FYI.

This story is over 5 years old.

migrants

Calais : Les migrants tentent désespérément de passer par le tunnel sous la Manche

La compagnie Eurotunnel a dénombré plus de 3 500 tentatives d’intrusion de migrants sur son site depuis lundi. Un jeune soudanais y est mort dans la nuit de mardi à mercredi, touché par un camion.
29.7.15
Photo par Etienne Laurent/EPA

VICE News regroupe ses articles sur la crise migratoire mondiale sur son blog « Migrants »

Plus de 3 500 tentatives d'intrusion entre lundi et mercredi, c'est ce qu'a annoncé ce mercredi matin la société Eurotunnel — qui est le concessionnaire du tunnel sous la Manche. Le corps sans vie d'un jeune migrant soudanais a également été retrouvé sur place par des agents de la compagnie au petit matin ce mercredi.

D'après le journal Le Parisien, un homme de nationalité égyptienne a été électrocuté ce mercredi en début d'après midi, alors qu'il tentait de monter sur le toit d'un Eurostar stationné dans la Gare du Nord, à Paris. Le choc l'aurait fait chuter sur les rails. Selon la même source, les secours ont transporté l'homme à l'hôpital Saint-Louis non loin de là. Il aurait 16 ans d'après France Info, son pronostic vital est engagé.

Ces évènements interviennent dans un contexte de tensions entre Eurotunnel et le gouvernement français. Les deux se rejettent la responsabilité financière de nouvelles mesures de sécurité souhaitées par les différentes parties. Les drames se multiplient sur ce site que privilégient de plus en plus de migrants candidats à la traversée illégale de la France vers l'Angleterre, alors qu'ils préféraient jusque-là tenter le coup par le port.

Le Premier ministre britannique a exprimé ce mercredi sa « préoccupation » au sujet de la situation actuelle à Calais, où les associations continuent de déployer une opération d'urgence humanitaire.

À lire : Eurotunnel demande 9,7 millions d'euros à la France et à la Grande-Bretagne

« C'est un pic d'intrusion qui n'a jamais été enregistré jusqu'à présent, » indique un porte-parole du groupe Eurotunnel — contacté par VICE News ce mercredi. « Ils [les migrants] parviennent à s'introduire sur le site en escaladant les barrières et découpent nos grillages, » nous explique-t-il.

Vue en plongée d'une partie du site de l'entrée du tunnel sous la Manche, via Google Maps.

Dans la nuit de lundi à mardi, ce sont donc « plus de 2 000 tentatives d'intrusions » qui ont été enregistrées par le système de sécurité du groupe, « mais cela représente moins de 400 migrants en tout » précise le porte-parole. La nuit suivante, 1 500 tentatives ont encore été détectées. « Nous avons suivi la procédure habituelle, c'est-à-dire alerter les forces de l'ordre qui se chargent d'escorter les migrants en dehors du site, dans des bus qui sont affrétés par Eurotunnel, » détaille le porte-parole.

Un jeune Soudanais « âgé entre 25 et 30 ans » a été retrouvé mort sur le site ce mercredi matin. Une enquête policière a été ouverte afin de faire la lumière sur le décès du jeune migrant, qui a « vraisemblablement été écrasé par un camion duquel il serait tombé, » nous a indiqué le porte-parole du groupe. La société Eurotunnel a annoncé plus tard dans la journée avoir intercepté près de 37 000 migrants par ses propres moyens depuis le début 2015. Le groupe sollicite désormais l'aide des gouvernements français et britanniques.

Au niveau français, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a promis ce mercredi que des renforts — 120 hommes, dont des CRS et des gendarmes — allaient être dépêchés dans la zone, tout en insistant sur le fait qu'Eurotunnel doit « également prendre ses responsabilités», en affectant davantage de « moyens humains à la hauteur de l'enjeu » a précisé le ministre lors d'une conférence de presse.

Côté anglais, ce mercredi, la Freight Transport Association a alerté sur le coût des blocages et les pertes — qui concernent par exemple la nourriture et les médicaments périssables — pour les transporteurs routiers.

Depuis Singapour, où il est actuellement en visite officielle, le Premier Ministre David Cameron s'est dit « très préoccupé » par la situation actuelle, assurant que « tout sera fait pour travailler avec les Français » vers une sortie de crise. L'aide de 10 millions d'euros qui a été négociée ce mardi à Londres entre le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue Theresa May servira par ailleurs à ériger « une barrière d'environ 2 km de long » autour du tunnel.

