Sports

Le guide VICE Sports de l'Euro 2016 : Groupe E : le grand kiff

La Belgique, l'Italie et la Suède s'affrontent dans ce groupe, tandis que les Irlandais sont là juste pour le kiff.
10.6.16
The craic is going to be mighty // EPA Images/Andy Rain

Cet article vous est présenté par Zlatan.

Avant-dernier volet de notre guide de l'Euro avec le groupe E dans lequel se retrouvent la Belgique, l'Italie, la Suède et l'Irlande. Alors que la bataille pour les trois premières places s'annonce serrée, les Irlandais vont, quoiqu'il arrive, boire beaucoup de Guinness et sortir des drapeaux et autres banderoles à l'effigie de Shane Long. Ils vont sans nul doute passer un très bon moment.

BELGIQUE

Comment sont-ils arrivés là ? La Belgique a terminé à la première place de son groupe de qualification, bien qu'elle ait été talonnée par le pays de Galles qui leur a prouvé qu'ils n'étaient pas là pour la déconne. A Bruxelles, l'équipe de Chris Coleman a décroché un bon match nul (0-0), avant de finalement perdre 1-0 à Cardiff.

Les stars : Il y a des grands noms de la Premier League comme Thibaut Courtois, Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku, qui font partie des meilleurs joueurs du championnat anglais. Il y a aussi Marouane Fellaini, au cas où il y aurait besoin de mettre un coup de tête à un adversaire.

// EPA Images/Laurent Dubrule

Le sélectionneur : Marc Wilmots, ancien milieu de terrain aux cheveux lissés, compte 70 sélections avec la Belgique dans les années 1990 et au début des années 2000. Il était censé mener l'équipe à la victoire finale lors de la Coupe du monde 2014, mais les Diables Rouges se sont couchés en quart de finale.

Ce qu'on peut en attendre : Les Belges figurent une fois de plus comme les favoris de la compétition, mais leurs récentes performances semblent en deçà de celles de la France, de l'Allemagne et de l'Espagne. Ils ont les qualités individuelles pour aller en demi-finale et au-delà, mais ce n'est pas forcément l'équipe la plus équilibrée de cet Euro.

// EPA Images/Laurent Dubrule

ITALIE

Comment sont-ils arrivés là ? L'Italie a confortablement terminé en tête de son groupe de qualif, avec quatre points d'avance sur la Croatie, deuxième. Avec la présence de la Norvège, de l'Azerbaïdjan et de Malte, on comprend mieux pourquoi.

Les stars : Bien qu'Andrea Pirlo n'ait pas réussi à se qualifier pour la compétition, l'équipe azzuri possède quand même dans ses rangs des icônes comme Gianluigi Buffon, Thiago Motta et Daniele De Rossi. Ils sont le noyau de l'équipe tandis que les jeunes que sont Stephan El Shaarawy, attaquant de la Roma, et Simone Zaza, celui de la Juventus, devraient apporter un peu plus de fun et d'exubérance à cette équipe.

// EPA Images/Andreas Gebert

Le sélectionneur : Après le tournoi, Antonio Conte quittera la sélection pour rejoindre Chelsea. Même s'il est un coach accompli, son départ annoncé en Premier League pourrait le distraire durant la compétition.

Ce qu'on peut en attendre : Bien que du côté de l'Italie tout semble relativement équilibré, on note encore un manque de maitrise technique. On s'attend donc à une sortie en quart de finale.

Antonio Conte, recruteur pour Chelsea (pardon, sélectionneur de l'Italie) // EPA Images/Filippo Venezia

IRLANDE

Comment sont-ils arrivés là ? Les hommes en vert ont gratté la troisième place de leur groupe de qualification, derrière la Pologne deuxième et l'Allemagne première. Ils ont vaincu la Bosnie-Herzégovine lors du barrage avec une relative facilité.

Les stars : Shane Long, James McClean et l'indéboulonnable Robbie Keane sont les grands noms de la sélection. L'équipe repose vraiment sur ces héros, même si Jonathan Walters peut jouer un rôle important.

Robbie Keane // EPA Images/Filipe Farinha

Le sélectionneur : Martin O'Neill, à ne pas confondre avec son homonyme manager de l'Irlande du Nord. Il est surtout connu pour être le dernier manager compétentd'Aston Villa, mais aussi pour ne jamais sourire ou très très rarement. Il a réussi à se mettre dans le pétrin avant le tournoi, en déclarant lors d'une fête en l'honneur de l'équipe qu'il ne voulait pas qu'on pense que lui et Roy Keane étaient gays parce qu'ils étaient allés ensemble au Super Bowl. On espère juste qu'il ne s'exprimera pas sur la communauté LGBT dans ses conferences de presse d'après-match.

Ce qu'on peut en attendre : La République d'Irlande aura du mal à sortir du groupe mais a les capacités pour ne pas se faire fesser. Heureusement, les fans sont uniquement là pour kiffer.

S'il te plaît Martin, ne casse pas l'ambiance // EPA Images/Fehim Demir

SUÈDE

Comment sont-ils arrivés là ? Les Suédois ont terminé troisième de leur groupe, loin derrière l'Autriche et la Russie. Pour aller à l'Euro, ils ont battu de justesse le Danemark en barrage en marquant un seul petit but.

Les stars : Il s'agit bien évidemment de Zlatan Ibrahimovic, principalement parce qu'il prend toute la place.

Le roi et ses sujets // EPA Images/Claudio Bresciani

Le sélectionneur : Erik Hamrén, un homme qui semble excessivement heureux à l'idée de manager l'équipe suédoise, ou toute équipe de football d'ailleurs. C'est beau.

Pour ce que ça vaut, il a beaucoup entraîné dans l'Allsvenskan, le championnat suédois. Et il a récemment remporté la Coupe de Suède si tant est que l'on puisse dire que l'an 2000 soit encore une époque récente.

Erik Hamrén, // EPA Images/Erik Nylander

Ce qu'on peut en attendre : En étant l'équipe la plus mal classée du groupe, la Suède se contentera de quoi que ce soit. Mais une fois de plus, il y a de fortes chances pour que Zlatan décoche une frappe de bœuf et hisse ainsi la Suède jusqu'aux huitièmes de finale grâce à son ego incommensurable.

Cet article vous a été présenté par Zlatan.