Publicité
crime

Hurtcore : la communauté la plus sadique du dark web

Matthew Falder, géophysicien diplômé de l’université de Cambridge et producteur de documents « hurtcore », a été condamné à 32 ans de prison en février dernier.

par Max Daly; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
22 Février 2018, 8:48am

AVERTISSEMENT : Cet article peut heurter la sensibilité des plus jeunes et des personnes non averties.

Autrefois, le tourment et l'humiliation étaient offerts en spectacle sur la place publique. Mais dans le monde moderne, la cruauté revêt de nouvelles formes et se pratique bien souvent derrière un écran d’ordinateur.

Pour la « Victime 5 », une lycéenne de 15 ans, tout a commencé en 2013. C'est après avoir publié une annonce sur Gumtree pour trouver un chien à adopter qu'elle a reçu un mail des plus étranges. Il venait de Liz, une artiste qui promettait de lui acheter le chien de son choix. En retour, la lycéenne devait lui envoyer des photos d’elle nue, car Liz avait besoin d’une source d'inspiration pour un dessin au fusain. Elles ont bavardé par mail. La jeune fille a confié à Liz qu'elle vivait en famille d'accueil, qu'elle était harcelée par ses camarades de classe et qu'elle avait un jeune frère handicapé qui « représentait le monde » à ses yeux. Elle a finalement trouvé le chien de ses rêves, au prix de 310 euros. Liz a promis de le lui acheter en échange d'une photo qu’« absolument personne d'autre ne verrait jamais ». La jeune fille a obtempéré. Aussitôt, le ton de Liz a changé.

Si la lycéenne n'envoyait pas d’autres photos sur-le-champ, la première serait envoyée par mail à tous ses camarades. L’étau s’est resserré rapidement : plus elle envoyait de photos à Liz, plus cette dernière la faisait chanter, et plus ses demandes étaient explicites. « Je peux faire de ta vie un enfer », a averti Liz. Elle a également menacé de contacter les services sociaux afin qu’ils enferment son frère handicapé dans un centre, à moins qu’elle ne se photographie dans une série de poses dénudées et dégradantes, brandissant des pancartes aux messages tels que « Je suis une salope » et « Je soigne mon frère handicapé, et maintenant je suis obligée de me déshabiller ». La jeune fille a déclaré vouloir se suicider, mais Liz a continué à exiger des photos. Elle a terminé à l'hôpital après avoir fait une overdose.

Pendant ce temps, Liz faisait chanter d’autres personnes : l’une de ses victimes s'est vue contrainte de manger de la nourriture pour chien, de lécher une brosse de toilettes et un tampon usagé, d'exhiber ses parties génitales et de brandir une pancarte portant l’inscription « Je déteste les nègres » – le tout en se filmant, bien entendu.

Mais Liz n’était pas une adolescente et derrière ce pseudonyme se cachait une tout autre réalité : Matthew Falder, 29 ans, un professeur de classe moyenne, diplômé de l'université de Cambridge. Lorsqu'il ne faisait pas de recherches en géophysique avec ses amis universitaires ou sa petite amie de longue date, Falder utilisait des adresses mail cryptées pour faire chanter des personnes vulnérables et partager les vidéos humiliantes de ses victimes sur les plus sombres recoins d’Internet.

Selon les procureurs, M. Falder – qui a grandi dans une région aisée du Cheshire – traitait ses victimes « à la fois comme des objets sexuels et des objets de dérision ». Sur le dark net, son péché mignon était de voir des enfants dans des positions dégradantes et douloureuses. Sur un forum porno extrême, dans un thread intitulé « 100 choses que nous aimerions voir au moins une fois », il suggérait d’« utiliser une jeune fille comme cible », de « briser lentement et délibérément les os d'un enfant » ou encore d’« abuser d'un enfant paralysé ».

Matthew Falder a été condamné ce lundi 19 février à 32 ans de prison par un juge de Birmingham, au Royaume-Uni. Il a avoué avoir commis plus de 100 infractions et fait 50 victimes entre 2009 et 2017, tant de jeunes enfants que des trentenaires.

Lors du procès, le juge Philip Parker QC a décrit les crimes de Falder comme une « histoire de dépravation toujours croissante ». « Vous vouliez assumer un contrôle total sur vos victimes, votre comportement était rusé, persistant, manipulateur et cruel », lui a déclaré le juge.

