FYI.

This story is over 5 years old.

Le guide VICE de l'Europe 2014

Le guide VICE de Lisbonne 2014

Lisbonne est la seule capitale d'Europe où vous avez le droit de transporter jusqu'à 25 grammes de weed et 2 grammes de coke avec vous. Et il fait beau genre, tout le temps.
11 août 2014, 8:00am

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe

(Photo : Nuno Barroso)

Dans la capitale du Portugal, il fait tellement chaud que les gens se bourrent la gueule dans la rue et ne se couchent qu'une fois le soleil levé. Bon, il faut aussi avouer que le manque de sommeil s'explique par le fait que les Portugais peuvent prendre de la drogue sans risquer le moindre problème avec les forces de l'ordre. _Bem-vindo a Lisboa _!

Pour passer directement à la section qui vous intéresse, cliquez sur les liens ci-dessous :

OÙ FAIRE LA FÊTE
DROGUES ET LOIS LOCALES
POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS
OÙ MANGER
CE QUE LES GENS MANGENT ICI
OÙ BOIRE
OÙ DORMIR
LE LISBONNE LGBT
OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ
COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES
COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL
QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER
QUELQUES TRUCS À SAVOIR
UN PEU DE MUSIQUE LOCALE
NOTRE CARTE DE LA VILLE

(Photo : Nuno Barroso)

OÙ FAIRE LA FÊTE

Lounge
Rua da Moeda, 1 0/P, Cais do Sodré
Si les types à l'origine du Lounge n'ont fait preuve d’aucune originalité lorsqu'ils ont nommé leur bar, on ne peut leur en tenir rigueur : l'endroit est en effet extrêmement relax et vous permettra de vous alcooliser tout en écoutant des DJs relativement intelligents.
LIEN

Music Box
Rua Nova do Carvalho 24, 1200-292
Le Music Box et le Lux Frágil sont les deux clubs les plus connus de Lisbonne. D'un côté vous avez le Lux, mastodonte de la nuit qui n'hésitera pas à vous promettre tous les soirs une soirée mortelle qui n’aura jamais lieu. De l'autre, vous avez le Music Box, plus imprévisible, où vous pouvez vous retrouver à écouter de la cumbia à 6 heures du matin alors que vous étiez venu pour une soirée acid house.
LIEN

Incognito Bar
R. Poiais de s. Bento, 37, 1200-346
Si le Lounge est un bar lounge, l'Incognito est sans le moindre doute un bar incognito. Pour y accéder, vous devrez d’abord sonner au 37 de la Rua Poiais de São Bento. Vous trouverez une piste de danse de taille raisonnable et un bar adorable qui vous permettra de vous désaltérer tout en observant le déhanché désarticulé de la jeunesse lisboète. C'est une adresse culte qui n'a pas daigné varier sa playlist d’un iota depuis la fin des années 1980. J'espère que vous aimez les synthés. 
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Nuno Barroso)

DROGUES ET LOIS LOCALES

Si l'ensemble de la jeunesse européenne semble avoir de sérieuses difficultés à se procurer la drogue de leur choix, ce n'est pas le cas des Portugais. En effet, si vous transportez moins de 25 grammes de weed, deux grammes de coke ou un gramme d'héroïne, la police ne peut rien vous reprocher. Mais attention, je parle ici de dépénalisation, pas de légalisation, subtile différence que les plus intelligents d'entre vous comprendront. Je ne dis pas non plus que l'héroïne et la cocaïne sont des drogues cool : n'oubliez pas que vous êtes un blaireau doublé d’un connard si vous en prenez.

Pour l’histoire, en 2001 le gouvernement portugais a décidé de titrer un trait sur des décennies de vaine lutte contre la drogue et a dépénalisé plusieurs substances jusqu’ici interdites. Si les prophètes de l'apocalypse avaient prédit la Géhenne à la patrie de Cristiano Ronaldo, il n'en fut rien. Le Portugal n'est jamais devenu le paradis des crackheads internationaux, et c'est tant mieux.

