FYI.

This story is over 5 years old.

Le guide VICE de l'Europe 2014

Le guide VICE de Londres 2014

Ça fait une décennie que les Libertines ont implosé dans un nuage de chapeaux et de désespoir, mais la capitale anglaise n'est pas exempte d'ivrognes héroïnomanes – voici tous les endroits charmants où vous ne serez pas susceptible de les croiser.
4.8.14

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe

(Photo : Jamie Lee Curtis Taete)

Londres est une des pires villes du monde : elle est affreusement chère, cruelle et arrogante. Mais c'est également la meilleure ville du monde : un centre culturel où les gens inventent de nouvelles façons de danser toutes les minutes, restent éveillés jusqu'à l'aube et cuisinent avec raffinement – depuis une vingtaine d'années en tout cas. Les Londoniens adorent les gays, ne sont pas spécialement racistes et passent leur temps à picoler. OK, ils sont aussi friands d'oligarques russes, ne sortent jamais de Londres et se défoncent lors de fêtes de rues complètement stupides. Ce guide vous sera donc utile pour séparer le bon grain de l'ivraie.

Publicité

Pour passer directement à la section qui vous intéresse, cliquez sur les liens ci-dessous :

OÙ FAIRE LA FÊTE
DROGUES ET LOIS LOCALES
POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS
   Les racistes de Londres | Manifestations
OÙ MANGER
CE QUE LES GENS MANGENT ICI
OÙ BOIRE
OÙ DORMIR
LE LONDRES GBT
OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ
COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES
COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL
QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER
QUELQUES TRUCS À SAVOIR
UN PEU DE MUSIQUE LOCALE
NOTRE CARTE DE LA VILLE

(Photo : Will Coutts)

OÙ FAIRE LA FÊTE

Bussey Building, Peckham
133 Rye Lane, SE15 4ST
Le Bussey est composé d'un bar et d'une galerie d'art répartie sur quatre étages. Mais si cet endroit est célèbre, c'est parce qu'il se transforme en club une fois la nuit tombée. La musique y est variée, l'entrée coûte généralement moins de 6 euros, tous les gens sont beaux et le coin fumeur est plus grand que la plupart des clubs londoniens. Si vous avez de la chance, vous tomberez peut-être sur une soirée Soul Train, durant laquelle le Bussey fait résonner du disco et de la house de qualité qui vous donneront l'impression d'être sous kétamine un soir de pleine lune durant un mariage balkanique qui se déroule sur un parking désaffecté. Sauf qu'en fait, vous n'aurez même pas eu besoin de prendre de drogue. Ces soirées ont lieu deux fois par mois. Si vous cherchez une alternative, allez au Caravan's, un bar karaoké rempli de billards, au système-son tout neuf et dont la clientèle se compose essentiellement d'Irlandais qui ne connaissent pas la définition du féminisme approuvée par le Littré.
LIEN

Dance Tunnel, Dalston
95 Kingsland High Street, E8 2PB
De tous les clubs souterrains de Dalston, le Dance Tunnel est sans doute le meilleur, grâce à un système-son particulièrement efficace. Situé sous la pizzeria Voodoo Ray – qu'il faut éviter pour son prix exorbitant – vous y entendrez la quintessence de la house, de la techno et de tout un tas de genres musicaux que vous aimez mais que personne n'a jamais réussi à nommer.
LIEN

Publicité

Corsica Studios, Elephant & Castle
4/5 Elephant Road, SE17 1LB
Dissimulé derrière un centre commercial situé près du carrefour Elephant & Castle, Corsica Studios passe généralement de la house et de la techno. Certains soirs, vous pourrez profiter d'une soirée disco, voire même de musique à guitares. Le dancefloor sera toujours bondé et la plomberie complètement délabrée éloignera tous les jeunes cadres dynamiques susceptibles de traîner dans le coin. Vous pourrez aussi vous rassasier grâce à un magasin de bagels situé tout près et ouvert 24h/24, un véritable don du ciel lorsque vous réaliserez que votre seul repas du week-end consistait à manger une tablette de chewing-gum.
LIEN

Oval Space, Bethnal Green
29 - 32 The Oval, E2 9DT
Techniquement, l'Oval Space est juste une pièce rectangulaire complètement vide, mais leurs organisateurs font toujours du très bon boulot. Surveillez l'agenda de l'Oval Space, les événement changent sans arrêt. Et si vous vous sentez d'humeur aventurière, allez-y à l'aveugle, je suis certain que vous ne le regretterez pas. Petit conseil : ne vous emmerdez pas à balancer sur Instagram une photo d'un lever de soleil sur le gazomètre situé près de l'Oval, c'est sans doute le truc le plus photographié de Londres avec Big Ben.
LIEN

(Photo : Jake Lewis)

Plan B, Brixton
418 Brixton Road, SW9 7AY
Un très bon endroit pour écouter du garage, du dancehall ou de la house, délivrés par les types les plus talentueux de Londres. En revanche, rien à voir avec le mec qui s'égosille en chantant She Said.
LIEN

Publicité

Birthdays, Dalston
33 - 35 Stoke Newington Road, N16 8BJ
Si les groupes de qualité ne sont pas légions en 2014, Birthdays propose une programmation de très haute volée. Le système-son est le meilleur de tout le East London – avec celui du Dance Tunnel – et vous pourrez même accéder à un bar/restaurant qui se situe à l'étage si vous finissez par en avoir marre de sautiller au sous-sol. Vous y avalerez de la poutine, du poulet frit et tout un tas d'autres trucs qui vous satisferont totalement.
LIEN Fabric, Farringdon
77A Charterhouse Street, EC1M 6HJ
On entretient une véritable relation amour-haine avec ce club, qui est l'une des sorties les plus prisées des touristes. Le soundsystem est capable de vous provoquer une descente d'organes, mais l'entrée est onéreuse, les verres sont inabordables pour quelqu'un qui ne travaille pas dans la finance et les escaliers sont toujours remplis d'Italiens insupportables. Malgré tout, la programmation est souvent incroyable. DJ Hype vous fera sans doute l'honneur d'effectuer son 3000ème set dans la pièce principale.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Bruno Bayley)

