Etats-Unis

La Russie aurait piraté les élections américaines — Trump pense que c'est "ridicule"

Un rapport de la CIA indique que la Russie aurait interféré dans les élections présidentielles pour faire gagner Trump. Ce dimanche, le président élu a réagi sur Fox News.
12.12.16
Donald Trump

Donald Trump continue d'ignorer un rapport de la CIA explosif qui voudrait que la Russie se soit mêlée des dernières présidentielles, dans le but de le faire gagner.

« Je pense que c'est ridicule. Je pense que c'est juste une autre excuse, » a dit Trump au cours d'une interview avec Fox News, ce dimanche. « Je n'y crois pas. »

Des officiels des services de renseignements ont conclu vendredi dernier que la Russie avait piraté et diffusé des informations concernant des organisations et des individus du parti démocrate afin de permettre une victoire de Trump. « Avant, on savait que la Russie avait interféré, » a dit une source anonyme à NPR. « Mais on ne savait pas dans quel but. Maintenant, la CIA est arrivée à la conclusion que la Russie essayait de faire gagner Trump. »

Publicité

Un groupe bipartite de personnalités politiques, dont les sénateurs John McCain, Lindsey Graham et Chuck Schumer, ont diffusé un communiqué commun ce dimanche matin, notant que l'interférence russe dans les élections américaines devrait « inquiéter chaque Américain ».

« Cela ne peut pas devenir un problème partisan, » ont écrit les sénateurs. « Les enjeux sont trop élevés pour notre pays… nous allons oeuvrer pour unifier nos collègues sur la nécessité d'enquêter et de combattre les cyberattaques menées par des gouvernements étrangers. »

Cette affaire renforce les inquiétudes sur celui que Trump souhaite voir remplir le rôle de secrétaire d'État, Rex Tillerson, et sur les relations entre la Russie et l'administration Trump. En 2013, Tillerson, patron d'ExxonMobil, avait reçu « l'ordre de l'amitié » des mains de Vladimir Poutine. Les deux hommes sont depuis amis.

La réticence de Trump d'enquêter sur cette possible interférence russe dans les élections n'arrange en rien les relations tendues que le président élu entretient avec les services de renseignements et de sécurité.

Vendredi dernier, après l'apparition de l'affaire du piratage de l'élection dans les médias, Trump a essayé de discréditer les officiels des renseignements en questionnant leur crédibilité et en ressassant le passé en citant notamment des erreurs commises à l'époque de la guerre en Irak. « Il s'agit des mêmes personnes qui disaient que Saddam Hussein avait des armes de destructions massives, » a lâché Trump.

Publicité

Trump a aussi régulièrement séché les briefings quotidiens des renseignements — auxquels un président élu doit pourtant assister.

« J'y vais seulement quand j'en ai besoin, » a dit Trump à propos de ces briefings. « Je suis, genre, un mec intelligent. Je n'ai pas besoin qu'on me dise les mêmes choses chaque jour, et ce pour les huit prochaines années, » a confié Trump à Fox News.

Robert Baer, un ancien agent de la CIA, a dit à CNN que l'implication russe dans les élections américaines devrait pourtant garantir l'organisation de nouvelles élections.

D'autres membres de la communauté du renseignement se sont inquiétés des fanfaronnades de Trump sur cette affaire. « De voir que le président élu des États-Unis rejette la version de la communauté du renseignement. Wow, » s'est ému l'ancien directeur de la CIA et de la NSA, Michael Hayden, lors d'un événement organisé à New York, ce vendredi.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR