Publicité
Drogue

Mon fils a fondé Silk Road, le plus gros marché de drogue du darkweb

Ross Ulbricht purge une peine de prison à perpétuité pour avoir créé le premier marché de drogues en ligne du monde. Nous avons rencontré sa mère pour parler du jour où elle l'a découvert.

par Samantha Elliott
04 Septembre 2019, 7:20am

Ross Ulbricht at USP Florence Maximum Security Prison, July 2018. All images supplied

Si vous vous intéressiez aux drogues autour de 2011, vous devriez vous souvenir de Silk Road. C’était le plus gros marché de la drogue du darkweb, qui a introduit les commandes de contrebandes dans les boîtes aux lettres et – indéniablement – le Bitcoin. D’après les documents de la justice, le site a facilité 1 229 465 transactions de vente de stupéfiants entre février 2011 et juillet 2013. À chaque fois, Silk Road a pris un pourcentage sur les recettes, via l’administrateur et fondateur du site, l’énigmatique Dread Pirate Roberts. Pendant toute la durée de vie de Silk Road, son créateur est resté une intrigue. Certains ont imaginé que plusieurs personnes se cachaient derrière Dread Pirate Roberts, tandis que d’autres pensaient que ce nom était le pseudo d’un cartel. Toutes ces suspicions ont pris fin en octobre 2013, lorsque le FBI a arrêté un homme de 29 ans du nom de Ross Ulbricht.

D’après les preuves présentées par le FBI, Ross Ulbricht a travaillé en grande partie seul et a appris à coder comme il a fabriqué le site web, c'est-à-dire en autodidacte. Il a été diplômé en physique à l’University of Texas et n’a jamais été condamné pour piratage informatique ou trafic de stupéfiant avant ça. Il a grandi dans une famille aimante de la classe moyenne américaine et a été scout dans son enfance. Etonnamment, le jeune homme n’était pas le génie maléfique décrit par la police et les médias.

C’est certainement à cette version que se raccroche la mère de Ross. Lyn Ulbricht maintient que son fils a un grand cœur, est un homme incompris qui a fait une bêtise et que sa condamnation à perpétuité pour un simple site web, sans possibilité de s’exprimer, est une injustice totale.

Nous avons parlé à Lyn Ulbricht du jour de l’arrestation de son fils, de son choix de lui pardonner et de prendre sur elle, même si tout cela semble difficile.

1553496584023-family-prison-photo-
Ross accompagné de sa sœur et de ses parents

VICE : Bonjour Lyn, commençons par le commencement. Pourriez-vous me raconter le jour de l’arrestation de Ross ?
Lyn Ulbricht : Vous voulez que je vous raconte le jour où ma vie a changé ? Nous venions tout juste de rendre visite à Ross en Californie, là où il vivait à l’époque. Je faisais quelques courses, puis je suis entrée dans le bureau de mon mari. Il était assis, la tête dans ses mains, penché sur son bureau. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et il m’a dit « Ross a été arrêté. »

Mon mari m’a passé le téléphone. Il était en ligne avec une journaliste vraiment sympa et elle a dit « Oh, ouais, vous n’aviez pas entendu ? », puis elle nous a expliqué ce qu’il se passait et je me suis dit « Non, je n'y crois pas, c’est impossible ». J’ai allumé la télévision. C’était sur toutes les télévisions et d’un coup, j'ai vu que tous les médias étaient devant notre maison et la filmaient. Les voisins flippaient, les téléphones sonnaient à tue-tête et les emails affluaient. Voilà, depuis, ma vie n’a jamais été la même.

Aviez-vous une idée de ce qu’il se passait avant son arrestation ? Était-ce quelque chose que vous aviez envisagé ?
Non, non pas du tout. D’abord parce que Ross n’est pas programmeur informatique, il n’a jamais été formé à ça. Donc, non, ça ne m’est jamais venu à l’esprit. Je n’avais même jamais entendu parler de Silk Road. Je n’ai aucune idée de ce que c’était.

Vraiment, vous n’aviez jamais entendu parler de Silk Road ?
Non, la première fois a été le jour de son arrestation.

Comment ça se passait à la maison avant que cela n’arrive ?
Vous savez, nous étions une famille normale. Maman, papa, sa sœur, Cali, et Ross. Nous l’avons éduqué comme un américain classique. Nous n’avons jamais eu de drogues à la maison et Ross n’était pas un drogué.

Ok, je sais que vous voulez me dire pourquoi vous pensez que Ross est innocent – du moins, qu’une peine a perpétuité n’est pas appropriée – mais il a tout de même fondé un site qui vendait de la drogue. D’où pensez-vous que ça vienne ?
C’est typiquement la philosophie libertaire – ces partis sont contre la guerre de la drogue. C’est le choix de faire ce que l’on veut avec son propre corps. Il y avait aussi des restrictions, Silk Road n’était pas un marché ouvert. Il était basé sur des principes de non-agression, et personne ne forçait quelqu’un à faire ce qu’il ne voulait pas faire. Par exemple, la pornographie juvénile et tout ce qui s’approchait de la pédophilie étaient interdit, au même titre que vendre des bien volés, des armes et des services violents. La drogue était considérée comme un choix, et non pas comme quelque chose de forcé. Encore une fois, c’était vraiment l’idée de liberté et de faire ce que l’on veut de son corps. En gros, Ross était idéaliste et s’intéressait beaucoup au libre marché.