DROGUES ET LOIS LOCALES

Les Britanniques sont les premiers consommateurs de cocaïne, de kétamine et d'opium en Europe et ils se sont également jurés de devenir les plus gros consommateurs de weed et de MDMA d'ici l'année prochaine. L'annonce dans les médias de la présence de trace de cocaïne dans l'eau consommée par les Londoniens a même été accueillie avec fierté par la population.

Si les Britanniques adorent se défoncer la gueule, la gentrification qui frappe Londres a transformé la capitale en un royaume dédié aux consommateurs de coke. Les Londoniens ont la plupart du temps un livreur attitré qui leur apporte tout à leur domicile, mais certains types se baladent de pub en pub pour en vendre directement à des consommateurs moins organisés. Dans Camden ou Brixton, les dealers se baladent avec de petits sachets de poudre blanche dans la main et prétendent que leur came est la meilleure au monde. Aucun Londonien qui se respecte ne communique avec ces menteurs.

Publicité

Beaucoup de Londoniens prennent de la kétamine même si aucun être humain n'a jamais réussi à expliquer, pourquoi surtout lorsque l'on sait que cette merde est susceptible de faire imploser votre vessie. La méthamphétamine est surtout consommée lors d'orgies gay et le speed n'a plus du tout la côte. La méphédrone a connu son heure de gloire lorsqu'une usine chinoise produisant de la MDMA a brûlé il y a quelques temps, mais avec le retour cette chère drogue de club, tout le monde a oublié que la méphédrone existait. Les hallucinogènes ne sont pas spécialement adaptés à notre capitale, qui ressemble à s'y méprendre à une immense cour de prison dans un pays dont les températures estivales atteignent difficilement les 16 degrés.

Comme dans n'importe quelle capitale au monde – et même Pyongyang – les habitants fument beaucoup de weed. La plupart des dealers vendent tout ce qu'ils peuvent se procurer mais, généralement, le quartier autour de Ladbroke Grove est un repère pour trouver de la weed jamaïcaine tandis que South London est le royaume du haschich. De nombreux commerces vendent du cannabis sous le comptoir, mais je ne vais bien entendu pas révéler où ils se trouvent parce que je ne fais pas partie des stups.

Pour conclure, il faut rappeler que tout cela reste totalement illégal. Même si les videurs se contenteront généralement de balancer votre drogue par terre, les flics ont tout à fait le droit de vous arrêter et de vous fouiller.

Publicité

Revenir en haut

(Photo : Jake Lewis)

POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS

LES RACISTES DE LONDRES

Londres est un symbole de multiculturalisme réussi. Lors des récentes élections européennes, le score de l'UKIP – le parti europhobe et xénophobe britannique – a été inférieur à la moyenne nationale dans la capitale, alors que l'immigration y est très importante. Bien sûr, vous trouvez des idiots aux quatre coins de la Terre, et le meurtre en 2013 du soldat Lee Rigby par un fou furieux hurlant au djihad a renforcé l'extrême droite islamophobe. Depuis cet incident, une guerre souterraine a lieu entre les gros débiles de l'ancienne English Defense League – qui se réunissent maintenant sous la bannière « Britain First » – et les gros débiles de l'entourage d'Anjem Choudary, un imam fondamentaliste. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez regarder ce reportage.

Les partis nationalistes et xénophobes comme le British National Party et l'English Defense League ont très peu de résonance dans Londres, ville foncièrement multiculturelle. De temps à autre, les partisans d'une Angleterre dépourvue de gens basanés descendent dans la rue pour protester contre la présence d'épiceries pakistanaises dans la ville, et les anti-fascistes en font de même pour protester contre le présence de mecs qui protestent contre la présence d'épiciers pakistanais dans la ville. Ces manifestations se terminent généralement mal, la police londonienne essayant de dissuader les gens de transformer la rue en champ de bataille.

(Photo : Henry Langston)

Si les différentes cultures cohabitent assez bien dans Londres, cela ne veut pas dire que tous les gens sont égaux. Les diatribes racistes sont généralement réservées aux gens chelous qui prennent le métro ou aux supporters de foot un poil attardés, mais la police a tout de même tendance à cibler principalement les Noirs lors d'arrestations arbitraires. En fait, lorsque l'on observe la société britannique avec attention, on se rend compte que tous les postes clés sont trustés par des personnes blanches pourvues d'un pénis. Le seul endroit où ce n'est pas le cas est la ville de Tower Hamlets, dans laquelle le controversé maire Luftur Rahman favorise ouvertement les Bangladais.

Publicité

Ce flux d'immigrés a ironiquement contribué à créer une enclave de Polonais néo-nazis dans Londres. Ils se réunissent sous le nom de Zjednoczeni Emigranci Londyn (ce qui veut dire Émigrants Unis de Londres pour ceux qui ne maîtrisent pas la succession de consonnes dans un mot) et ils trainent dans Tottenham avec des t-shirts Blood & Honour. Ils se sont rendus célèbres récemment en foutant le bordel dans un festival pourtant familial, et ils ont même poignardé quelqu'un, ce qui est quand même complètement stupide. Malgré tout, ils sont facilement évitables et tout un tas d'anti-fascistes sont à leurs trousses.