Au Royaume-Uni, cette affaire marque une première poursuite en justice réussie pour des crimes liés au mouvement « hurtcore » – une forme de porno extrême et axée sur l’affliction hardcore de la douleur, de la torture et de l'humiliation, principalement sur des enfants, y compris des nourrissons. Et pourtant, si Falder se voulait un prédateur en ligne prolifique, il ne jouait qu’un rôle de figurant dans ce mouvement au moins aussi sordide que vous ne l’imaginez.

Les autorités britanniques ont eu vent de Falder – ou du moins de ses nombreuses identités en ligne, parmi lesquelles « Inthegarden », « 666devil » et « evilmind » – pour la première fois en 2013 dans le cadre d’une enquête du FBI sur le site Hurt2theCore. C’était à l’époque le site hurtcore le plus connu du dark web ; il comptait des milliers de membres, dont des centaines étaient activement impliqués dans le partage de vidéos de viols et d'abus en tout genre. Falder était un habitué du forum de discussion du site, qui traitait de sujets tels que « La pornographie infantile pour les nuls », « Trois hommes et un bébé », « Salopes massacrées », « Gamins attachés », et le propre thread de Falder, « Besoin d'idées pour faire chanter une fille ».

C'est également sur ce site que Falder publiait les nombreuses images et vidéos que lui envoyaient ses jeunes victimes. Quant à la raison pour laquelle il en a forcé certaines, dont la Victime 5, à brandir des panneaux avec l'inscription Hurt2theCore, Falder explique qu'il s’agissait non seulement d’une private joke entre ses camarades hurtcore et lui, mais aussi d’un moyen de marquer et d'authentifier son contenu comme celui du « maître chanteur initial ».

« Le hurtcore est un fétichisme pour les personnes qui sont excitées par la souffrance, voire la torture, exercée sur une autre personne contre son gré », explique la journaliste Eileen Ormsby, qui a enquêté sur la scène hurtcore du dark net dans le cadre de son nouveau livre, The Darkest Web. « Le hurtcore peut être si sadique qu’il repousse même la plupart des pédophiles. Les vidéos et les photos viennent généralement des pays pauvres, mais le marché est mondial. »

Matthew Graham. Photo : handout

Le mystérieux personnage derrière Hurt2theCore se faisait appeler Lux sur la toile et s’est fait connaître comme le « Roi du Hurtcore ». Lorsque la police l'a finalement identifié en 2014, il s'est avéré que ce n’était autre qu’un étudiant en nanotechnologie de 22 ans, Matthew Graham, qui avait créé une foule de sites hurtcore depuis sa chambre, chez ses parents, dans la banlieue de Melbourne.

Graham a avoué avoir encouragé un pédophile russe à kidnapper, violer, torturer et assassiner une fillette de cinq ans, bien que personne ne sache si l’individu en question est vraiment passé à l’acte. Graham a également partagé une vidéo tellement sordide que beaucoup de gens sur Internet estiment qu’il s’agit d’une légende urbaine. « Daisy's Destruction » montrait une petite fille de 18 mois en train de hurler, attachée à l'envers par les jambes, soumise à une terrible séance de violence, de viol et de torture par une femme masquée. Le film s'est vendu sur le dark web pour 8 000 euros avant que Graham ne s'en empare et – au nom de la liberté, comme il le dira plus tard – la publie sur Hurt2theCore.

« Au début, j'avais honte d'être attiré par une telle chose », a-t-il déclaré au Daily Dot peu avant son arrestation. « Mais avec le temps, j’ai commencé à l’accepter. Ce n'est que lorsque je suis tombé sur la communauté pédophile sur Tor que j'ai pu pleinement assumer ces penchants. »

En 2016, Graham a été condamné à 15 ans de prison pour des crimes que le juge a qualifiés de « mal à l’état pur ».

Un autre Australien, Peter Scully, accusé d'avoir réalisé « Daisy's Destruction » avec son assistante Liezyl Margallo pour sa société de production No Limits Fun, est incarcéré aux Philippines pour meurtre, torture et abus d’enfants.

