Taxi Riders

FYI.

This story is over 5 years old.

Photo

Taxi Riders

Dealers de kétamine, femmes enceintes et mauvais payeurs : Mike Harwey a photographié tous les gens étranges qu'il prenait dans son taxi.
Jamie Clifton
London, GB
21.11.14

(£7.62) « Je pense que cette photo résume ma série entière, » explique Mike. « Elle représente la vie de toute une communauté galloise. »

On rencontre toutes sortes de personnes quand on conduit un taxi. Ça fait partie intégrante du boulot. Si vous ne rencontrez pas beaucoup de gens, cela signifie probablement que vous devriez reconsidérer votre choix de carrière.

Mike Harvey est un type du Pays de Galles qui a commencé à conduire un taxi pour financer ses voyages autour du monde. Quand il n'était pas en train d'explorer un autre pays, il transportait des milliers de personnes dans la ville de Swansea. En 2010, Mike a commencé à documenter quelques-uns de ses voyages en taxi en établissant une relation avec les passagers, en les prenant en photo une fois arrivés à destination et en leur offrant la course en guise de remerciement. Il a arrêté sa carrière de chauffeur de taxi il y a un an environ, mais il vient de compiler ses portraits favoris – tous nommés selon le prix de la course. Ils sont actuellement exposés au Monkey Cafe & Bar de Swansea. Je l'ai rencontré pour en discuter.

(£4.00)

VICE : Bonjour Mike. Pourquoi avez-vous commencé à prendre des photos de vos passagers ?
Mike Harvey : Je trouvais ce travail vraiment fascinant. Je ne savais jamais sur qui j'allais tomber – j'ai beaucoup appris grâce aux passagers, parce que j'ai dû faire face à de nombreuses situations délicates. Donc j'ai acheté un Reflex et j'ai commencé à prendre des photos. Je voulais que les photos représentent le trajet que nous avions partagé, parce que le taxi était occupé par de nombreuses personnes durant cette période.

Les gens étaient heureux que vous les preniez en photo ?
Eh bien, j'ai documenté à peu près 130 trajets, et je dirais que seules neuf personnes ont refusé. Je le faisais toujours à la fin du trajet, ce qui nous laissait le temps de discuter, de construire une sorte de relation. Je vois ça comme l'une des expériences les plus enrichissantes de ma vie, vraiment. Je ne savais jamais de quoi ma journée serait faite : je me suis aussi bien retrouvé à faire un massage cardiaque à quelqu'un sur le bord de la route qu'à raisonner une femme enceinte qui s'est enfuie de mon taxi sans payer.

(£2.87) « Ce type était en quelque sorte un client régulier, mais il est décédé depuis que j'ai pris cette photo. Ce portrait est assez important pour moi. »

Que s'est-il passé ?
Je conduisais aux alentours de Swansea à environ 3h du matin et cette fille qui était au terme de sa grossesse était assise au bord de la route, pieds nus. Elle m'a hélé, donc je l'ai fait rentrer. Conduire un taxi est parfois un service d'aide psychologique spontané. Je lui ai dit que se prendre une cuite en étant enceinte n'était peut-être pas une bonne idée. Nous avons bien discuté. Quand je l'ai déposée, elle s'est enfuie. Habituellement, je poursuis les gens mais elle était vraiment enceinte jusqu'au cou. Alors je l'ai laissée partir.

Des gens m'ont aussi proposé de la drogue – de la kétamine, notamment. Mais en général, je ne prends pas de drogues. Et sérieux, qui prendrait de la kétamine en conduisant ?

(£3.82) « Je connais la mère de ces enfants : elle a accepté que je les photographie parce qu'elle savait que je voulais représenter toutes les parties de la communauté – les vieux, les jeunes et tout ce qu'il y a entre les deux. »

Ils vous proposaient ça en lieu et en place de l'argent ?
Non, plutôt comme une sorte de bonus. Ils me demandaient : « Est-ce-que ça vous dérange si on prend de la coke à l'arrière ? » Les gens me proposaient des plans à trois, à quatre… c'était une source constance de divertissement. Et vu que certaines personnes sont saoules, elles vous divulguent beaucoup de choses sur leur vie, en vous parlant de leurs aventures, de leurs problèmes, de leurs envies de suicide. Il faut donc essayer de leur accorder le meilleur temps de réflexion possible pour qu'elles ne tirent pas de mauvaises conclusions.

(£3.06)

À quel point ça vous a affecté ? J'imagine que vous saviez à quoi vous attendre en tant que chauffeur de taxi, mais pas nécessairement au fait que les gens qui s'assoient sur votre banquette arrière puissent vous parler de suicide.
Je ne pense pas que je savais dans quoi je m'embarquais pour être honnête. Je me souviens que lors de ma première course en taxi, j'étais très nerveux parce que j'avais peur d'avoir un accident et que le passager soit blessé. Je me suis toujours senti très responsable, et je pense que cette responsabilité a elle-même conduite à ce que les gens commencent à se confier à moi. Je n'étais pas intimidé par ça – je voulais juste aider les gens dans la mesure du possible. Ce qui est marrant, c'est que je n'ai pas revu la plupart de ces gens.