Au-delà de ces affrontements stupides, la principale bataille actuellement à l'oeuvre dans Londres se cristallise autour du prix des loyers dans la ville, qui semblent adaptés aux membres de la noblesse britannique et aux banquiers véreux qui sévissent dans la City. De plus en plus de gens sont poussés hors de la ville et les squats ne sont même plus une solution comme dans les années 1960, car occuper illégalement le logement d'autrui est devenu un crime il y a deux ans de ça.

Revenir en haut

(Photo : Henry Langston)

POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS

LES MANIFESTATIONS

En 2010, Londres paraissait au bord de l’explosion sociale, mais les soubresauts ont rapidement disparu et les gens sont redevenus apathiques. Les étudiants mobilisés contre le projet du gouvernement d'augmenter les frais d'inscription ont enchaîné les manifestations et ont même pris d'assaut le QG du parti conservateur. Mais quelqu'un a failli tuer un flic avec un extincteur, ce qui a un peu calmé l'euphorie ambiante.

Publicité

Lorsque les manifestations ont pris fin, les commentateurs ont prétendu que ce mouvement aboutirait à une politisation de la jeunesse londonienne et à un changement profond dans la capitale. En fait, l'hiver a simplement découragé tout le monde et le gouvernement n'a absolument pas modifié son projet de loi. Les étudiants ont été balayés par le vent glacial qui sévit à Londres pendant l'hiver et tout le monde les considère de nouveau comme des potheads bruyants.

Actuellement, les manifestations se déroulent dans le calme et la police n'a pas besoin de charger avec ses chevaux. Même lorsque la situation dégénère, ce n'est rien en comparaison de nombreux autres pays d'Europe – pas de gaz lacrymogène ou de balles en caoutchouc qui énucléent des adolescents. Le maire, Boris Johnson, a simplement acheté des canons à eau de fabrication allemande – merci les gars ! – mais il n'a pas encore reçu l'autorisation pour les utiliser.

La vague d'émeutes qui a suivi le meurtre de Mark Duggan par un policier en 2011 a profondément marqué le pays. Certains ont interprété ces violences comme une critique envers les méthodes de la police londonienne, tandis que d'autres y ont vu une opportunité pour certains de mettre la ville à sac. Les peines ont été tellement sévères par la suite – 4 ans de prison pour des posts Facebook qui incitaient la population à se soulever – que cela a découragé toutes émeutes futures. Ce qui est sans doute positif pour tout le monde, sauf pour les journalistes.

Publicité

Revenir en haut

(Photo : Bruno Bayley)

OÙ MANGER

St John, Farringdon 
26 St John Street, EC1M 4AY
Au premier coup d'oeil, le menu ouvertement britannique du St John – qui inclut de la moelle et des reins d'animaux – peut dérouter. En fait, c'est l'un des meilleurs restaurants de la ville, ce qui se reflète sur les prix. Mais contrairement aux autres restos de Londres, vous aurez le droit de vous asseoir sur une chaise confortable et non sur un tabouret bancal, ça vaut donc le coup.
LIEN

Needoo Grill, Whitechapel
87 New Rd, E1 1HH
Un restaurant indien situé à Whitechapel et prénommé Tayyabs est devenu célèbre à Londres pour proposer les meilleurs plats au curry du pays. C'est pour cette raison que la queue y est impressionnante tous les jours de la semaine. Des petits malins ont donc eu l’idée d'ouvrir quelques mètres plus loin le Needoo Grill, qui est tout aussi bon mais qui ne vous obligera pas à attendre une heure sous la pluie. Le lieu est tenu par un ancien du Tayyabs, c'est donc une sorte de mini-version de l'original, véritable référence dans le monde du curry international.
LIEN

Bone Daddies, Soho
31 Peter St, W1F 0AR
Londres suit avec dévotion la trajectoire culinaire de la Big Apple, et les restaurants de ramens prolifèrent – la plupart sont situés dans Soho. Dans ce quartier, vous pourrez vous délecter d'udon au Koya, de ramens au Shoryu Go ou de plats coréens sur Tottenham Court Road. Bone Daddies, de son côté, sert les meilleurs bouillons, mais aussi des plats plus consistants comme du poulet frit à la japonaise ou du porc braisé. Ignorez simplement les chaises qui feraient fuir tout ostéopathe qui se respecte et l'ambiance sonore complètement plan-plan.
LIEN

Publicité

Negril, Brixton Hill
132 Brixton Hill, SW2 1RS
Reconnaissez-le : la nourriture épicée, ce n'est pas souvent une réussite. La plupart du temps, vous feriez mieux de demander à un Indien de vous taser plutôt que d'ingurgiter un truc qui va vous détruire de l'intérieur. Mais tout cela n'est pas une fatalité : rendez-vous au Negril, un restaurant jamaïcain situé sur Brixton Hill. Le lieu est génial et les serveurs ne ressemblent pas à des tueurs en série. Commandez la spécialité – du poulet avec du riz, des petits pois, du chou, de la salade, des beignets de poisson et des chips – et dégustez le tout avec une canette que vous avez rapporté vous-même pour rafraîchir votre gosier.
LIEN