Le trafic de drogues reste bien entendu illégal. Vous ne pouvez donc pas vous installer à Lisbonne pour ouvrir un coffee-shop et faire fortune au détriment de la santé des autres êtres humains. Les dealers contrôlent toujours le business et comme vous avez vu Pixote, vous savez qu'il ne faut jamais emmerder un lusophone qui vit dans un quartier où les enfants jouent au football pieds nus.

Revenir en haut

(Photo : Nuno Barroso)

POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS

Si l'on met de côté les Grecs qui détiennent de loin la palme de la sodomie institutionnalisée par la démoniaque Troïka, le Portugal a traversé la crise avec autant de difficultés que la plupart des autres pays d’Europe du sud. Pour je-ne-sais quelle raison, les fascistes du coin n'en ont pas profité. Il n'existe par exemple aucun équivalent portugais au FN.

L'empire portugais était il y a un demi-siècle vaste et puissant, ce qui a inévitablement attiré vers la métropole de nombreux immigrés originaires de ses anciennes colonies. On trouve donc des communautés brésiliennes, angolaises, et mozambicaines. Après des années de dictature fasciste et de pauvreté, le Portugal est aujourd’hui une terre d'immigration ; le nombre de Roumains et de Chinois présents sur le territoire est en nette augmentation, même si le pourcentage d'immigrés au sein de la population ne dépasse pas les 5%. Il n'existe pas réellement de tensions entre les différentes communautés, à la grande différence des autres pays européens.

En 2012 et 2013, des manifestations violentes ont eu lieu pour s'opposer à la Commission européenne, à la BCE et au FMI – la Troïka en personne, donc. Les habitants se sont soulevés contre les mesures drastiques qui étranglaient un peu plus la déjà fragile économie du pays. Les choses se sont calmées depuis et aujourd'hui, l'évènement politique le plus extrême que pourrait connaître le pays serait une rave party géante dans les rues de Lisbonne menée par des milliers de militants altermondialistes.

Revenir en haut

(Photo publiée avec l'aimable autorisation de Grant Armour)

OÙ MANGER

The Decadente Restaurante & Bar
Rua São Pedro de Alcântara 81, 1250-238
Si vous recherchez un lieu qu'auraient pu aimer à la fois Néron et Gatsby le Magnifique, passez votre chemin – ce restaurant n'a de décadent que le nom. Pas d'orgie plurisexuelle, pas d'humiliation pasolinienne, simplement des plats traditionnels qui plaisent à tout le monde. En revanche, les serveurs portent tous des bretelles. À vous de voir si vous pouvez vous enfiler un bon plat de bacalhauà côté d'un type qui ressemble à un Suisse.
LIEN

Frade Dos Mares
Avenida Dom Carlos i 55, 1200
Le mec qui tient cet endroit merveilleux est un surfeur qui pêche au harpon. Un peu comme la presse écrite ou les chansons de Laurent Voulzy, on ne lui promettait aucun avenir il y a dix ans de ça, mais il est toujours là pour vous préparer des plats délicieux à base de poisson et de fruits de mer locaux. Vous pourrez vous goinfrer de poulpe en sifflotant « Belle-Île-en-Mer » avec Le Monde Diplo sous le bras. Le conservatisme aura toujours de l'avenir.
LIEN

Santa Bica
Travessa do Cabral 37,  1200-074
On le sait, vous n'êtes pas emballé par cette idée de bar où les gens ne servent que du gin. Mais mettez votre orgueil de côté : ici, on vous servira aussi des plats portugais de qualité, et la vue sur la ville est genre, idyllique. Que demander de plus, huh ? Ouais, peut-être un peu plus de diversité dans les alcools proposés.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Andi Galdi Vinko)

CE QUE LES GENS MANGENT ICI

Pastéis de nata
Je déteste briser les mythes qui vous font de croire à jamais en la beauté de votre enfance, mais les flans que préparait votre grand-mère aujourd'hui partie rejoindre le Seigneur n’étaient pas si délicieux que ça. Allez dans le quartier de Belém, achetez ces pâtisseries divines et vous n'irez plus jamais fleurir sa tombe.