Aviez-vous déjà ressenti cette animosité envers lui ? Parce que comme vous l’avez dit, il a changé votre vie.
Honnêtement, il fut un temps, il m’exaspérait, mais c’était au début. Je ne le ressens plus comme ça maintenant. Il avait 26 ans quand il a commencé Silk Road et je sais qu’il n’a jamais voulu faire de mal à personne. Il n’aurait jamais fait ça. Maintenant, il est devenu un peu un exemple pour les condamnations excessives. J’ai tellement appris en allant dans les prisons, et pas seulement avec Ross, mais aussi avec les autres gens.

Ça fait maintenant six ans que Ross est en prison. Comment s’en sort-il ?
Il y a eu des moments très durs, quand il était en isolement par exemple. Mais ensuite, il était du style à dire qu’il allait bien, qu’il était ok. Bien-sûr, il y a des moments où il perd la tête, comme tout le monde. Il a vraiment été bouleversé lorsqu’il a été condamné à perpétuité. C’était une période difficile, mais il a essayé de rester positif. Peut-être parce que je suis sa mère et qu’il ne veut pas me faire de la peine. Il semble avoir choisi l’option d’être le plus positif possible.

Qu’est-ce qu’il fait de son temps ?
Il a quelques amis, il lit beaucoup, il fait de l’exercice et sort beaucoup. Il ne s’implique pas dans les choses qui peuvent lui causer des problèmes. Il est dans une nouvelle prison maintenant, où il dit qu’ils font bien plus de choses constructives. Par exemple, il est entré dans un groupe de musique et il apprend la basse.

J’ai compris que vous aviez déménagé du Texas au Colorado pour vous rapprocher de la prison ?
Ouais, aujourd’hui c’est le troisième déménagement que l’on fait. Nous avons vendu notre maison il y a longtemps pour payer tout ça. On a travail dans le digital, c’est donc facile pour nous de bouger.

1553496656441-Ross_prison-group
Ross avec des détenus de la prison de haute sécurité de Florence.

C’est un bel engagement de mettre votre vie de côté.
On a senti que c’était important pour lui d’avoir une bouée de sauvetage. Quand il a été arrêté pour la première fois, il était dans une prison de très haute sécurité à New York, donc on a déménagé là-bas. À cause de sa peine d’emprisonnement à perpétuité, il a été incarcéré avec des criminels très dangereux : coups de couteaux, passages à tabac et ces genres de choses, font partie du quotidien. Tout se passait bien au début jusqu’à ce qu’il refuse de tabasser quelqu’un suspecté d’être un mouchard. Il disait « Je ne vais pas taper un mec que je ne connais même pas. » Ça l’a mis en danger parce que là-bas, on ne dit pas non.

Il a donc été mis à l'isolement pour ne pas se faire tabasser. Il a passé trois mois et demi dans une boîte en métal sans fenêtre et il a à peine eu l’occasion de sortir. Aujourd’hui, il est dans un bien meilleur endroit et il peut se détendre. Avant, il devait toujours être à l’affût de toute violence ou d'un potentiel danger.

D’après ce que vous avez vu, les gens s’intéressent toujours à Silk Road ? Est-ce qu’ils lui envoient des lettres ?
Ouais, des gens s’intéressent toujours à ce cas. Il a reçu des lettres de soutien du monde entier, même si certaines ne sont pas toujours acceptées. L’année dernière a été très animée en particulier quand Ross a rejoint Twitter. On a une liste de soutiens en constante croissance et notre pétition sur Change.org n’arrête pas non plus de croître en ce moment.

J’ai vu que Ross participait à un programme de tutorat pour les autres détenus, pouvez-vous m’en parler ?
Ouais, il aide des gars à entrer dans des cours à distance à l’université. Il a aussi aidé plusieurs personnes à obtenir leur baccalauréat. Et puis, il aide également en donnant des cours particuliers, en donnant des séances de sports et de yoga, ou même si quelqu'un à besoin d’écrire une lettre.

Vous avez dit qu’aller en prison vous a beaucoup aidé, c’est-à-dire ?
Ross a un ami qui purge une peine à perpétuité pour avoir vendu de la marijuana à un informateur il y a treize ans. La prison est dans le Colorado, dans un Etat où c’est légal maintenant et il est quand même en prison à vie. C’est vraiment n’importe quoi. C’est tout simplement hypocrite. Il y a beaucoup de cas comme lui. Ce pays a un problème avec les condamnations excessives, alors j’ai l’impression que c’est aussi mon destin. Mon but est de ne pas seulement faire sortir Ross, mais d’aider le système à devenir plus sain en considérant l’humain. Les États-Unis n’ont pas toujours été comme ça. C’est à cause de la guerre contre la drogue et c’est vraiment devenu incontrôlable. Il faut revenir en arrière, il doit y avoir un changement.

À ce sujet, vous essayez de faire gracier Ross. Comment les gens peuvent aider ?
Nous avons une pétition sur freeross.org et Instagram. Vous pouvez suivre Ross sur Twitter. C’est un effort constant pour attirer l’attention sur son cas. Nous avons toujours besoin d’une aide financière. Sans cette aide, nous n’aurions jamais eu accès à la Cour suprême. Aussi, si vous avez des idées ou des façons pour nous aider, n’hésitez pas à nous contacter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et Flipboard.