Mangal 2, Dalston
4 Stoke Newington Rd, N16 8BH
Ce restaurant turc propose de la nourriture de qualité et Gilbert et George y mangent tous les soirs. Mais le plus important, c'est leur page Twitter. Exemple de tweets savoureux : « C'est la Gay Pride aujourd'hui. C'est aussi le début du Ramadan. Les musulmans gays doivent être aux anges, » ou encore : « Un type commande un plat à emporter avec un t-shirt des Mumford & Sons. Il était aussi con qu'on aurait pu l'imaginer. » Ou encore l'inoubliable : « Vous avez parfois envie d'un kebab juteux après une soirée en ville. Un vrai döner quand vous êtes bourré ? Ouais ? Eh bien, allez vous faire foutre. » Si vous en avez un jour marre de les suivre sur Twitter, c'est que votre vie ne vaut plus la peine d'être vécue.
LINK

Publicité

Silk Road, Camberwell
49 Camberwell Church St, SE5 8TR
Ce restaurant chinois de Camberwell est considéré comme l'un des meilleurs de la ville. Pourtant, l'endroit a l'air insalubre, ce qui peut décourager les néophytes. Ne vous attendez à de jolis nappes à carreaux ou à des serveurs qui parlent anglais. Tout ce que vous trouverez au Silk Road, c'est beaucoup de piment, des brochettes et de la Tsingtao – des choses essentielles, en gros. Et n'arrivez pas au dernier moment avec dix potes à vous, l'endroit est très couru. Petit conseil d'ami : un seul pied de porc suffira à nourrir tout un groupe.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Bruno Bayley)

CE QUE LES GENS MANGENT ICI

Petit-déjeuner anglais
Les Anglais ne sont pas célébrés pour leur nourriture, mais cela ne les empêche pas de mettre la misère à tout le monde au niveau du repas le plus important de la journée, j'ai nommé le petit-déjeuner. Des saucisses, du bacon, des haricots blancs à la tomate, des œufs et des toasts, accompagnés parfois de cakes à base de sang et d'un mug de thé pour faire passer la pilule à votre organisme. Vous pourrez dépenser des pounds à foison si vous désirez de l'originalité et des petits pains sans gluten, mais les vrais petits-déjeuners anglais sont disponibles au Regency dans Pimlico. Découvrez également son pendant dans l'East End, le E Pellicci, fréquenté par des architectes et d'autres types assez puissants. Si, par bonheur, vous avez une cuisine à votre disposition, passez par un Tesco et confectionnez votre petit-déjeuner vous même : on ne peut pas dire que ces aliments nécessitent des compétences gastronomiques incroyables.

Jerk Chicken
L'une des spécialités de la ville est composée de poulet marinée ou cuit au four. Prenez la direction du Yum Yum dans Ladbroke Grove, du Jerk City dans Soho ou du Negril – mentionné ci-dessus – pour apprécier toute la saveur d'un plat appartenant clairement à la catégorie « cuisine du monde ».

Publicité

Rôti du dimanche
L'un des piliers de la cuisine britannique : de la viande rôtie accompagnée de patates et de farce, servie avec des légumes, de la sauce et un pudding. Les pubs de Londres vous proposent ce plat pour 20 euros, ce qui est une arnaque totale étant donné qu'ils se contentent de mettre la viande au four. L'idéal est de vous faire inviter par une famille londonienne qui vous concoctera un rôti traditionnel susceptible de vous transporter au paradis des repas dominicaux et de la lecture du Sun. Heureusement pour vous, Londres est une ville accueillante : frappez à la porte de quelqu'un en prétendant être perdu et les Londoniens vous inviteront d'eux-mêmes.

Poulet Tikka masala
L'Inde et la Grande-Bretagne sont étroitement liés, des tragédies liées à l'Empire aux exportations durant la Révolution industrielle, de l'adoption du cricket par les Indiens jusqu'à l'adoption de la cuisine indienne par les Britanniques. Le poulet tikka masala est l'un des plats au curry les plus populaires dans le pays – il est rouge, crémeux, toisé du regard par les fondamentalistes de la cuisine moléculaire et a été inventé en Grande-Bretagne. Pour résumer, c'est un délice.

Les bagels de Brick Lane
Si vous êtes saoul et qu'il est trois heures du matin, vous finirez sans doute votre route dans un boui-boui dégueulasse qui propose de la nourriture difficilement ingérable. Peut-être choisirez-vous un kebab qui vous pourrira l'estomac, ou alors du poulet frit qui modifiera le pH de votre épiderme. Mais si vous êtes près de Brick Lane, vous pouvez oublier tout ça : vous aurez le devoir de vous rendre dans un des deux restaurants à bagels et de commander un sandwich à base de bœuf ou de saumon à la crème.

Publicité

Le kebab qui vous pourrira l'estomac ou alors le poulet frit qui modifiera le pH de votre épiderme
Parce que c'est quand même vachement bon.

Revenir en haut

(Photo : Jake Lewis)

OÙ BOIRE

Soho
Soho est un havre de paix qui résiste un peu mieux à la gentrification que le reste de la ville. Si vous voulez boire comme un ivrogne, les pubs Sam Smith's sont très présents dans le coin. C'est sans doute la dernière chaîne de brasseries indépendantes de Londres, alors si vous êtes fan de Heineken ou de Coca-Cola, passez votre chemin. En revanche, attendez vous à payer une somme ridicule pour de la très bonne bière. Si vous aimez les bars mal éclairés, allez au Glasshouse Stores. Si vous êtes du genre à socialiser avec les cyclistes lors d'un dimanche ensoleillé, allez plutôt au John Snow. The Cross Keys est le lieu de rendez-vous des francs-maçons obèses et ce pub est décoré avec des casques de chevaliers factices et autres trucs moches mais qu'on adore observer lorsque l'on boit une pinte bien méritée. Dernier conseil : évitez le créneau 17h – 19h, car les pubs sont remplis de midinettes insupportables et de workaholics dépressifs.
NB : S'il vous plaît, ne volez pas nos verres et ne vous droguez pas dans nos toilettes. LIEN

