Le vrai visage de Camden

Bruce Gilden a photographié des maisons en voie de démolition et des taulards en phase de réinsertion.

|
nov. 10 2014, 9:00am

Bruce Gilden s'est trouvé une nouvelle lubie. Si le photographe de chez Magnum a toujours eu un faible pour les plans serrés, sa méthode - qui consiste à s'approcher de l'action jusqu'à ce que la frontière se brouille entre le point A (le sujet) et le point B (l'objectif) - l'a toujours empêché de tomber dans l'écueil de la photographie documentaire. Mais ces derniers temps, il s'est mis à se rapprocher encore plus de ses sujets, collectionnant des portraits aussi serrés que son appareil photo pouvait le lui permettre. Lui-même semble incapable d'expliquer pourquoi, et répète à l'envi son aphorisme préféré : « Plus je vieillis, plus je me rapproche. »

Personne ne connaît les bas-fonds des villes aussi bien que Gilden, qui a passé la majeure partie de sa carrière à suivre les marginaux et autres « gros durs » des environnements défavorisés. Pour ce numéro consacré au crime, on l'a envoyé à Camden, dans le New Jersey, élue ville la plus dangereuse des États-Unis en 2012, après que son taux de criminalité a dépassé celui de Flint, dans l'État du Michigan. Sur place, Gilden a passé un peu de temps avec des locaux. Ces derniers partageaient deux points communs : tous avaient déjà été incarcérés, et tous avaient envie de remettre leur ville sur pied. Il a notamment rencontré des gens tels que Anthony Dillard, qui souhaite « relancer l'industrie de Camden » ou Niger Ali, qui s'occupe de « programmes sociaux destinés aux jeunes ». Gary Frazier Jr. cherche à travailler pour l'État américain, tandis que Jermaine Wilson s'attache simplement à fournir des emplois à ceux qui en ont besoin. Leurs visages incarnent aussi bien leur passé agité que leur volonté de rédemption - ainsi que tout ce qui leur est arrivé entre-temps.

À Camden, votre relation au crime constitue une partie inextricable de votre identité. Poser pour une photographie devient alors un exercice : celui de se présenter non pas comme celui que vous êtes, mais comme celui que vous n'êtes pas - ou souvent, comme celui que vous n'êtes plus. 


Des maisons en voie de démolition dans le quartier de Parkside, près des bureaux de la multinationale Campbell Soup Company


Nigel Ali Sr, 37 ans, incarcéré pendant quinze ans. Il officie aujourd'hui en tant que militant associatif auprès de jeunes délinquants.


Anthony Dillard, 40 ans, incarcéré pendant dix-sept ans. Aujourd'hui, il vend des T-shirts « Made in Camden » aux habitants de la ville.


Jermaine Wilson, 39 ans, incarcéré pendant onze ans. Il travaille actuellement dans une agence d'intérim qui favorise la réinsertion d'anciens détenus.


Gary Frazier Jr., 38 ans, incarcéré pendant trois ans et trois mois. Il travaille aujourd'hui dans la politique et compte se présenter au comité d'aménagement du comté de Camden en novembre 2014.


Diamond Thomas, 43 ans, incarcéré pendant dix ans. Aujourd'hui, il est chaque année l'organisateur d'un festival de musique sur les quais de la ville.

Plus de VICE
Chaînes de VICE