une fleur qui pousssur un caca
PHOTO: Артём Князь I MONTAGE: VICE
Société

Il s’est quand même passé quelques trucs cools en 2020

2020 n’était pas qu’une année de merde.
24.12.20

Fini les bises à n’importe qui

Des masques et des salutations à distance ; cette année nous a projeté·es dans un futur japonais. 2020, c’était aussi l’année qui nous a protégé·es des mauvaises haleines. Si vous êtes encore confronté·e à ce problème olfactif, vous êtes seul·e responsable.

Les discours du roi et de la reine

Cette année, la famille nous aura gâté·es avec de merveilleux discours, d’un coucou depuis leur jardin, de précieux moments de lecture, d’un super DJ set qui sent bon la solitude… Aussi et surtout, Delphine Boël a été reconnue par les sien·nes. Il est loin le temps où quand cette smala nous faisait sourire, c’était pour des trucs vraiment mignons. Promis, en 2021, on arrête de se moquer.

16 mois après les élections, la Belgique a enfin un gouvernement

Et la N-VA n’en fait plus partie. Et notre vice-Première ministre est la première ministre transgenre d’Europe. On cherchera plus tard à comprendre comment ce gouvernement s’est constitué. En attendant, c’est toujours ça de pris. 

Le report de l’EURO 2020

Parce que depuis que George Best a pris sa retraite, le foot c’est quand même devenu un peu chiant.

Des gens puissants sont tombés malades

Trump, Macron et Johnson ont chopé le Covid. Ça ne nous a rien apporté à part un petit « cheh » mental, mais que c’était bon. 

La création du compte Instagram @acab_cuisine

“All Cuisines Are Bonnes”

Harvey Weinstein s’est pris 23 ans de prison ferme

Le 11 mars dernier, soit le jour où la Belgique a compté son premier décès dû au Covid (on en est à plus de 18 000, là), ce cochon sale de Weinstein a chopé une peine de 23 ans de prison ferme.

La guerre des anus sales

Grâce au virus (et à internet), on a pu assister à de véritables scènes de guerre dans les supermarchés, tout ça pour des stocks de papier toilette. À moins que la prochaine pandémie soit une diarrhée mondiale ou que la troisième guerre mondiale s’annonce, on ne reverra plus jamais ça.

Ce qui ne tue pas rend plus fort·e

Plus jamais, vos parents ne pourront dire que votre génération a tout eu sur un plateau d’argent. 

L'ONU a officiellement reconnu l'utilité médicale du cannabis

Jusqu’ici, le cannabis figurait sur la même liste que les drogues les plus dangereuses du monde, aux côtés de l'héroïne, entre autres. Pour résumer, ça ne change absolument rien à la manière dont les différents gouvernements gèrent leur loi à ce niveau, mais on peut espérer que cette déclassification aura des conséquences positives sur l’accès au cannabis à usage médical ainsi que sur le nombre d’études à venir sur les bienfaits de la weed.

Les communautés LGBTQIA+ se sont approprié le #proudboys 

Le boys club de suprémacistes blancs avec leurs polos Fred Perry noirs à bandes jaunes était plutôt bien parti pour considérer 2020 comme une belle année. Leur popularité a clairement augmenté après que Trump leur a exprimé son soutien lors d’un débat présidentiel en septembre. Retournement de situation : après les déclarations de Trump, les communautés LGBTQIA+ se sont emparé du hashtag #proudboys sur Twitter et Instagram. Si vous tapez le hashtag aujourd'hui, vous tomberez sur davantage de photos de couples gays que sur du contenu raciste et des polos moches. 

On peut enfin travailler en pantoufles

Pareil pour les cours. Fini les transports tous les matins en heure de pointe. 

La réponse de Greta Thunberg à Donald Trump

C’est celui qui le dit qui l’est. 

Trump & Greta.jpg

Trump n’a pas été réélu

Bye Felicia.