The Old Blue Last, Shoreditch
38 Great Eastern St, EC2A 3ES
Ce pub appartient à VICE, et c'est le meilleur pub du monde entier dans ce putain d'univers rempli de pubs pourris. Vous pourrez vous balader dans les trois étages de ce joyau situé sur l'emplacement du premier théâtre de Shakespeare. Le bâtiment est plus vieux que l'Amérique, abrite des concerts éclectiques (de Lil B jusqu'aux Arctic Monkeys), il y a un bar secret sur le toit et vous devriez venir nous voir, on serait ravi de vous accueillir comme il se doit.
LIEN

Publicité

The Holly Bush , Hampstead
22 Holly Mt, NW3 6SG
Au XIXème siècle, Hampstead était le repaire de Lord Byron et de John Keats. Au XXème siècle, Hampstead était le repère de Richard Burton et des joueurs d'Arsenal. Au XXIème, Hampstead est le repère de ploutocrates russes qui commandent des prostituées avec leurs iPads avant de laisser leur cadavre sous un pont lugubre. Malgré tout, rien n'est plus agréable que d'être ivre mort dans la rue la plus tranquille de Londres.
LIEN

(Photo : Bruno Bayley)

Queen's Head, Stockwell
144 Stockwell Road, SW9 9TQ
Fat White Family est le groupe le plus cool de Londres en ce moment, et c'est un peu leur repaire. Ils jouent là-bas, se bourrent la gueule et râlent sur les bobos qui sont en train de faire de Brixton le quartier des bars à champagne et du fromage AOC. Ils vont sûrement rager qu'on dévoile au monde entier l'adresse de ce qui constitue, en gros, leur chez-eux, mais il aurait été bête de ne pas mentionner un bar où on peut voir un chanteur faire l'hélicoptère avec sa bite avant de jeter sa pinte à la gueule du batteur.
LIEN

Clerkenwell
Bobos, épiceries de luxe et autres trucs que les gens aiment détester composent Clerkenwell ; mais ça n'en reste pas moins un des meilleurs coins pour trouver un bon pub. The Three Kings, par exemple, est très bien, et on peut prendre une pinte et aller la boire dans le jardin de l'église d'en face. Je pense que c'est interdit, mais personne ne m'a jamais empêché de le faire, donc bon. The Jerusalem Tavern a une bonne vibe XIVe siècle et dispose de sa propre brasserie – pas de Kronembourg pour vous les amis. Sinon, il y a The Gunmakers, The Betsey Trotwood, Ye Old Mitre… Il y en a trop pour tous les citer. Contentez-vous d'éviter The Crown – c'est un nid à branleurs.

Publicité

Frank’s Cafe, Peckham
95 Rye Lane, SE15 4ST
Ce café n'ouvre que l'été, ce qui est une bonne chose étant donné qu'il se trouve au sommet d'un parking à étages et qu'il aurait franchement l'air de rien en décembre. C'est aussi le seul bar/restaurant/galerie d'art de Londres à avoir une vue aussi imprenable sur la ville et les cocktails sont tous à moins de 10€, soit deux fois moins cher que dans n'importe quel autre rooftop londonien. Il faut juste penser à arriver tôt – les Londoniens y débarquent juste après le travail, ou après l'équivalent anglais des Chiffres et des lettres s'ils sont au chômage – parce qu'à 19h30, c'est déjà complet.
LIEN

New Cross
À première vue, rien d'intéressant le long de cette route où se côtoient kebabs et librairies chrétiennes. Mais en réalité, on y trouve des pubs assez cools. The Hobgoblin a une cour pour boire sa bière au soleil quand il y en a, et les étudiants en art et en sciences humaines y pullulent. Ça peut être une bonne ou une mauvaise chose – ça dépend de votre intérêt pour les discours sur l’inter-contextualité et la micro-ethnographie. Ah, et Shia LaBeouf y a déjà provoqué deux bastons. Si vous n'êtes toujours pas convaincu, on ne peut que vous rediriger vers le Royal Albert, pour la qualité de leurs bières et de leur bouffe typique de bistrot ; ou vers le Marquis of Granby : billard, pintes pas chères, et de vieux hommes avec qui s'engueuler.

Publicité

Clapton FC
The Old Spotted Dog Ground, 212 Upton Lane, Forest Gate, E7 9NP
Tout le monde aime le foot ici, mais la Premier League est un truc de riches. Pour pouvoir aller aux matchs, et s'éviter de devoir demander un prêt pour avoir une place, il est préférable de supporter des petits clubs amateurs. Et pourquoi pas en profiter pour monter un groupe de supporters anarcho-syndicalistes ? C'est ce qu'on fait ces fans du Clapton FC, ce qui a surpris les joueurs, qui n'avaient jamais vu d'anarchistes – ni de fans – avant ça.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Jamie Lee Curtis Taete)

OÙ DORMIR

Les gens qui vivent dans le centre de Londres ont parfois l'impression qu'ils vont se faire racketter des milliers de livres sur le seuil de leur porte. Cette phobie collective est tout sauf injustifiée, et elle porte même un nom : « loyer ». Du coup, pour éviter d'avoir des visites impromptues de leurs propriétaires, les Londoniens qui proposent leur logement sur AirBnB n'hésitent à proposer des prix très élevés. Les appartements sont rarement grands, mais au moins, vous avez la garantie d'avoir un Tesco en face de l'immeuble.