(£5.72)

Est-ce-qu'il y a des trajets qui ont été particulièrement significatifs pour vous ?
Il y en a un, quand j'ai trouvé quelqu'un qui venait de se faire renverser. Je lui ai fait un massage cardiaque mais il n'a pas survécu. C'était une expérience inhabituelle – assez douloureuse. D'un autre point de vue, l'entreprise pour laquelle je travaillais avait un contrat avec la maison close locale, donc c'était toujours fascinant de ramener ces filles. J'ai fini par sympathiser avec certaines d'entre elles. Elles me demandaient « T'as une nuit chargée, Mike ? » Et je ne savais jamais si je pouvais leur poser la même question.

(£4.66) « Cette dame est une parente de ma belle-mère. Je l'aime à la folie. Elle est l'une des rares personnes du projet que je connais vraiment. »

Avez-vous appris quelque chose sur votre ville natale ?
Je pourrais probablement trouver des choses précises si je prenais plus de temps pour y réfléchir. Mais je pense, que dans l'ensemble, ça m'a juste donné une connaissance plus large de la façon dont les gens vivent - les choses auxquelles ils pensent, ce qui les intéresse, ce qui les inquiète. Ma conclusion, c'est que chaque personne est essentiellement la même – on a tous nos inquiétudes et nos complexes.

Pensez-vous que conduire un taxi vous a rendu plus observateur, voire capable de déceler la personnalité de chacun plus rapidement qu'auparavant ?
Oui, mais c'est surtout dû au fait que je faisais ce boulot entre deux voyages – que ce soit à Delhi ou Katmandou, où je repensais à Swansea. Ça m'a permis d'observer les gens de plus près, mais j'ai toujours été un observateur. Je pense que c'est ce qui m'a mené à ce projet.

(£42.94) « J'aime beaucoup leur pose – c'est comme s'ils voulaient se mettre en scène. »

Pensez-vous que vous avez appris des leçons d'humanité ?
Je ne veux pas faire une interprétation négative de mon expérience, mais disons qu'il y a des gens gentils sur Terre – et des gens moins gentils.

Vous avez eu beaucoup de problèmes ?
Quasiment jamais. Cependant, il y a eu un gars à l'arrière de mon taxi qui se disputait avec une fille – j'ai supposé que c'était sa copine – et il a commencé à lui donner des coups de tête. J'ai dit un truc comme : « Les gars, arrêtez ou je vais devoir vous conduire au commissariat. »

Publicité

Le gars a ensuite tourné son attention vers moi, a essayé de m'attraper par le cou en répétant « Arrête la voiture, arrête la voiture. » Nous nous sommes arrêtés, il est descendu, prêt à me faire sortir, donc j'ai juste redémarré. La fille était à l'arrière, pleurant toutes les larmes de son corps. Je lui ai dit : « Est-ce-que tu es d'accord pour que je continue à conduire et que je te dépose chez toi? » Et elle m'a répondu : « Oui, s'il-vous-plaît – ne vous arrêtez pas. »

Pour être honnête, ce genre de situation était assez rare.

(£5.15) « Ces deux-là sont adorables. Elles portent les mêmes vêtements et ont leur propre langage. Je les ai déjà revues dans la queue d'un supermarché ou dans mon quartier, mais je doute qu'elles se souviennent de moi. »

Au final, est-ce-que j'ai raison de penser que vous n'aviez pas l'intention de les montrer ? Que ça allait juste être un projet personnel ?
Oui. Elles sont toutes restées sur un disque dur pendant des années et c'est mon petit copain Tim qui m'a conseillé de les faire sortir de l'ombre. Ça ne me dérangerait pas de prolonger le projet maintenant. J'adorerais faire la même chose dans d'autres lieux, j'aimerais pouvoir réussir à trouver un chauffeur de taxi qui accepterait de me laisser conduire avec lui et prendre des photos des passagers, juste pour montrer d'autres cultures dans un espace similaire.

Oui, l'espace joue un grand rôle dans les photos – c'est très intime.
C'est très proche pour des étrangers, oui. J'avais l'habitude de dire : « Détendez-vous, soyez vous-mêmes – vous n'avez pas à sourire ou quoi que ce soit. » Ça peut paraître très ringard et très cliché,mais je pouvais voir une réelle vulnérabilité dans les yeux des gens ou j'étais capable de voir une partie de leur caractère dans leurs yeux et leurs expressions. Et j'adore ça.

Merci beaucoup Mike.

Vous pouvez voir plus du projet de Mike « Taxi » sur son site internet et acquérir des tirages ici.

Cet article vous est présenté par le film Night Fare. Découvrez la bande-annonce

@jamie_clifton