D'autres mesures devraient être annoncées suite à la réunion de crise du « comité COBRA » — l'instance ministérielle chargée de la sécurité intérieure et de la lutte contre le terrorisme au Royaume-Uni — qui est organisée ce mercredi sous la direction de Theresa May.

Inauguré en juin 1994, le tunnel sous la Manche comporte deux voies réservées aux trains et un tunnel de service. Les trains à grande vitesse Eurostar — reliant Paris et Bruxelles à Londres — y circulent quotidiennement, tout comme les trains de marchandises et les « shuttles », des trains larges capables d'embarquer des camions ainsi que des véhicules de tourisme et des autobus. Les shuttles sont longs de 775 mètres, soit presque la longueur de huit terrains de football.

Selon la compagnie Eurotunnel, près d'1,5 million de camions de marchandises ont transité par le tunnel en 2014.

« Situation dramatique »

Afin de rejoindre l'Angleterre, les transporteurs comme les migrants ont le choix entre tenter d'emprunter ce tunnel ou essayer d'embarquer à bord des ferries qui partent du port de Calais. Mais ces dernières semaines, il semble que les migrants se tournent d'avantage vers le tunnel.

« La situation était déjà extrêmement difficile, mais là c'est dramatique, » nous explique Vincent De Coninck, chargé de la mission Nord Pas-de-Calais du Secours Catholique — qui intervient auprès des migrants de Calais. Interrogé par VICE News ce mercredi matin, De Coninck nous explique que la sécurisation du port de Calais « a grandement réduit l'offre des passeurs, qui ont augmenté leurs tarifs, » une situation qui « pousse les plus pauvres à prendre encore plus de risques, et donc tenter le passage par le tunnel. »

Regardez notre reportage — Calais : La jungle de l'exil

Une autre explication tient aussi aux blocages à répétition du port ces dernières semaines, où se joue une autre crise, sociale. Des perturbations résultant d'actions menées par les marins de la société coopérative et participative Seafrance (SCOP) qui protestent contre la vente de bateaux de la compagnie reliant la France et l'Angleterre.

Le trafic des ferries a repris — partiellement — ce mardi après-midi dans le port de Calais, avec le retour des bateaux de la compagnie danoise DFDS. Cette dernière avait décidé de suspendre ses liaisons trans-Manche, suite à des accrochages avec des marins grévistes de la société SeaFrance, qui auraient tiré des fusées de détresse en direction d'un bateau de cette autre compagnie. Une décision de justice doit être rendue vendredi quant à l'avenir de SeaFrance.

Un sommet en septembre

Depuis le début du mois de juin, neuf migrants sont morts à Calais en essayant de rejoindre l'Angleterre, soit une moyenne de plus d'un mort par semaine. Début juillet, une Érythréenne enceinte de cinq mois et demi est tombée d'un poids lourd, l'enfant qu'elle portait n'a pas survécu.

Sur place, au coeur des campements, Vincent De Coninck nous décrit des conditions de vie« très précaires » pour les 2 000 à 2 500 personnes qui y habitent. « Il y a eu quelques améliorations avec l'installation de points d'eau, de bennes à ordures, mais tout cela est encore insuffisant, » nous indique-t-il. Le travailleur humanitaire évoque une « rencontre prochaine » avec les autorités locales, tout en rappelant que son association est toujours engagée dans une opération humanitaire qui a été lancée par quatre ONG à Calais le 30 juin dernier.

À lire : Calais : mouvement social musclé des marins et « opération d'urgence » pour aider les migrants

Selon le premier adjoint à la mairie de Calais, Emmanuel Agius, « La ville de Calais subit un préjudice depuis le début des années 2000 et doit être indemnisée en conséquence. » Joint par téléphone ce mercredi après-midi, il nous indique que la maire de Calais, Natacha Bouchart, va demander un « sommet intergouvernemental » sur la question des migrants, « qui doit être organisé d'ici septembre, en présence de David Cameron, le Premier ministre français Manuel Valls et les représentants du port et du tunnel, » précise l'élu.

De ce sommet, la mairie de Calais espère obtenir des aides plus importantes et une reconnaissance de la crise qu'elle subit. « La ville en a assez d'être prise en otage, » indique Agius. Durant le sommet ce préjudice devrait être chiffré, « si c'est 50 millions d'euros, alors nous les prendrons. »

Suivez Pierre-Louis Caron sur Twitter : @pierrelouis_c