Publicité
mort

Mourir en s’amusant avec une tombe customisée !

Une société française se propose de personnaliser les monuments funéraires de vos proches.

par Stephanie Mercier Voyer
26 Janvier 2016, 6:00am

Toutes les photos sont publiées avec l'aimable autorisation de Funeral Concept.

Ces derniers temps, je pense beaucoup à la mort. Peut-être parce que l'on vient d'entamer une nouvelle année, ou parce que j'ai passé ces deux dernières semaines à étudier les rides de ma grand-mère alors qu'elle tentait tant bien que mal de se souvenir de mon nom. Toujours est-il que je ne pense pas à la mort parce que je viens de prendre la résolution de vivre ma vie « à fond les ballons » – j'y pense désormais d'un point de vue pratique.

Il faut se rendre à l'évidence : les cimetières sont des lieux sinistres. Et je ne parle même pas des nombreux pères, mères et bébés qui y pourrissent six pieds sous terre – mon jugement est uniquement fondé sur leur esthétique générale. La plupart des cimetières pourraient se résumer à un océan de pierre grise et ennuyeuse, avec un peu de marbre par-ci par-là. Au mieux, on peut y croiser la statue d'un ange en larmes ou une croix, mais de manière générale, on ne peut pas vraiment dire qu'ils soient visuellement excitants. Pourquoi, d'ailleurs ? Quand je passerai l'arme à gauche, j'aimerais que mon ultime lieu de repos soit un monument représentatif de mon ego surdimensionné. Et bien qu'il existe déjà des personnes capables de rendre les cercueils bien plus amusants, je pense qu'il est temps que l'on se penche plus sérieusement sur le sujet. Heureusement, il y a Funeral Concept.

Cette jeune société française se spécialise dans ce qu'ils appellent le fer tombal – bien que leurs tombes soient faites d'acier. Ce qui rend les produits de Funeral Concept spéciaux n'est pas leur durabilité, mais le fait qu'il soit possible d'y imprimer ou faire peindre l'image de votre choix. Des photos de votre père en train de passer un mur de flammes à moto à une peinture de vous-même avec des lasers jaillissant de votre poitrine, votre seule limite est votre imagination (et la maîtrise de Photoshop de leur équipe de graphistes). J'ai discuté avec le fondateur Freddy Pineau pour lui poser quelques questions sur sa société, et pour savoir jusqu'où les gens pouvaient aller en termes de customisation.

VICE : Comment vous est venue l'idée de faire des tombes en acier ?
Freddy : C'était un mélange entre la mort d'un proche, le fait d'être forcé de choisir un monument funéraire sinistre et la récente acquisition d'un outil de découpe laser par la société de métallurgie où je travaillais – tout ça m'a motivé à créer mes propres tombes en acier customisées, que j'ai ensuite montrées à des professionnels. Leurs réactions enthousiastes ont confirmé ma pensée – il existait bel et bien un vide à combler dans ce milieu.

Comment vont les affaires pour vous ?
Nous avons commencé à commercialiser nos produits en septembre 2012. Au cours de notre première année d'existence, nous avons fait environ 100 monuments, et tous ont été placés dans des cimetières. Nous ne sommes pas des grossistes – nous créons uniquement des tombes réalisées à la demande de nos clients.

Quel type de réaction rencontrez-vous chez les employés de cimetières ?
Je dirais qu'ils sont tout d'abord surpris, puis heureux que nous apportions un peu de joie dans un lieu qui en manque cruellement.

Y a-t-il un projet dont vous êtes particulièrement fier ?
La tombe que nous avons réalisée pour Serge Danot, le créateur de Pollux et du Manège enchanté. Ça nous a vraiment aidés à décoller, parce que des photos de sa tombe ont très vite circulé en France.

Qui s'occupe du design ?
Nous avons nos propres designers, qui travaillent selon les préférences de la famille du défunt.

D'ailleurs je me demande : est-ce qu'il y a des restrictions ? Admettons qu'un client exige une photo de lui nu et les jambes écartées sur sa tombe d'acier – vous le feriez ?
Nous essayons de ne refuser aucune requête, aussi spéciale soit-elle – légalement parlant, seuls les employés municipaux peuvent juger du côté potentiellement offensant de notre travail.

Et si quelqu'un demandait un portrait de son héros, mais que son héros était Hitler ou Pol Pot ?
Il nous est toujours compliqué de réaliser des portraits de héros, car nous avons besoin d'obtenir les droits d'auteur. Par exemple, nous avons fait un monument funéraire à l'effigie du Petit Prince – heureusement, la famille de Saint Exupéry a été très compréhensive envers la famille du défunt. Après, en ce qui concerne les « héros » que vous venez de citer, bien entendu, nous refusons ce type de travail.

Que diriez-vous aux gens qui trouvent vos créations de mauvais goût ?
Les gens ont tout à fait le droit de ne pas aimer nos créations, mais pas de les critiquer. Une tombe personnalisée reflète la vie d'un défunt et la décision de sa famille. Par respect pour ces familles, je dirais que ces détracteurs qui manquent clairement de personnalité devraient réfléchir avant de critiquer.

@smvoyer