La Cosa nostra est toujours vivante, mais des dizaines de ses membres ont été arrêtés

L'acte d'accusation, dévoilé la semaine dernière, se lit comme le script du film « Les Affranchis » ou de n'importe quel autre film sur la mafia.
8.8.16
Ralph A. Santaniello arrêté à Springfield dans le Massachusetts, le 4 août 2016 (Greg Saulmon/The Republican via AP)

La Cosa nostra — la mafia sicilienne — est toujours fonctionnelle dans le nord-est des États-Unis, mais une récente opération de la police fédérale a permis d'attraper des dizaines de ses membres présumés.

Dans le cadre d'une importante enquête fédérale, plusieurs pontes et membres présumés de la mafia — dont « Tony the Cripple » (Tony l'estropié), « Fish » (Poisson),« Muscles » (Muscles) et « Tugboat » (Remorqueur) — ont été inculpés la semaine dernière pour leurs rôles présumés dans un complot élaboré d'extorsion. Trente-neuf des suspects ont été arrêtés uniquement la semaine dernière. Âgés de 24 à 74 ans, ils viennent de familles mafieuses qui se trouvent sous la houlette de la Cosa nostra. Les suspects ont été attrapés de Miami jusqu'au Bronx, en passant par Springfield, dans le Massachusetts, et New Haven, dans le Connecticut.

L'acte d'accusation, dévoilé la semaine dernière, se lit comme le script du film « Les Affranchis » ou de n'importe quel autre film sur la mafia : «Parmi l'éventail de crimes commis on peut citer l'extorsion, les paris illégaux, les incendies criminels et les menaces de mort, mais aussi le clonage de cartes de crédit », a détaillé Diego Rodriguez, directeur adjoint en charge au FBI. D'après lui, ces arrestations montrent que la mafia existe toujours, et pas seulement dans « Les Sopranos ».

L'organisation criminelle — que les enquêteurs fédéraux ont surnommé « l'Entreprise LCN East Coast », ou plus simplement « L'Entreprise » — a cherché à enrichir ses membres via une série de pratiques illicites, notamment en menaçant des citoyens ordinaires. « LCN » est un acronyme que les membres de la police utilisent souvent pour désigner « La Cosa Nostra », ce qui signifie en italien « notre chose ». Les membres de la mafia eux-mêmes utilisent ce nom pour éviter de se faire prendre en train de prononcer le mot « mafia ».

Anthony Zinzi (alias Anthony Boy) et d'autres membres de l'Entreprise géraient un établissement de paris illégaux appelé le « Yonkers Club ». Plusieurs fois par semaine, le Yonkers Club accueillait des tournois de poker, des tournois de dés et on pouvait y parier sur des courses de chevaux. Quand un concurrent a ouvert une boutique au coin de la rue, un homme de main du club, Mark Maiuzzo (alias « Stymie », « l'Obstacle ») a versé de l'essence sur sa voiture et y a mis le feu.

D'après l'acte d'accusation, le chef d'une famille génoise, Pasquale Parrello (alias Patsy) gérait une autre équipe de mafieux en plus du restaurant qu'il tenait avec sa femme dans le Bronx, « Pasquale's Rigoletto Restaurant » — un « restaurant incontournable du quartier et le préféré des après-matchs des Yankees, avec ses plats en sauce typiques italiens », qui récolte quatre étoiles sur le site Yelp.

Des documents juridiques affirment que Parrello a demandé à Zinzi, Ronald « La Bête » Mastrovincenzo et Israel Torres (alias « Buddy ») de "péter" les genoux d'un clochard du coin parce qu'il aurait harcelé certaines clientes féminines dans le parking du restaurant.

Mastrovincenzo et un autre membre de la Cosa nostra (qui est devenu plus tard un informateur anonyme) ont trouvé le clochard et l'ont frappé. Selon des écoutes téléphoniques, citées par le Département de la Justice dans un communiqué de presse, Mastrovincenzo s'est vanté devant Zinzi de la sévérité de la raclée infligée au mendiant. « Tu te souviens quand on jouait au baseball dans le quartier ? », a demandé Mastrovincenzo. « Et bien, on lui a fait un match complet. » Les quatre hommes ont collaboré pour cacher les preuves.

L'acte d'accusation révèle aussi une litanie d'autres plans et arnaques, comme la vente de cigarettes de contrebande, le trafic d'armes et des fraudes à l'assurance maladie. Les mafieux utilisaient des « docteurs corrompus » qui leur délivraient des prescriptions pour des « crèmes sous prescription », qui étaient ensuite facturées aux fournisseurs d'assurance maladie.

« La mafia d'aujourd'hui s'est diversifiée dans sa recherche sans limite de profits illégaux », a déclaré la procureure générale de Manhattan Preet Bharara. « Mais, ils continuent de mutiler, menacer ou tuer tous ceux qui se mettent en travers de leur route. »

« Les arrestations de ces 46 individus portent un coup important à la Cosa nostra et la police de la ville de New-York s'engage à mettre fin aux activités de cette organisation criminelle », a déclaré Bill Bratton, le chef de la police de New-York. « Comme la mafia en a le secret, les rackets s'étendaient de Springfield jusqu'au sud de la Floride du Sud et ils étaient présents dans tous les mauvais coups de la zone. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News