zimbabwe

Après Vladimir Poutine ou Fidel Castro, un prix pour la paix chinois remis à Robert Mugabe

Le leader autoritaire du Zimbabwe, est plus souvent associé à des histoires d’homicides soutenus par l’État, de tortures, ou d’affaires d’élections truquées durant un « règne » de plusieurs décennies.

par Olivia Becker
23 Octobre 2015, 10:25am

Photo via EPA

Robert Mugabe, le leader autoritaire du Zimbabwe, est connu pour avoir procédé à des homicides cautionnés par l'État, des tortures, et des élections truquées durant un règne de plusieurs décennies. C'est pourquoi il peut paraître surprenant qu'il soit également le vainqueur d'un prix international de la paix chinois, le prix Confucius de la paix, qui se veut une sorte d'équivalent du prix Nobel.

Les médias du Zimbabwe ont rapporté qu'il avait reçu le prix ce dimanche, sans que cela soit remarqué par la presse internationale. Lorsque des messages ironiques se sont répandus sur les réseaux sociaux, les médias occidentaux ont commencé à parler de ce prix douteux.

Le prix Confucius de la paix a été créé en 2010 en tant qu'alternative au prix Nobel de la paix, après que le gouvernement chinois n'a pas été satisfait de la décision d'attribuer ce prix à un important dissident chinois. Ce prix est récompensé par 500 000 Yuan, soit environ 70 000 euros. Des précédents vainqueurs du prix sont Vladimir Poutine et le leader cubain Fidel Castro.

Mugabe a été décoré pour avoir travaillé dur afin d' « apporter l'ordre politique et économique au pays dans le but d'améliorer le bien-être des Zimbabwéens, » selon le journal Global Times, géré par l'État chinois. Le dictateur est applaudi pour avoir « surmonté beaucoup de difficultés » au cours de son règne « tout en continuant à l'âge de 91 ans à travailler activement pour la paix en Afrique. »

Le comité composé de 76 personnes aurait été divisé sur la question d'attribuer ce prix à Mugabe ou à d'autres nominés, parmi lesquels la présidente de la Corée du sud Park Geun-hye et le fondateur de Microsoft Bill Gates.

Durant les nombreuses années durant lesquelles Mugabe a été au pouvoir, les groupes de défense des droits de l'homme ont documenté les graves abus de son gouvernement touchant les citoyens du Zimbabwe : arrestations arbitraires, camps de torture, assassinats extrajudiciaires d'hommes, de femmes et d'enfants. Cette décision d'attribuer un prix de la paix à Mugabe a déclenché les critiques de l'opposition politique, de défenseurs des droits de l'homme et d'observateurs politiques.

Gorden Moyo, un membre du plus gros parti d'opposition, le People's Democratic Party, a déclaré au nom de son parti qu'il était « dégoûté » par cette décision.

« Nous voudrions faire savoir qu'en tant que parti nous sommes consternés par ce spectacle de malice déployé par les organisateurs et les promoteurs de ce prix, » a écrit Moyo dans un communiqué. « Mugabe, tel que nous le connaissons et tel que les habitants du Zimbabwe ont vécu son règne, est un va-t-en-guerre belliqueux et un sadique qui se complaît dans la misère des gens. »

Jeffery Smith, un spécialiste de l'Afrique au sein de l'organisation de défense des droits de l'homme Robert F. Kennedy, a qualifié cette récompense de « tromperie », néanmoins typique de la part de régimes autoritaires.

« Les dictateurs qui depuis longtemps ont perdu toute légitimité internationale en s'accrochant coûte que coûte au pouvoir, comme c'est le cas pour Robert Mugabe, aspirent souvent à redorer leur image et leur crédibilité à l'aide de prix bidons, » selon Smith. « C'est aussi une forme de solidarité entre les régimes autoritaires contre ce qui est perçu comme le mal de l'Occident. Cette fausse récompense pour Mugabe est un exemple de ces deux aspects et ne doit pas être considérée sérieusement. »

Qia Damo, le président du comité du prix Confucius pour la paix, a déclaré au Guardian que Mugabe avait mérité cet honneur car le Zimbabwe était bien plus stable qu'il ne l'aurait été sans lui, comparé à des pays comme l'Afghanistan, la Syrie ou l'Irak.

« C'est également bien mieux qu'en Libye, » a-t-il ajouté.

L'annonce a été faite durant le week-end, mais la cérémonie doit avoir lieu en décembre à Pékin. On ne sait pas encore si Mugabe viendra chercher son prix en personne.

Suivez Olivia Becker sur Twitter : @obecker928