On a parlé au type qui a inventé le vin bleu

Pour Aritz López, sa création doit secouer les traditions viticoles du pays et pousser les gens à « briser les règles pour en créer de nouvelles ».
7.7.16

Si on vous dit « Espagne » et « esprit révolutionnaire », vous allez forcément penser à un bouquin d'Hemingway et à la guerre civile. Aujourd'hui, les Espagnols ont apparemment trouvé une manière beaucoup plus polie de se « rebeller ».

Gïk Live, petite entreprise fondée par six vingtenaires, tente de bouleverser les traditions viticoles du Pays Basque. Un ethos subversif qu'aurait probablement salué n'importe quel défenseur de la liberté (ou n'importe quelle start-up de la Silicon Valley).

LIRE AUSSI : Ces vignerons rebelles qui mettent l'anarchie en bouteille

Pour tenter de concurrencer l'industrie du vin espagnol, Gïk a une arme secrète : un vin bleu électrique titrant à 11,5 %. La couleur est obtenue en mélangeant des pigments de raisin noir et un colorant naturel. Lancé en Espagne le mois dernier, le vin bleu est désormais disponible en ligne à l'attention des consommateurs britanniques avec un slogan : « We are Gïk and we will change the world » (« On est Gïk et on va changer le monde »). Pas besoin des brigades internationales cette fois.

Nous avons contacté Aritz López, l'un des fondateurs de Gïk, pour qu'il nous parle un peu de son schtroumpf de vin. Il parle au nom de toute l'équipe de Gïk car, comme il le dit, « on travaille horizontalement, sans hiérarchie établie, et nous nous considérons tous comme les créateurs :P »

Publicité

Viva la revolucion.

**MUNCHIES : *Salut Aritz. Peux-tu nous décrire la saveur de votre vin bleu* ?** Aritz López/l'équipe Gïk sans hiérarchie** :** Notre but était de créer une boisson qui se déguste facilement. Contrairement aux autres vins, pas besoin de suivre des cours d'œnologie ou d'avoir fait vingt mille dégustations pour apprécier Gïk. Ce vin est conçu pour le plaisir de tous, pour des gens normaux qui ne veulent pas des dizaines de règles à respecter pour apprécier un vin classique. Bref, pour des gens comme nous. On peut seulement dire qu'il a le goût d'un vin bleu, le goût d'un coup de pied dans une industrie vieillissante. Ça peut paraître évident, mais il a un goût vraiment unique. Il est frais, sucré et facile à boire.

**OK, *et comment tu interprètes ce goût* ?** Pour moi, c'est l'inverse d'un vin complexe. C'est doux et frais et on ne boit pas des siècles d'histoire. Bizarrement, quand on a fait un blind-test, seulement une personne sur quinze a trouvé qu'il s'agissait d'un vin. Certaines personnes ont carrément cru qu'il s'agissait d'un soda sans alcool !

*Et pourquoi vous avez voulu le colorer en bleu ?* Cette couleur a beaucoup de signification pour nous. Quand on a commencé à réfléchir à ce projet, on a lu un livre qui s'appelait Blue Ocean Strategy et qui expliquait qu'il y a deux types d'océans : les rouges, pleins de requins (les compétiteurs) qui se battent pour attraper les quelques poissons (les clients) – l'océan devient rouge à cause de tout le sang. Le livre explique comment garder les océans bleus – des zones où tout le monde peut vivre librement grâce à l'innovation et la créativité.

Publicité

*Cool. Et pourquoi vous en prendre à l'industrie du vin pour secouer tout le cocotier ?* Nous sommes des artistes, des musiciens, des ingénieurs – tous très jeunes (entre 22 et 28 ans). Nous sommes nés dans un pays où le vin fait vraiment partie de la culture. Cela n'a pas changé depuis des siècles et la tradition prévaut encore sur l'innovation.

On s'est dit que ce n'était plus dans l'air de temps et qu'il fallait réfléchir à une façon de changer les choses. Aucun de nous n'appréciait le vin classique et toutes les règles qui l'entourent. C'est carrément le liquide qui sert à représenter le sang du Christ à la messe ! C'est pour ça que nous avons voulu commencer notre révolution en créant un vin bleu doux et facile à boire.

*Et comment vous faites en sorte qu'il soit bleu ?* Personne dans l'équipe n'est ingénieur en chimie ou vigneron. Mais nous avons été aidés par notre établissement, l'Université du Pays Basque. Ils nous ont prêté un laboratoire où l'on pouvait faire des tests et nous avons aussi reçu de l'aide d'une équipe d'ingénieurs et d'autres instituts technologiques très importants dans l'industrie agro-alimentaires.

Nous mélangeons d'abord différents vins blancs et rouges. Ensuite, on ajoute deux pigments : l'anthocyane, un composant de la peau du raisin noir, et l'indigotine, un autre pigment naturel. C'est grâce à ça qu'il devient bleu. Ensuite, on altère le goût avec des édulcorants pour qu'il se rapproche d'un soda.

13061965_1065962226809377_500209756210291556_n

Juste quelques potes habillés en bleu qui boivent du vin bleu dans une piscine d'eau bleue. Photo via Gïk Live.

*Et tu ne penses pas que pour lutter contre l'élitisme autour du vin, ce serait plus facile d'éduquer les gens en la matière ?* Je ne sais pas si notre façon d'aborder les choses est meilleure ou pire. C'est juste différent. Pour nous, Gïk n'est même pas un vin bleu, c'est plutôt le symbole de nos valeurs : la création et la rébellion. On dit toujours : boire du Gïk ce n'est pas seulement boire un vin bleu, c'est boire de l'innovation, c'est briser les règles pour en créer de nouvelles. C'est réinventer les traditions.

Je pense que c'est pour ça que Gïk peut encourager les gens à oublier tout ce qu'on leur a dit et répété, ils peuvent aimer boire ce vin comme ils veulent.

*Tu considères que ce produit est juste un contre-pied à l'élitisme du monde du vin ou bien est-ce que c'est une boisson à prendre au sérieux ?* Nous avons conscience que certains nous considèrent comme des fauteurs de trouble. Quelques vignerons traditionnels nous ont dit que Gïk était un blasphème, une invention horrible. L'un d'eux nous a même suggéré d'aller plutôt créer des applis et de laisser leur industrie tranquille. Mais pour nous, ce qu'on fait a beaucoup de sens. On aime la transgression et l'idée de changer les préjugés des gens.

Comme je te l'ai dit, on ne considère même pas vraiment ça comme un vin. Le goût rappellerait plus celui d'une bière, d'un soda ou d'un cocktail. On voit ça comme une création ouvrant la voie à une nouvelle catégorie de boissons.

*Merci pour cette discussion, Aritz.*

_Les réponses ont été éditées pour plus de clarté et de concision._