Les Australiens posent un léger problème ici. Ils sont un peu comme ce cousin un peu lourdingue qui parle fort et qui vomit en public ; sauf que là, ce sont nos auberges de jeunesse qu'ils remplissent de leurs fluides corporels. Les lits en dortoir sont donc un mauvais plan si vous avez l'intention de passer une nuit de sommeil réparateur, sauf si vous choisissez Palmers Lodge (24€ la nuit). Ils ont deux auberges, à Swiss Cottage et Hillspring, légèrement en périphérie de la ville, mais ils compensent par le fait que les lieux sont propres, calmes et équipés du WiFi.

Publicité

Plus au centre, Generator (12,5€ la nuit) se trouve juste à côté de Russel Square – le genre d'endroit où les Américains pensent que tous les Londoniens habitent, parce que c'est joli et qu'il y a plein de librairies. Mais on ne vit pas là, en vrai – on habite dans des préfabriqués à 10 kilomètres de là.

Si vous êtes prêt à payer pour un hôtel, Russell’s of Clapton (124€ la nuit) est le genre d'endroit à la fois élégant et bien pensé – on en attendait pas moins de la part du patron, un ancien producteur musical. En plus, c'est dans le nord-est de Londres, c'est-à-dire là où vit la majorité de l'équipe de VICE UK, ce qui vous donne donc une chance de venir nous faire chier en bloquant la queue à Tesco ou en nous demandant pourquoi on dit autant de mal de Game of Thrones. Ah, et vous pourrez peut-être choper le numéro de Clive Martin.

Si vous avez vraiment beaucoup d'argent, vous allez vous marrer à l'Ace Hotel (250€ la nuit). Les groupes qui jouent à Londres vont généralement là-bas et le club qui se trouve au sous-sol accueille des soirées Boiler Room ou Young Turks. Sur le site, ils se présentent comme un lieu destiné aux « créatifs de renom et aux artistes rebelles », mais même si nous ne sommes ni l'un ni l'autre, on a déjà réussi à rentrer.

Revenir en haut

(Photo : Jamie Lee Curtis Taete)

LE LONDRES LGBT

De nos jours, c'est à Vauxhall que tout se passe. Il y a suffisamment de clubs pour en trouver un à votre goût, et la vodka et le foutre coulent à flot (par cette formulation élégante, j'entends que les lesbiennes sont tout de même un peu moins bien servies que ces messieurs). Fire et Barcode sont des valeurs sûres pour ceux qui veulent danser et faire l'amour, mais vous pourrez aussi trouver des bars où les gens portent majoritairement du cuir, et d'autres avec des gens très poilus et très musclés. Tout dépend de vos préférences. Si vous avez juste envie de poire une pinte, The Royal Vauxhall Tavern est l'un des pubs gays les plus réputés de la ville. Si vous voulez sauter les étapes et passer directement au moment où les corps s'entremêlent, il y plusieurs saunas dans le coin où faire des rencontres. Mais sinon, ouais, Vauxhall est majoritairement destiné aux mecs.

Soho, en revanche, satisfera autant les filles que les mecs, et a longtemps été le paradis des gays de Londres. On y trouve plein de lieux où boire, danser ou draguer. Entre Brewer Street et Old Compton Street, on trouve les lieux les plus connus, dont le G-A-Y et le bar burlesque .Madame Jojo’s. Au G-A-Y, le vendredi et le samedi, on trouve les décors et les playlists les plus dingues de Londres, et on boit pour pas cher.

Publicité

Si les boîtes et les pubs gays de Soho vous paraissent trop mainstream, vous n'aurez qu'à aller à l'est de Londres pour trouver des alternatives sympas. The Joiners Arms est le genre de bar où vos semelles collent au sol, The George and Dragon est un pub anglais typique, à la différence près qu'il est rempli d'homos et de drag queens. Les deux se trouvent sur Hackney Road, et les deux ferment assez tôt : ensuite, on vous conseille East Bloc, où il y a plein de coins sombres et de l'EDM à fond.

Si vous êtes prêt à aller jusqu'à Dalston, Dalston Superstore et Vogue Fabrics organisent de très bonnes soirées. La population du premier est plutôt jeune et bien sapée, celle du second et indescriptible mais marrante. Il n'y a pas de portes aux toilettes. Les filles peuvent entrer, mais ce sont surtout les soirées lesbiennes du Superstore qui vont vous intéresser, mesdemoiselles : elles valent tout ce qui peut se passer à Soho.

De manière générale, les couples homos n'ont pas à s'inquiéter du regard des autres et peuvent s'afficher en public dans la plupart des quartiers. Malheureusement, il y a toujours quelques homophobes : il n'est donc pas à exclure qu'un abruti finisse par pour vous balancer une insulte un jour ou l'autre. Si ça arrive, vous pouvez néanmoins vous attendre à ce que tout le monde autour de vous se retourne vers lui, le fusille du regard, et vous tape dans le dos avec compassion. Les gens ici préfèrent largement les homosexuels aux homophobes.

Publicité

Revenir en haut

(Photo : Bruno Bayley)

OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ

Le British Museum
Great Russell Street, WC1B 3DG
Vous n'êtes pas sans savoir qu'à une époque lointaine, les Anglais dominaient le monde. Puis un jour, dans les années 1940, nous avons eu la grandeur d'esprit de renoncer à cet honneur. Mais nous ne sommes pas complètement idiots, on a gardé tous les meilleurs trucs acquis au cours de cet âge d'or. Venez donc déambuler au milieu de notre butin ! Émerveillez-vous à la vue des marbres d'Elgin (les Grecs peuvent se gratter pour les récupérer). Pourquoi aller en Égypte quand des momies se trouvent ici, à quelques centaines de mètres d'un McDo ? Et le meilleur : imaginez toutes les merveilles qui croupissent dans nos archives, parce qu'on n'a même pas assez de place pour tout exposer !
LIEN

Edgware Road
Elle accueille une importante communauté asiatique. Peu de bars, mais beaucoup de très bons restaurants. La plupart des établissements de la rue proposent aussi des chichas, et on y retrouve de riches héritiers originaires du moyen-orient qui socialisent où surfent sur leur iPad. Ces lieux restent ouverts jusqu'à tard, souvent 3 heures du matin, et sont donc parfaits si vous voulez vous coller un cancer des poumons parfum raisin tout en regardant des Lamborghinis passer. En plus, tout le monde y est très courtois et calme, ce qui vous changera des sorties de pubs.