Ameijoas à Bolhão Pato
Au Portugal, l'océan n'est jamais loin. Les fruits de mer sont par conséquent incroyables, surtout ces palourdes que les Portugais avalent avec de l'ail et de la coriandre.

Bacalhau à Braz
Si la brandade de morue vous a toujours inspiré aussi peu confiance qu'une grosse assiette de choux de Bruxelles, vous allez changer d'avis en goûtant ce plat typique du Bairro Alto.

Pataniscas
Bon, j'admets qu'il n'y a pas une immense différence gustative entre ça et le bacalhau à Braz, mais les Portugais ont eu des centaines d'années pour réfléchir à toutes les variations possibles autour de la morue, donc ne soyez pas surpris. Le résultat ressemble à un croisement entre une galette et un beignet à base de cabillaud et croyez-moi, vous ne pourrez pas trouver ces petites merveilles à la fête de la morue qui se tient pourtant tous les ans à Bègles, en Gironde.

Revenir en haut

(Photo : Grant Armour)

OÙ BOIRE

La plupart des nuits de Lisbonne se terminent dans les rues du Bairro Alto. La promiscuité des bars et la chaleur de le ville vous inciteront à vous soûler au grand air. Si vous voulez quand même boire des coups à l’intérieur, prenez la direction du Purex, un bar gay-friendly dont vous ne pourrez pas manquer la porte d'entrée, couleur orange.

Si vous cherchez une alternative, allez dans Cais do Sodré, près des docks. Le coin abritait autrefois une foule conséquente de prostituées mais la gentrification ayant modifié le quartier en profondeur, vous y trouverez des bars pour jeunes gens connectés tels que le Pensāo Amor, ainsi que de nombreux bar-clubs prisés des kids du coin.

Enfin, si vous chercher un peu de tranquillité, prenez la direction de Bica, à seulement cinq minutes du cœur de la nightlife de Lisbonne.

Revenir en haut

(Photo : Andi Galdi Vinko)

OÙ DORMIR

Un pays qui ne punit pas le fait de transporter deux grammes de coke sur soi ne peut être qu'un pays où les hôtels jouent un rôle très accessoire. Pour les petites natures parmi vous, je vous conseille le Lisbon Story Guesthouse, dans le centre. S'il accueille de nombreux étrangers, cette petite auberge de jeunesse est parfaite pour les couples qui auront le bonheur d'avoir une chambre privative dotée de très bons lits (40 euros pour deux personnes) et surtout, de petits-déjeunes incroyables. J'y étais il y a deux ans et je ne m'en suis toujours pas remis, sérieux.

Situé entre le Bairro Alto, l’endroit où vous finirez sans doute bourré, et le Tage, où vous allez vous noyer, vous trouverez le Yes ! Hostel (22 euros la nuit dans un dortoir). Sinon, vous pouvez descendre au Travellers House (24 euros la nuit), plus classe que le prix ne semble l'indiquer.

Si vous haïssez la promiscuité et prendre votre douche près d’un Américain, vous pouvez choper une chambre au Shiadu GuestHouse (à partir de 74 euros la nuit), qui possède l’une des plus belles vues sur Lisbonne. Vous vous sentirez comme un hipster du XVIème siècle admirant d’un œil satisfait les navires en partance pour le Nouveau Monde – oubliez juste que les mecs massacraient toutes les populations au passage.

Le NH Liberdade (à partir de 129 euros la nuit) est un hôtel 4 étoiles qui ouvre sa terrasse l'été afin de vous faire profiter de sa piscine et de sa vue sur Lisbonne. Cet hôtel est situé au beau milieu du quartier le plus bourgeois de la ville, mais les SDF qui dorment à deux pas vous rappelleront qu'une société de partage et de bonheur universel n'est pas encore pour demain.

Le plus beau palace de la ville demeure sans doute le Pestana (à partir de 225 euros la nuit), un endroit où Madonna passe la nuit lorsqu'elle est en tournée. Mais bon, je sais très bien que vous atterrirez au Lisbon Story, hein.