Les contenus activistes sur les réseaux sociaux

Que ce soit à cause du fait que moins de manifs aient obtenu des autorisations ou simplement parce qu’on a passé davantage de temps à guetter les réseaux à cause du confinement, les derniers mois ont paru comme particulièrement chargés niveau contenus politiques qui dénoncent tout un tas de trucs. Gros bonus – en plus de la sensibilisation potentielle que ça offre –, tout ça aura indirectement fait office de filtre relationnel. On sait maintenant qui, dans notre entourage pleurniche quand on ne parle pas assez des hétéros blancs; mais disparaît dans les abîmes d’internet et de la vie réelle quand on parle de crise migratoire ou d’inégalités en tous genres (c’est les mêmes qui appellent les flics quand vous êtes plus de quatre dans votre salon).

Les contenus activistes sur les réseaux sociaux (bis)

Un autre avantage : grâce à tout ce qui est sorti sur différents sujets, on n’a même plus besoin d’expliquer en long et en large pourquoi c’est complètement con de défendre les statues coloniales ou les violences policières. À moins que vous ne soyez un cas sans espoir.

On a moins pris l’avion

Sauf que les compagnies d’aviation ont quand même reçu un paquet d’argent et elles ont fait voler leurs avions vides. Du coup, votre résolution de prendre le train pour aller à Berlin ne sert probablement à rien.

Les trucs gratuits

Dès l’annonce du premier confinement, tout un tas de choses ont été rendues accessibles au public, sans frais : films, festivals en ligne, billets de train, etc. Évidemment, on n’a rien goûté de tout ça, puisqu’on a zoné sur les mêmes sites, pages et feeds qu’avant – preuve que si on manque de culture, c’est pas la faute au manque de temps, mais bien à la fainéantise. Toujours bon à savoir.

Moins de personnes âgées à nourrir

Le troisième âge ayant été la tranche la plus touchée par le Covid, on peut dire que les pertes sont considérables. Si une personne pleure en ce moment sur votre épaule la disparition de ses grand-parents, rassurez-la : d’une façon ou d’une autre, c’est la nouvelle génération qui profitera de ce désengorgement précipité.

Le coming out d’Elliot Page

Le 1er décembre, l’acteur canadien Elliot Page, connu notamment pour son rôle dans « Juno » et « Inception », a fait son coming out en tant que personne transgenre sur les réseaux. Il a utilisé ce moment pour rappeler à quel point les violences faites aux personnes transgenres sont réelles, faisant de ce coming out un moment de joie mais aussi de crainte.

L’Écosse est le premier pays du monde à rendre les protections périodiques gratuites

Fin novembre, l'Écosse est entrée dans l'histoire en introduisant une nouvelle loi qui rend les protections périodiques, tels que les tampons et les serviettes hygiéniques, gratuites.⁠ Le projet de loi a été voté à l’unanimité, et stipule que les organismes publics devront fournir gratuitement des protections périodiques. ⁠Cette loi s’inscrit dans la lutte contre la précarité menstruelle, car beaucoup de femmes n’ont pas les moyens de s’acheter. En Belgique, la Chambre a approuvé en juillet 2018 un projet de loi faisant passer la TVA sur les tampons, les serviettes hygiéniques, les protège-slips et les coupes menstruelles de 21 % à 6 %. Espérons que 2021 marquera la gratuité.

On a compris l’enjeu du clubbing

On a peut-être passé une année nulle sans faire la fête, mais elle nous a aussi permis de prendre conscience des bienfaits du clubbing, des contacts sociaux, à la coordination sur le dance floor et au soutien aux artistes. On a aussi compris que le monde de la nuit est tout aussi imbibé du capitalisme, du racisme et autres inégalités. Espérons donc que quand on se retrouvera sur le dance floor, certaines choses aient changé.

Angèle est une resta internationale

Nous sommes Angèle, vous êtes notre Dua Lipa. 2020 était une longue nuit noire et pluvieuse, mais nous l’avons traversée main dans la main, en mangeant des frites avec bonheur dans des ruelles vides, en dansant avec candeur et insouciance dans des appartements confinés.

C’est tout ce qu’on a trouvé. On se retrouvera sans doute sous la bonne étoile d’une nouvelle année qu’on espère plus lumineuse. Donc rendez-vous en 2021 (soit la semaine prochaine).

VICE Belgique est sur Instagram et FacebookVICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.