Culture

Les tastemakers derrière Gorilla VS Bear ont fondé un label

Les choix de Luminelle Recordings trahissent un intérêt marqué pour la pop de Montréal.
07 mai 2018, 7:07pm
Image courtoisie de Luminelle Recordings

L’estimé blogue texan Gorilla VS Bear joue le rôle de tastemaker de nuances indie pop en déclinaisons synth-pop, indie folk, pop garage, psych pastel et dance feutrée depuis maintenant 13 ans. Son créateur, Chris Cantalini, a annoncé à la fin de 2017 la création d’un label, Luminelle Recordings, dont les deux premières recrues, Helena Deland et Anemone, sont montréalaises.

VICE a rencontré Cantalini pour jaser de la relation entre le blogue et le label, de leur intérêt montréalais et, parallèlement, de la décentralisation en musique.

D’un point de vue extérieur, les activités du blogue ne semblent pas être si différentes de celles d’un label. Les deux vont avancer une palette de sons distincte tout en nous faisant découvrir de nouveaux artistes. Qu’est-ce qui vous a poussés à démarrer Luminelle, et qu’est-ce qui l’en distingue de GvsB?
Chris Cantalini : J’ai été approché par Peter Wiley du groupe de distribution House Arrest, affilié à l’étiquette Fat Possum – ça fait un moment que je le connais, grâce à GvsB. Essentiellement, il m’a offert l’occasion « once in a lifetime

» de gérer mon propre label, et de le faire de la même façon que je dirige le blogue : en prenant les décisions et en assurant la direction artistique, tout en travaillant de près avec mes artistes favoris, mais avec le soutien de l’infrastructure de Fat Possum et House Arrest pour ce qui a trait aux parties plus complexes, comme la fabrication, la distribution, la comptabilité, etc.

Comment choisissez-vous les artistes avec lesquels vous voulez travailler chez Luminelle? Est-ce que l’idée que vous vous faites du son du label est près de celui du blogue, ou vous voulez que ce soit différent?
Je pense que Luminelle va logiquement être une extension du blogue en matière de son et d’esthétique, mais l’idée, c’est que le label puisse ultimement s’affranchir et transcender le blogue. GvsB a joué un rôle important dans la découverte de Helena Deland : l’an dernier, elle avait mis ses nouvelles pièces en ligne par erreur, et bien entendu je les ai relayées sur GvsB comme je le ferais d’habitude, puis son gérant m’a écrit tout de suite pour que je retire ma publication – ce que j’ai fait, mais ç’a été le dernier élan nécessaire pour démarrer le label, afin que nous puissions travailler avec elle.

Vous êtes basés au Texas et les deux premières artistes que vous avez recrutées, Helena Deland et Anemone, sont montréalaises. Comment les avez-vous découvertes? Est-ce qu’il y a quelque chose qui vous attire vers Montréal?
Je dirais qu’on ne mise pas sur la géographie ou des scènes en particulier quand on détermine avec qui on veut travailler, mais il y a indéniablement quelque chose de spécial qui se passe à Montréal. Plusieurs de mes artistes favoris dans l’histoire de GvsB viennent de Montréal (Grimes, TOPS... Il y en a trop pour que je les nomme tous), donc je ressens certainement une sorte de connexion magique avec ma ville. Mais, par-dessus tout, Helena Deland et Anemone sont des artistes incroyables avec qui on est excités de travailler, peu importe d’où elles viennent – c’est juste une belle coïncidence qu’elles s’adonnent à habiter au même endroit. Je ne les avais pas encore rencontrées avant de les faire signer avec le label, mais maintenant oui, et elles sont fantastiques. Une dernière chose à propos de notre connexion montréalaise : nous avons désormais une membre de l’équipe basée à Montréal pour nous aider avec les activités quotidiennes du label.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Vers quelles autres villes ou régions êtes-vous tournés présentement? Et qu’est-ce qui se passe de bon au Texas?
J’aime à penser qu’on est tournés vers toutes les régions, y compris le Texas! Concernant le Texas, plus précisément, j’aime beaucoup l’album à paraître de Sun June, et aussi Lou Rebecca – tout ce que fait paraître Holodeck Records, en fait.

Tout est désormais partout tout le temps en même temps. Quels sont les pour et les contre de la décentralisation de la musique pour un jeune label aujourd’hui?
Il n’y a pas d’inconvénient qui me vient à l’esprit. C’est la même sorte d’approche décentralisée, non spécifique à un genre musical ou une scène que j’ai employée pour Gorilla VS Bear depuis 13 ans maintenant, et ça va plutôt bien.

From the Series of Songs "Altogether Unaccompanied" Vol. I & II de Helena Deland est en vente depuis le 2 mars; Baby Only You & I d’Anemone l’est depuis le 27 avril.

Luminelle Recordings est sur Twitter .

Benoit Poirier aussi.