Revenir en haut

(Photo : Grant Armour)

LE LISBONNE LGBT

Lisbonne est à l'image des autres grandes capitales européennes : hyper gay-friendly. Le mariage homosexuel y est par ailleurs autorisé depuis 2010.

Comme je vous le disais, le Bairro Alto est l'endroit le plus animé de la ville et compte le Purex et le Sétimo Céu, plus grands bars gays de la ville. Si vous aimez les massages thérapeutiques admirablement réalisés par des hommes musclés, pointez-vous au Trombeta Bath.

À côté du Bairro Alto se trouve le quartier de Príncipe Real, qui accueille également de nombreux gays. Là, prenez la direction du TR3S ou du Construction, un immense club rempli d'hommes.

Revenir en haut

(Photo : Andi Galdi Vinko)

OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ

Rossio
L'une des plus grandes places de Lisbonne a été le théâtre de nombreuses révoltes, de plein de combats de taureaux et d’une foule d’exécutions sommaires qui ont fait du Portugal la grande nation qu’elle est aujourd’hui. En 2014, c'est une place magnifique où se regroupent les cafés les plus chers de toute la ville. En revanche, il sera difficile d'assister à des combats de taureaux, l'humanité ayant compris que laisser des animaux s'entretuer pour notre bon plaisir était un poil infernal – j'exclus ici volontairement l'Espagne du reste de l'humanité.

Feira da Ladra
Ce marché aux puces de Lisbonne a lieu tous les mardis et samedis au Campo de Santa Clara. Vous y trouverez tout ce que vous souhaitez : un nouveau jean mal coupé, un iPhone ou un rein. Vous y croiserez également des personnes âgées qui vident leur maison et vendent leurs affaires juste pour que leurs enfants n'aient pas à le faire pour eux :(

Panteão Nacional
Si vous possédez un sens de la déduction aussi affuté que celui d’un enfant, vous aurez deviné que je parle ici du Panthéon portugais, qui abrite entre autres la chanteuse de fado Am_á_lia Rodrigues, l'écrivain Almeida Garrett, mais aussi des mecs un peu plus controversés comme l'ancien président fou Sidónio Pais. Le plus grand footballeur portugais de l'histoire, Eusebio, les rejoindra sous peu. Cristiano Ronaldo devrait sans doute reposer dans le coin d'ici quelques décennies, dans un cercueil Nike 100% carbone.

Praça do Comércio
Comme vous êtes un élève lettré, vous savez que Voltaire fut profondément marqué par le terrible tremblement de terre qui a frappé Lisbonne en 1755 et détruit une bonne partie de la ville. Le roi de l'époque, Joseph premier du nom, a fait en conséquence ce que nous aurions tous fait à sa place : bâtir une immense place et foutre une statue de lui-même en plein milieu. Il n'a d'ailleurs pas lésiné sur les moyens et a exigé qu'on le représente en vrai badass, chevauchant un canasson tout en piétinant de dangereux serpents.

Elevador de Santa Justa
Cette ascenseur date de 1902 et constitue l'un des lieux les plus réputés de la ville ; il permet de relier le Bairro Alto au centre-ville. Il a été imaginé par Raoul Mesnier du Ponsard, disciple de Gustave Eiffel, ce qui nous rappelle à notre bon souvenir que la France est belle, que la France est grande, et que VIVE LA FRANCE.

Intendente
C’est un peu le Brooklyn de Lisbonne : une zone en pleine gentrification qui contient autant de galeries d'art contemporain que de restaurants vous proposant toutes les déclinaisons inimaginables de poulet en salade.

Revenir en haut

(Photo by Andi Galdi Vinko)

COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES

Plusieurs membres du FMI ont trainé dans Lisbonne ces dernières années afin de prêcher la bonne parole de l’ultra-libéralisme économique à des autorités portugaises impotentes mais disciplinées. Imaginez le plaisir que les Portugais ont dû ressentir en apprenant qu'un pickpocket lisboète avait réussi à faucher le portefeuille de l'un de ces mecs du FMI – la meilleure des taxes de séjour, en somme.