Lincoln’s Inn Fields
Ce parc, qui se trouve juste à côté de la Cour Royale de Justice, accueille donc des avocats qui y mangent des sushis, mais aussi trois des meilleurs trucs de Londres : 1) le Hunterian Museum – où l'on trouve tout un tas de curiosités médicales comme des fœtus dans des bocaux, des squelettes et un système sanguin incrusté dans une table ; 2) Le musée Sir John Soane's – une collection privée d'artefacts venus du monde entier, exposés dans sa maison, comme des croquis de William Hogarth, des momies égyptiennes et des objets venus de la Rome Antique ; et 3) The Seven Stars, le meilleur pub pour boire un verre en plein jour, et pour peu que quelques avocats aient gagné un procès juste avant, vous aurez peut-être droit à un peu de champagne.

Publicité

Hampstead Heath
Un îlot de verdure en pleine ville. C'est donc en toute logique qu'on y retrouve les adolescents du nord de Londres qui veulent se défoncer. Il y a aussi moyen de faire l'amour dans un buisson avec des inconnus au casier judiciaire probablement rempli, si vous êtes du genre à aimer ça.

(Photo : Bruno Bayley)

Les canaux
Allez de Camden à Notting Hill, ou de Bow à Islington, ou de Little Venice à Brentford. Les canaux sont hors du temps, et grâce à la part croissante de la technologie dans la vie des gens, ils sont généralement peuplés uniquement de fans d'heroic fantasy qui s'y retrouvent pour boire des bières et se promener en barque, refusant de reconnaître que nous sommes entrés dans le 21ème siècle.

Les locaux de groupes politiques obscurs
Plus ils sont durs à trouver, plus ils sont cools. Des types qui ne pensent qu'à refiler le plus possible de leurs journaux socialistes sont probablement ennuyeux et restent à éviter. En revanche, les gens qui font partie d'un groupe au nom bizarre sont nécessairement plus marrants. Par exemple, les membres du Parti Imaginaire (je ne sais pas si leur existence a dépassé la sphère de Tumblr), avec leurs affiches incroyables, ne se contentent clairement pas de discuter en se caressant la barbe. Les antifas londoniens sont connus pour organiser des soirées décentes et réutilisent les bénéfices pour casser la gueule aux racistes, même si ça n'arrive pas souvent. Quant aux London Black Revolutionaries, ils versent du ciment sur les pics anti-mendiants et organisent des actions pour éviter le renvoi de sans-papiers. Ils sont cools. Allez à une manif, suivez ceux qui se dirigent vers un bar étudiant ensuite, et vous devriez pouvoir vous faire quelques amis intéressants.

(Photo : Luke Overin)

Gillett Square, Dalston
Le charme de Stoke Newington High Street a été noyé par une vague de Air Max, mais Gillett Square en a gardé quelque chose. C'est une aire piétonne avec un jazz club, quelques snacks et une atmosphère un peu instable. NTS Radio y émet depuis une cabane, et si vous êtes mignon(ne) vous pourrez peut-être réussir à rentrer et convaincre le DJ de vous laisser dire un truc à l'antenne. Sinon, allez-y avec des bières un jour où il fait beau (ce qui est la meilleure chose à faire à Londres, quel que soit le lieu, mais il fallait bien qu'on propose d'autres trucs à faire pour remplir ce guide).
LIEN

Publicité

Greenwich
L'endroit où, par définition, on est toujours à l'heure. Une fois que vous aurez épuisé votre réserve de blagues pourries sur les fuseaux horaires, vous pourrez profiter de la colline et des pubs.

Primitive London
73-75 Shacklewell Ln, London E8 2EB
Si vous aimez les jolies filles qui portent des vêtements sportswear issus d'obscures boutiques londoniennes et les mecs grands qui s'habillent tout en noir, allez-y. Cette boutique organise même des soirées de temps en temps. Ils vendaient des couilles de kangourous en collier pendant une époque, mais ça n'a pas très bien marché.
LIEN

Les librairies anarchistes Freedom, 84b Whitechapel High St, London E1 7QX / La Foire aux livres anarchiste
Les Anglais ne sont pas spécialement bons pour ce qui est de détruire le système, tout ça, mais ils savent en parler. Freedom est une librairie engagée, comme en témoignent les deux attaques à la bombe incendiaire qu'elle a subies. La foire aux livres anarchiste a lieu une fois par an à Londres et tous les anarchistes du royaume se retrouvent pour vendre des livres et des t-shirts à d'autres anarchistes. On pourrait croire que c'est convivial, mais il y en a toujours un pour ne pas être d'accord avec les autres. En tendant l'oreille, on peut entendre des choses intéressantes, comme des astuces pour ne pas se faire arrêter pendant une émeute. Évitez de prendre vous-mêmes la parole, histoire de pouvoir fuir si ça devient ennuyeux.