La cruauté est impitoyable. Depuis que l’empire pédophile de Graham s'est écroulé, de nouveaux sites ont surgi et de nombreux enfants continuent d'être victimes de chantage et d'abus pour le divertissement d'une horde d'agresseurs anonymes utilisant les nouvelles technologies pour satisfaire leurs désirs. Un rapport publié en novembre 2016 par l’observatoire de la cybercriminalité de l’Université nationale australienne craignait qu’une utilisation accrue de la réalité virtuelle et de la robotique sexuelle puisse motiver les délinquants à rechercher des victimes hors ligne et à « enrichir leur expérience en combinant le live-streaming d'abus sexuel commis sur des enfants avec les expériences tactiles promises par ces technologies ».

Matthew Falmer. Photo : NCA

Maintenir l’ordre sur les sites les plus choquants du dark web est une tâche ardue, explique Ormsby : « Le dark web pose beaucoup de problèmes aux autorités, car elles ne peuvent pas localiser les utilisateurs grâce aux méthodes informatiques habituelles. Elles doivent donc mener une enquête à l’ancienne – notamment en essayant d'identifier les internautes à travers des fonctionnalités dans les images et les vidéos, ou par l’intermédiaire de l'ingénierie sociale [une technique de manipulation psychologique visant à pousser les individus à divulguer des informations confidentielles ou personnelles]. »

Contrairement à d'autres marchés du dark net, comme celui de la drogue ou des armes à feu, la majeure partie du porno illégal est partagé gratuitement entre les internautes – il n'y a donc pas d'argent ou de cryptomonnaie en jeu. L’infiltration est souvent la meilleure méthode à adopter, mais, comme le souligne Ormsby, « pour accéder aux sites les plus extrêmes, les membres doivent fournir des documents originaux de maltraitance d’enfants. Il est évident que les forces de l'ordre ne peuvent prendre part à cela. »

Le plus difficile à comprendre au sujet de ces crimes est le mobile. Falder et Graham sortaient à peine de l’adolescence lorsqu’ils ont intégré la scène hurtcore. Aucun des deux procès n'a fait état d’un quelconque traumatisme majeur durant leur enfance qui aurait pu susciter un tel plaisir à voir les autres être blessés et humiliés. Ce qui est peut-être le plus surprenant, c’est qu’alors même qu’il était enfoncé jusqu’au cou dans des niveaux de mal presque bibliques, Falder était capable de garder cette facette de lui-même complètement isolée de sa vie de tous les jours.

Selon les inspecteurs chargés de l'affaire, si la plupart des crimes sont commis pour des questions de sexe, de passion, d'argent, de vengeance ou de haine, la principale motivation de Falder était de faire souffrir et humilier les autres. « En 30 ans de métier, je n'ai jamais eu affaire à une infraction aussi horrible, où le seul objectif du coupable est de causer de la douleur et de la détresse », a déclaré Matt Sutton, enquêteur principal de la National Crime Agency (NCA).

« C’est du sadisme pur, déclare Ormsby. Le degré de cruauté qu’il faut atteindre pour participer à de tels crimes est tout bonnement inimaginable pour la plupart d'entre nous. Le dark web a permis à des individus partageant les mêmes idées de se rencontrer en toute sécurité, et l'idée même qu'il existe une "communauté" – à défaut d'un meilleur mot – pourrait, dans une certaine mesure, normaliser leurs pulsions et leurs actes. Il s’agit pour eux d'aller toujours plus loin dans la dépravation. »

La cruauté des temps modernes est menée à distance, mais elle a le pouvoir de mettre ses victimes sous une sacrée emprise. Les agresseurs sont cachés dans un vaste réseau de cryptage en ligne, tandis que les victimes continuent de souffrir en silence. Beaucoup des personnes ciblées par Falder ont fait preuve d'une bravoure incroyable. Si elles se disent soulagées que leur bourreau a été capturé et puni, cette forme particulière de cruauté, administrée par quelqu'un qu'elles n'avaient jamais vu en chair et en os, les a marquées d’une cicatrice mentale indélébile.

Pour reprendre les termes de l'une des victimes de Falder, âgée de 15 ans : « Je pense chaque jour à ce qui m'est arrivé. Ça va me hanter pour toujours. »

@Narcomania