Profession designer de maillots de foot

Andy, surnommé XZTALS dans le milieu, crée des maillots de foot uniques et sort des sentiers battus et rebattus par les équipementiers classiques.

|
mars 20 2017, 1:08pm

Chaque année, alors que la saison touche à sa fin, le supporter lambda, c'est-à-dire, vous et moi, se sent subitement habité par un sentiment étrange, un mélange d'excitation et de crainte. Rien à voir avec les résultats de votre équipe favorite, cette fébrilité a une toute autre origine : vous le savez, il est bientôt temps pour votre club tant aimé de dévoiler les maillots que l'équipe portera lors de la saison à venir.

Ces dernières années, de manière générale, les créateurs de maillots de foot n'ont pas révolutionné le genre. A leur décharge, il faut bien comprendre que leur marge de manoeuvre est plus que réduite. Au bout d'un moment, difficile d'innover sur le maillot de Manchester United quand on doit composer avec les codes maison, à savoir le haut rouge, le bas blanc et les chaussettes noires. Les mecs font de leur mieux pour stimuler la folie dépensière des fans de foot chaque année, mais il est parfois difficile de distinguer les liquettes d'une saison à l'autre.

Ce manque d'audace a poussé pas mal de fans de maillots de foot à se lancer dans le milieu. La passion des supporters pour les tenues de foot est telle que certains d'entre eux ont même remporté un certain succès sur Internet. Dans ce petit monde des fashionistas du ballon rond, XZTALS, un jeune homme de Manchester de 20 ans, s'est fait un nom, même si sa mère continue à l'appeler Andy. Il a accepté de parler à VICE Sports de ses créations, et de cette passion qui le pousse à allier ses deux principaux hobbies dans la vie, la mode et le foot.

Un design original pour VICE Sports Espagne, qui n'a pas forcément dû plaire dans les bureaux barcelonais.

VICE Sports: Salut Andy. Avant de te rencontrer, on est tombés sur beaucoup de jeunes qui, comme toi, postent sur Internet leurs créations. D'où vient cette mode, d'après toi ?
Andy : Je pense que cet engouement s'explique car cette passion se trouve au carrefour de la mode et du foot, deux univers qui font rêver. C'est quelque chose de positif, parce que ça amène deux mondes radicalement opposés à se mêler, ce qui est plutôt rare. Au-delà de ça, il faut dire que Nike, Adidas et les autres marques de sportswear manquent d'originalité dans leurs choix. Au bout d'un moment, les fans ont envie de voir quelque chose de différent. Personnellement, j'adore créer de nouvelles tenues parce que ça me permet de faire quelque chose d'unique, qu'on ne voit pas ailleurs, et qui pousse les gens à se dire : « Et si les footballeurs portaient réellement ces maillots, ce serait pas plus cool ? »

Quand est-ce que tu as commencé à te lancer dans le domaine ?
Il y a 10 mois environ, quand j'ai découvert que plusieurs créateurs s'appropriaient les maillots des grandes équipes pour en faire des pièces uniques. J'ai décidé que j'allais faire ça, moi aussi. J'ai commencé parce que je trouvais ça marrant, mais je me suis vite rendu compte qu'en postant mes oeuvres sur les réseaux sociaux, j'étais vite reconnu, et cela me permettait d'avoir des retours des uns et des autres. Plus je persévère dans cette voie, et mieux je connais les clubs, les goûts des supporters et les maillots qu'ils aimeraient porter. Par exemple, j'ai observé que les fans italiens étaient très à cheval sur les couleurs utilisées pour chaque club. Là-dessus, ils n'apprécient pas beaucoup la fantaisie !

C'est quoi ton but, dans la vie ?
Le foot est l'une de mes plus grandes passions. Sans surprise, mon rêve serait de voir un jour mes créations portées par les joueurs sur le terrain. Je veux créer des maillots qui rendent les gens heureux. En ce moment, j'aime bien ce que fait Adidas à ce niveau et j'aimerais bosser avec eux tôt ou tard au cours de ma carrière. Et dans le meilleur des mondes, j'aimerais ensuite créer ma propre marque de sportswear.

Comment en es-tu arrivé à cette idée de mélanger les marques, les clubs et les tissus utilisés pour les maillots ?
Cette idée n'est pas de moi. A l'origine, les premiers à s'être prêtés au jeu, ce sont Emilio Sansolini et Mbroidered, deux autres designers, qui postaient leurs créations sur les réseaux sociaux. Je leur ai emboîté le pas en essayant de combiner des marques et des clubs de façon intéressante, par exemple en mariant l'AS Roma avec Prada ou le Milan AC avec Gucci. Les marques avec lesquelles je me suis amusé avait toutes des styles bien à elles, qu'il me fallait respecter. Cette contrainte m'a forgé. Puis j'ai commencé à trouver que les maillots unis étaient certes sobres mais parfois ennuyeux, alors j'ai commencé à mettre des fleurs et toutes sortes d'autres motifs pour leur donner un meilleur aspect.

Est-ce que cette petite notoriété te permet d'avoir une bonne exposition, voire de penser à lancer ta marque prochainement ?
A l'origine, c'était uniquement pour le fun et parce que ça me permettait de m'améliorer avec les retours des internautes. Mais aujourd'hui, c'est vrai que je me dis que mon boulot n'a pas beaucoup de sens si ça reste des images de synthèse sur mon ordinateur. J'espère que cela m'ouvrira des opportunités futures.

A quel point est-ce que c'est compliqué de trouver du boulot dans la mode, le sport, ou la mode et le sport ?
Je pense sincèrement que le travail paye toujours, qu'il faut se créer ses propres opportunités. Travailler pour une entreprise prestigieuse, tout le monde en a envie. Je ne suis pas encore arrivé à ce point, mais je vais persévérer, continuer à travailler dur, et j'espère que cela me permettra d'avoir l'occasion de prouver ma valeur à l'avenir.

Est-ce que l'un de tes « collègues » a déjà trouvé l'emploi de ses rêves ?
Je ne connais aucun créateur de maillot qui a réussi à faire de ce talent son métier, mas je suis sûr que les grands groupes ont besoin de nos talents et sauront faire appel à nous quand ils en auront besoin !

Merci Andy, et bonne chance pour la suite.

Toutes les images ont été publiées avec l'aimable autorisation d'Andy.

Plus de VICE
Chaînes de VICE