Crime

« L’hiver va être rude » : Le froid tombe par surprise sur les migrants qui marchent à travers l’Europe

Des milliers de migrants se lancent dans de longs voyages dans la boue, la pluie et le vent alors qu’une vague de froid arrive sur les Balkans et l’Europe centrale.
01 octobre 2015, 11:00am
Photo par Harriet Salem

VICE News regroupe ses articles sur la crise migratoire mondiale sur son blog « Migrants »

Des centaines de migrants venus de pays pauvres et en guerre, qui voyagent vers l'Europe du nord, font face à un long, humide et froid périple alors que l'hiver commence à arriver sur le continent.

Près d'un demi-million de personnes, la plupart du Moyen-Orient et d'Afrique, sont arrivées en Europe depuis le début de cette année. La plupart viennent de Turquie et de Libye en bateau, et arrivent en Grèce, en Espagne et en Italie, où les températures sont encore douces. Mais en poursuivant leur route, à travers les Balkans et l'Europe centrale, une vague de froid soudaine en prend beaucoup par surprise.

Photo par Harriet Salem

Près du point de passage de Zakany en Hongrie, des centaines de migrants, y compris des femmes, des enfants et des personnes âgées, marchent sous une pluie battante et dans la boue, après que les autorités croates les ont transportés dans la campagne et poussés en direction des pays voisins. Beaucoup, qui portent des vestes fines et des tongs, sont totalement démunis pour cette marche à pied. D'autres utilisent des parapluies pour enfant ou des ponchos en plastique qui ont été distribués par des organisations dans le camp où ils ont passé la nuit précédente.

« Nous avons froid, nous avons faim et nous ne savons même pas dans quel pays nous sommes en ce moment, » a expliqué Bashar Ali, 27 ans, à VICE News. « Tout ce que je porte est humide. Tous nos sacs qui contiennent nos vêtements sont mouillés. […] Les chaussures de ma femme sont trouées. » Comme beaucoup à cet endroit, les pieds et les sandales d'Ali sont recouverts de boue.

Des scènes similaires se sont déroulées à la frontière croate avec la Serbie, où toute une foule a été laissée dans les limbes d'un no man's land après que des bus ont déposé les migrants sur le bord d'une route. Sans aucun moyen de transport sous la main pour atteindre le prochain pays, près de 500 personnes, dont des femmes avec des enfants et des bébés, ont attendu deux heures dans les champs, sans aucun abri.

Photo par Pete Kiehart

Avançant vers le début du cortège, Mahmoud Bas, venu de Damas en Syrie, s'est mis à chercher un docteur qui puisse aider son jeune fils qui s'était évanoui en attendant dans le froid. « Il faisait si chaud dans le bus, et ensuite si froid dehors sous la pluie, cela rend les enfants malades, tout le monde est fatigué, épuisé, complètement épuisé, » a-t-il dit, alors que des infirmiers bénévoles éclaboussaient la figure du jeune garçon de sept ans avec de l'eau et lui donnaient du sucre. D'autres attendaient dans le champ fouetté par le vent, dont une vieille femme dans un fauteuil roulant, les jambes paralysées, et une mère en sanglot, assise dans la boue en train de bercer son enfant de sept ans qui est malade.

Dans le centre médical de fortune d'un camp de transit du côté serbe de la frontière croate, le docteur Andja Rosic nous a dit qu'elle avait vu une forte hausse de gens atteints de la grippe, de rhumes et de fièvre dans les jours précédents, à cause du temps humide et de la chute des températures. « Ce n'est pas si grave pour des adultes en bonne santé, mais pour des bébés, des enfants, des personnes âgées ou les blessés, il peut y avoir des complications, surtout à cause de la fièvre, » a-t-elle expliqué à VICE News. « L'hiver va être rude pour ceux qui voyagent encore, particulièrement pour ceux qui doivent dormir dehors. »

Photo par Harriet Salem

Une réunion sur la question des migrants et des réfugiés s'est tenue en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies ce mercredi, lors de laquelle le ministre allemand des Affaires étrangères et le Premier ministre turc ont parlé de stratégies sur le long terme pour maîtriser l'afflux massif de personnes. L'Union européenne est profondément divisée à propos de cette crise. Les différents pays se querellent à propos des règles d'enregistrement des demandes d'asile, les quotas et les fermetures de frontière.

Les Nations Unies ont récemment averti qu'avec toujours 5 000 arrivées quotidiennes en Grèce, le flux d'arrivants pourrait continuer tout l'hiver, malgré une traversée de plus en plus dangereuse sur une mer agitée.

Le périple vers l'ouest pourrait lui aussi se compliquer par d'autres fermetures de frontières. Les autorités hongroises ont affirmé qu'elles finiraient dans quelques jours, à la frontière sud du pays, l'édification de quelque 400 kilomètres de barbelés et de clôtures en acier, ce qui empêcherait les migrants d'utiliser la Hongrie comme un corridor vers l'ouest du continent.

**À lire : **Le Guide du Routard édite un fascicule pour aider les migrants

Suivez VICE News sur Twitter : @VICENewsFR