Mais ce que l’on pourrait voir à première vue comme un acte noble et citoyen est en réalité un danger assez connu dans la ville : si vous ne faites pas attention, vous subirez le même sort que les pontes du FMI. Du coup, gardez un œil sur vos affaires.

Revenir en haut

(Photo : Andi Galdi Vinko)

QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER

Les vendeurs de rue
Je ne devrais pas avoir besoin de le dire, mais je suis toujours surpris par le nombre de touristes à Lisbonne qui se font avoir par ces mecs qui n'hésiteraient pas à vous couper un bras s'ils en avaient l'occasion. Alors bon, je préfère prendre les devants.

Le métro
Heureusement qu'il fait très chaud à Lisbonne et que les rues de la ville sont agréables à arpenter, parce que ce métro est le pire de toute l'Europe. Vous devez attendre 10 minutes pour en choper un à l'heure de pointe. Après 8 heures du soir, vous attendrez 20 minutes. Après 9 heures du soir et durant le week-end, les métros sont raccourcis de moitié. Imaginez donc un métro bondé et divisez l'espace par deux tout en gardant le même nombre de personnes : admirez une catastrophe sur roues se balader dans les couloirs souterrains. Et tout ça à cause de la Troïka, une nouvelle fois.

Rua Augusta
Je ne sais pas ce qui pousse les touristes à se ruer dans cette artère bruyante et bondée. Vous y croiserez des vendeurs de fleurs en plastique et autres cuisiniers pétés qui vous proposeront de « délicieuses châtaignes grillées ». Possible que l'arc en marbre situé à l'une des extrémités de la rue continue d’attirer le chaland comme la lumière attire le moustique. Une nouvelle preuve que l’être humain fait intégralement partie du règne animal.

Les rues lugubres
Les Portugais adorent traîner dans la rue. Ils occupent littéralement toutes les rues où il se passe quelque chose. Vous croisez une rue vide. Je vous laisse déduire ce que vous devez faire.

Avenida Almirante Reis aux alentours de 4 heures du matin
Toutes les villes possèdent LEUR rue sinistre, remplie d'ivrognes, de prostituées, de dealers et de prédateurs sexuels. L’avenida Almirante Reis est celle de Lisbonne.

Revenir en haut

(Photo : Andi Galdi Vinko)

QUELQUES TRUCS À SAVOIR

Pourboires
Dans un restaurant lambda, ne vous sentez pas obligé de laisser un pourboire. Payez l'addition, souriez et dites obrigado. Si vous vous rendez dans un endroit un peu plus chic tel que l'Eleven ou le Bica do Sapato, il est recommandé de donner un léger pourboire (5 euros maximum).

Méfiez-vous des chauffeurs de taxis qui font le trajet entre le centre-ville et l'aéroport : ils essaieront systématiquement de vous carotter. Si vous aimez parler portugais, tentez le coup, mais soyez sûr de vraiment parler portugais. Sinon, demandez au chauffeur d'enclencher son taximètre dès que vous grimpez à l’intérieur de son véhicule. Ne me remerciez pas pour vous avoir appris l'existence du mot taximètre.

Phrases utiles
Olá_- Salut
_Obrigado_- Merci (les Portugais adorent entendre des étrangers prononcer ce mot)
_De nada
 - De rien
Adeus_- Au revoir
_Fixe
- Cool
_Erva_- Weed
_Otário_- Débile
_Imperial_- Une bière

Revenir en haut

UN PEU DE MUSIQUE LOCALE

Si vous regardez cette playlist d’un œil condescendant, eh bien, allez vous faire foutre. Aussi, dites-vous que lorsque vous dégusterez du poisson grillé à Lisbonne cet été, vous tuerez votre mère pour avoir la chance d'écouter en même temps ces tubes intemporels.

Revenir en haut

NOTRE CARTE DE LA VILLE

Revenir en haut

Big bisous bien baveux à tous les étrangers qui viendront suer avec nous à Lisbonne en ce beau mois d’août.

À toute,

– VICE Portugal

Revenir en haut

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe

Publicité