ridicule dans les mains, à un client que je ne connais ni d'Ève ni d'Adam. Outre le fait que je sois en train de me cramer les doigts à cause de ces putains de bougies-étincelles, je suis surtout en train de vivre l'un des moments les plus embarrassants dans la vie d'un serveur – une scène de gêne intense qui vous tombe toujours dessus au moment où vous avez environ un million d'autres trucs à gérer dans la salle.

Alors, oui, j'ai un boulot, c'est déjà et au lieu de me plaindre, je devrais plutôt me réjouir de pouvoir m'investir autant dans mon travail. Mais merde quoi, vous en connaissez beaucoup des jobs qui impliquent de devoir s'improviser bouffon du roi pour chanter « Joyeux Anniversaire » à un client ?

Ça me fait plaisir de vous laisser un peu galérer à me poser la question secrète qui vous brûle aux lèvres depuis que vous êtes arrivés : « Est-ce que vous faites quelque chose en particulier pour les anniversaires ? »

Parce que, je vous rassure, chanter complètement faux devant un groupe de dix adolescentes prépubères est bien l'expérience de vie la plus merdique qui soit. J'ai signé un contrat de serveur dans un restaurant – pas de chanteur lyrique dans un opéra. Bon, je dois quand même avouer qu'au début, ça me faisait marrer, surtout quand je devais chanter pour une petite mamie ou un marmot : contrairement aux apparences, je ne suis pas aigri au point de détester rendre quelqu'un heureux le temps d'une soirée.

Mais je vous connais par cœur, vous et votre envie irrésistible de faire une surprise à votre ami. Vous sortez discrètement de table en prétextant une envie pressante (vous demandez à vos amis s'ils savent où sont les toilettes, pour faire plus crédible), vous essayez de me repérer au loin (moi, le serveur) et vous espérez secrètement que je vais bien vouloir être coopératif.

Dès que nos regards se croisent, vous ralentissez le pas et vous répétez dans votre tête le baratin que vous allez bientôt me sortir. Je le connais si bien que la plupart du temps j'ai déjà anticipé le coup (parce que oui, je vous ai vu arriver à 10 kilomètres) et j'ai commandé un gâteau en cuisine. Mais ça me fait plaisir de vous laisser un peu galérer à m'expliquer votre plan à voix basse et me poser la question top secrète qui vous brûle aux lèvres depuis que vous êtes arrivés : « Est-ce que vous faites quelque chose en particulier pour les anniversaires ? » L'échange ressemble terriblement à un deal de drogue. Et c'est moi le dealer.

J'ai remarqué qu'avec le temps, les gens laissent de moins en moins de pourboires. Moi ce que je voudrais, c'est qu'avec le temps, on ne demande plus aux serveurs de chanter.

La démarche est touchante mais croyez-moi, la dernière chose au monde que vos amis veulent, c'est de m'entendre leur chanter « Joyeux Anniversaire ». Car subitement, vos amis et moi nous retrouvons malgré nous au milieu d'un moment hyperembarrassant, complètement à nos dépens. Un peu comme quand on se réveille à côté de quelqu'un sans se souvenir de rien. À chaque fois, j'ai l'impression que l'univers tout entier s'est mis d'accord pour se foutre de ma gueule et j'imagine que Dieu en personne va descendre sur Terre d'un moment à l'autre et m'expliquer que c'est le prix à payer pour la vie de débauche que j'ai mené.

Et puis, passé la barre des vingt-cinq ans, entre nous, qui a encore envie de fêter son anniversaire ? Chaque année qui passe n'est qu'un rappel douloureux qui vient entériner le fait que l'on se rapproche encore un peu plus de la retraite et donc, de la mort – qui arrive encore plus tôt quand on travaille dans le milieu de la restauration.

LIRE AUSSI : Je suis ce barman qui assiste, impuissant, à tous vos rencards Tinder

D'accord, je conçois que cela puisse être une tradition de marquer le coup le jour de son anniversaire. Mais franchement, vous conviendrez que devoir traîner mon mètre quatre-vingt-treize pour vous rapporter une tarte à la crème en chantonnant une chanson bidon avec une voix clairement pas faite pour ça et en plus, devoir marquer une pause au moment où vous criez le nom de l'heureux élu, c'est clairement une expérience aussi pénible pour vous que pour moi.

J'ai remarqué qu'avec le temps, les gens laissent de moins en moins de pourboires. Moi ce que je voudrais, c'est qu'avec le temps, on ne demande plus aux serveurs de chanter. Commandez votre gâteau, faites chanter vos amis à la table et laissez le serveur tranquille, bordel.

Tagged:
Munchies
Food
Penser
serveur
bougies
gâteau d'anniversaire
chanson joyeux anniversaire
joyeux anniversaire
joyeux anniversaire au restaurant
métier de la restauration