Commandité

Ma dernière paye : Catherine Potvin

Une affaire de goût.
20.11.18
Catherine Potvin Kimono
1537471342087-2018-06-27-BNC_LOGO_ARTICLE-1

Cet article fait partie de la série « Les vraies affaires ».

La semaine de Catherine Potvin est partagée entre deux activités : elle est designer dans une petite agence quatre jours de la semaine, illustratrice les trois jours restants. « Je te laisse faire le calcul, dit-elle en riant. Ça fait zéro jour off! »

Mais au moins, Catherine ne s’ennuie pas. Pour une fille qui se tanne assez facilement, c’est un rythme parfait, sans routine. En art, Catherine prône l’imperfection. Ses illustrations comportent toujours beaucoup d’humour et de mélanges de style improbables. L’important, c’est que tout ce qu’elle fait soit créatif. « Mes deux métiers s’inspirent l’un et l’autre sans arrêt, tout ce que je fais est assez lié, tout fait appel à l’imagination. »

Publicité

Catherine avait pourtant commencé par un métier plus classique. « Je viens d’une famille vraiment carrée, mes parents sont très matérialistes. Alors ils voulaient que je me trouve un vrai métier. » Catherine suit leur conseil et obtient un diplôme de comptabilité. Quelques années plus tard, elle quitte tout pour devenir artiste à plein temps.

« Au début, ma famille ne comprenait pas que je quitte l’administration pour un métier artistique. Il leur a fallu un peu de temps pour comprendre que je pouvais aussi en vivre! »

Grâce à ses études en comptabilité, Catherine est d’excellent conseil quand ses amis ont besoin de gérer leur budget. « Mais je gère un peu moins bien mon propre budget, je suis un peu le cordonnier mal chaussé! Toujours trop impulsive! »

À travers ses photos personnelles, Catherine nous raconte ses dépenses du mois dernier.

Un kimono d’un soir : 160 $

« Une de mes amies organisait un party pour ses 30 ans. Son thème, c’était « tout le monde en suit! » Tout le monde devait s’habiller propre et beau. Moi, j’avais pas envie de porter un costume, alors j’ai acheté un kimono que je trouve très chic, spécialement pour la soirée.

1542742304050-Cath-Kimono

« La culture japonaise, c’est une culture qui m’attire beaucoup. J’aime particulièrement les styles vestimentaires. Le Japon, c’est mon voyage de rêve, j’espère pouvoir y aller bientôt. Mais, si j’y vais, c’est un mois minimum, et je veux pouvoir acheter plein de choses sur place, donc il va falloir que j’économise. »

Publicité

Petits objets de déco : 100 $

« Quand les gens arrivent chez nous, ils disent que ça ressemble à un magasin. Tous les objets sont un peu trop bien rangés, et ils ont l’air prêts à vendre. C’est vrai que je les garde souvent vides, je les aime comme ça! On dirait un petit musée.

Catherine Potvin pots vides

« Cette passion pour les petits objets de déco vides a commencé quand je devais trouver des éléments de décoration pour des shoots dans ma job. Il fallait habiller les plateaux, et je partais avec certains objets. Depuis, je n’arrête plus. Certains peuvent coûter seulement 25 $, le plus cher devait être à 170 $. Quoi qu’il arrive, si j’ai un coup de foudre, il revient avec moi à la maison! »

Des jeux vidéo : de 5 $ à 80 $

« J’essaie le plus possible de rester au courant des nouveaux jeux qui sortent. J’adore jouer, donc, dès que je vois un jeu avec un beau visuel, même si je ne connais pas forcément, je vais l’acheter et le tester. Tous les mois j’en achète un nouveau. En ce moment, sur mon téléphone, je joue à Kontrast, un jeu vraiment magnifique.

Catherine Potvin jeux vidéos

« Je joue aussi à des jeux sur console. Dès que j’ai eu une grosse journée, je vais me mettre devant pour me détendre. Je viens juste de finir Inside, c’est vraiment génial, c’est une œuvre d’art! Et j’ai commencé Mario Odyssey. Je suis rendue à la moitié en deux jours. »

Des sucreries de nuit : 25 $

« Il existe un service de livraison de cochonneries à domicile, qui livre jusqu’à trois heures du matin! Comme j’ai de drôles d’horaires de travail, je suis souvent encore devant mon ordinateur à travailler tard dans la nuit. Donc, je me fais ce petit plaisir de livraison une fois par semaine environ.

Publicité
Catherine Potvin sucreries

« Je prends souvent la même chose, des bonbons, des chocolats, du popcorn au caramel et des pots de glace. À côté de ça, je mange sain heureusement! Parce que c’est vraiment impulsif. Quand je me couche, je suis toute ballonnée et je regrette à chaque fois. Mais ça ne m’empêche pas de recommander la fois suivante.

Des mini-plantes : 50 $

« J’ai un petit dépanneur à côté de chez nous et, à chaque fois que je vais chez eux, je leur achète une plante miniature. Je n’ai pas le pouce vert donc elles meurent, et il y a comme une rotation. Je pense que je les arrose trop, je ne suis pas sûre, mais c’est ma théorie, je crois que je les noie.

Catherine Potvin plantes

« J’ai une autre théorie, c’est que quand je suis seule à la maison, je chante fort et tout croche. Peut-être qu’elles préfèrent mourir plutôt qu’entendre ça. »

Cet article a été publié grâce au soutien de la Banque Nationale.