argent

Bienvenue à Magic City, capitale du Bitcoin

Le Bitcoin dégringole ? Pas de quoi inquiéter Miami, qui a enfanté de la communauté de crypto-monnaies la plus inspirante du monde.
Lia Kantrowitz
illustrations Lia Kantrowitz
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
18.1.18
Photo : Gelissa Ade (au centre) et les membres du Miami Cryptocurrency Club. Photo de l'auteur.

Cet article a été traduit par VICE France.

Elle a 25 ans, elle s'appelle Gelissa Ade et elle vient de fonder le Miami Cryptocurrency Club. L'idée ? Mettre en commun les connaissances et les ressources des amateurs des Bitcoin, l’Ethereum, et autres Ripple, pour investir en groupe. « Nous voulons rassembler nos fonds pour faire une rotation d'argent, et investir à tour de rôle », explique-t-elle avant d'ajouter « Je fais plus confiance à ça qu’aux actions ! »

Publicité

Consciente des polémiques autour du Bitcoin, Gelissa a initié ce club pour contrer les dérives des investissements dans les crypto-monnaies : « Des gens abandonnent leur maison et leur voiture pour un truc qui peut perdre toute sa valeur en quelques semaines. Oui, il faut être prêt à prendre des risques, mais pas n'importe comment. » Ben Cooper, 31 ans, ami de Gelissa et amateur de « crypto », fait justement partie de ceux qui arrivent à garder la tête froide : « Le marché du travail dans le sud de la Floride est plutôt limité, constate Ben, chauffeur Uber à temps plein. Pour moi, les crypto-monnaires, c'est un un hobby qui me permet aussi d'arrondir mes fins de mois. »

L'année dernière, le Bitcoin a atteint des sommets astronomiques. Déjà, des experts financiers mettait en garde contre la potentialité d’une bulle pouvant éclater à tout moment – entraînant de fait la chute de ces monnaies numériques. Il se trouve qu'aujourd'hui, après que les régulateurs en Corée du Sud ont averti (à nouveau) qu'ils envisageaient d’interdire le commerce de la crypto-monnaie, la valeur des 100 plus grandes monnaies numériques listées par CoinMarketCap s'est effondrée. Et ça pourrait empirer. Ivan Martchev, conseiller financier pour Navellier and Associates est formel : « Le prix augmente parce que tout le monde achète, mais personne ne vend. Il y aura un moment où les prix vont vraiment baisser de façon spectaculaire. »

« C'est comme si le Bitcoin était la Ford T, et la crypto-monnaie, l'industrie automobile à ses débuts »

Des pronostics désastreux qui, pourtant, n'effraient pas les membres du Miami Cryptocurrency Club. « Je n'ai pas beaucoup dépensé. Seulement 100 dollars, précise Gelissa. Mais je prévois d'investir beaucoup plus quand j'aurai plus de revenus. » Ben a quant à lui acheté de l'Ethereum et du Litecoin, et cherche à investir dans le Ripple et le IOTA. « C’est un peu comme si le Bitcoin était la Ford T et que la crypto-monnaie était l'industrie automobile à ses débuts », analyse-t-il.

De nombreuses organisations comme celle de Gelissa et Ben ont vu le jour dans la région au cours des deux derniers mois de 2017. Lancée sur MeetUp le 29 novembre, la Miami Blockchain Society compte maintenant 121 membres et organise de nombreux ateliers et conférences. Un mois plus tard, la World Blockchain Society est née sur la même plate-forme – elle compte maintenant 80 membres – et a récemment tenu sa première réunion pour discuter de l'avenir de la crypto-monnaie.

Les crypto-monnaies sont également sur le point de faire partie des transactions quotidiennes en Floride. Bitstop, un fabricant de distributeurs automatiques de Bitcoins basé à Miami, a installé plus de 45 machines dans l'État, et plusieurs contrats immobiliers se négocient déjà en Bitcoin. En août dernier, l'investisseur en Bitcoin Michael Komaransky a mis en vente son manoir de South Miami pour l'équivalent en Bitcoin de 5,2 millions d'euros. Depuis, les propriétaires de trois propriétés différentes, y compris un domaine de sept chambres à 12 millions d'euros, se sont déclarés prêts à accepter le Bitcoin comme moyen de paiement. Et un quatrième bien, un appartement en copropriété de deux chambres, s'est vendu pour près de 18 Bitcoins, soit l'équivalent de 225 000 euros au moment de la transaction, selon The Real Deal. L'acheteur, Ivan « Paychecks » Pacheco, un trader de Bitcoin de 32 ans, ainsi que ses courtiers Carol Cassis et Stephan Burke, affirment que cet accord est le premier dans la région.

« Si le Bitcoin chute à 7 500 dollars, ce serait le moment idéal pour acheter »

« Nous ouvrons à nos clients la possibilité d’acheter des actifs immobiliers en utilisant uniquement des crypto-monnaies, explique Cassis. Nous pensons que le Bitcoin est là pour rester et qu'il va continuer à grandir. » Burke et Cassis ont également représenté Komaransky dans ses transactions immobilières à Miami. « En 2014, il nous a contactés car il voulait acheter une maison rien qu’avec des Bitcoins, déclare Burke. Nous n'avons malheureusement trouvé aucun propriétaire les acceptant. » Les deux courtiers ne sont visiblement pas alarmés par l’instabilité de la valeur du Bitcoin. « Bien sûr que le Bitcoin est une monnaie volatile, déclare Burke. Mais il en va de même pour les devises du monde entier. Sommes-nous inquiets ? Pas vraiment. »

Selon Moe Levin, fondateur de la North American Bitcoin Conference, qui s’est tenue en Floride ces trois dernières années, Miami est en train de devenir le creuset des adeptes de la crypto-monnaie. « Miami est l'épicentre de l'Amérique du Nord et de l'Amérique du Sud, analyse-t-il. Ce n'est peut-être pas le centre financier du monde comme Londres ou New York, mais c'est un carrefour international où les gens peuvent se rencontrer, débattre. La communauté de crypto-monnaies en Floride demeure l'une des des plus actives et inspirantes au monde ».

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Seulement voilà, l'intervention grandissante des états – et pas seulement la Corée du Sud – semble plus que probable. Il suffit de voir la décision de la Chine de mettre fin aux mines de Bitcoins dans le pays, après avoir déjà mis le holà aux échanges sur place. « Je pense qu'aucun gouvernement ne permettra à cette folie non réglementée de contourner le système financier mondial », déclare Marchev.

Et pourtant. Ben, du Miami Cryptocurrency Club, ne semble pas de cet avis. « Avec les marchés de capitaux, il y a toujours des hauts et des bas. Si le prix du Bitcoin devait chuter à 7 500 dollars, ce serait le moment idéal pour acheter. »

Francisco Alvarado est sur Twitter.