Publicité

L'institut d'Art Contemporain
The Mall, SW1Y 5AH
L'ICA n'est pas loin de Buckingham Palace. Après avoir vu les œuvres des patients d'une clinique psychiatrique costaricienne, ou je ne sais quelle exposition en cours, vous pourrez boire quelques verres au bar, voir un groupe jouer, puis rayer la maison de la Reine de votre liste des « trucs stupides mais qu'il faut avoir vu à Londres » sur le trajet du retour.

Royal Parks
Les jardins royaux sont la propriété de la Reine, tout comme les cygnes qui les peuplent. Ils sont donc fermés la nuit, mais ils sont vraiment très beaux. Regent's Park, Hyde Park, Green Park, Richmond Park – tous regorgent de roses et d'adolescents qui jouent torse nu entre des groupes de hippies qui roulent des joints et de quadragénaires qui pique-niquent.

Revenir en haut

(Photo : Jamie Lee Curtis Taete)

COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES

Si vous comptez rentrer tard, il est préférable d'avoir noté le numéro d'une agence de taxi et de les appeler pour qu'ils viennent vous chercher. En effet, il peut être vraiment pénible d'en trouver un autrement, sans parler du risque de tomber sur un taxi sans licence (ce qu'on appelle également « un mec dans une voiture »).

Franchement, Londres s'est gentrifiée au point de devenir vraiment très sûre, ce que nous apprécierons sans doute quand nous aurons des enfants (en partant du principe qu'on aura encore les moyens d'y vivre) – mais pour le moment, on peut trouver ça presque ennuyeux. Il y a bien sûr des crimes, comme partout ailleurs : vol de sacs, pickpockets…

Publicité

Il y a aussi des gangs, mais à moins d'en faire vous-même partie ou d'avoir pour projet de monter un trafic de cocaïne, vous n'avez pas grand chose à craindre. En même temps, on parle de la Grande-Bretagne, qui a vu naître Richard III, Henry VIII, Jack l'éventreur et le mec qui joue Joffrey Baratheon, alors on ne sait jamais sur quel monstre vous pouvez tomber.

Revenir en haut

(Photo : Jamie Lee Curtis Taete)

COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL

Personne n'aime les touristes qui marchent à deux à l'heure, mais il faut être un connard pour ne pas avoir un minimum d'empathie et comprendre qu'ils sont perdus dans cette ville chaotique. Je suis toujours impressionné par les touristes qui arrivent à trouver des Oyster Cards (nos Pass Navigo à nous) d'eux-mêmes. Bravo pour ça, bande d'escargots.

On ne va pas forcément vous en vouloir si vous finissez aspiré par le vortex touristique de Leicester Square, mais on préfère vous prévenir : quoi que ce soit que les gens font là-bas, n'y allez pas. Les bars sont nuls, les cinémas passent uniquement de mauvais blockbusters, et sinon, on y trouve juste une boutique M&M's qui veut des souvenirs débiles. Je crois qu'on a fait le tour. On doit aussi pouvoir y trouver des mecs qui vous font le portrait en dix minutes – mais sérieusement, vous devez bien avoir d'autres choses à faire en Angleterre, non ?

Les pires touristes, en tout cas, sont ceux qui viennent à Londres pour faire du shopping. Du putain de shopping. Quoi, on ne vend pas de vêtements dans votre ville ? Vous n'avez pas encore compris qu'Asos livre en France ? Ces touristes visitent alternativement : les boutiques abordables (celles où on trouve des vêtements qu'ils auraient très bien pu commander sur internet), et les boutiques de luxe, qui finissent par ressembler à des musées pour débiles mentaux. La Pierre de Rosette au British Museum ? On s'en fout, je viens de trouver une balle de tennis à 75€ à Harrods !

Publicité

Revenir en haut

(Photo : Tom Johnson)

QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER

Les banquiers
Personne n'aime les banquiers. C'est vrai aussi à Londres, à ceci près qu'avec la City, on en a vraiment beaucoup. Les pubs des environs regorgent donc de ce qui n'est autre que des hooligans de la finance en costume. On a un peu l'impression d'être à un match de Saint-Étienne dans les années 1970, sauf que les mecs se font de l'argent sur le dos de pays entiers, avant de racheter des appartements qu'ils louent ensuite au commun des mortels. Par ailleurs, et même si je n'ai aucune preuve pour étayer mon propos, je suis persuadé qu'ils fréquentent des sites où l'on donne des conseils pour draguer.

Les gens pieds-nus
On est à Londres, pas à la plage. Ça vaut aussi pour Paris. Vous êtes immunisé au tétanos ou vous aimez juste avoir l'air ridicule ?

Les héroïnomanes qui pensent avoir de bons goûts
Ça fait une décennie que les Libertines ont implosé dans un nuage de chapeaux et de désespoir, et pourtant il y a encore des types qui considèrent une seringue comme un accessoire à la mode. Sérieusement, cette merde a eu raison de Kurt Cobain, de Basquiat, de Chet Baker et de GG Allin. Elle aura aussi raison de vous.

Les comédiens
Les meilleurs humoristes du Royaume sont tous méga vieux, vu que les jeunes se contentent d'avoir des coupes de cheveux excentriques et de répéter des blagues qu'ils ont entendu au bar. Et pourtant, ils sont millionnaires, remplissent des salles immenses de connards décérébrés, et occupent plus de temps d'antenne sur la BBC que toutes les infos sur tous les conflits du monde réunies. Je les emmerde.

Publicité

Camden Town
Toutes les grandes villes ont un marché ou des vieux mecs vendent des posters de John Lennon et des t-shirts Vodka Connecting People, mais Camden Town est sûrement le seul à être nul au point d'avoir tenté de finir en cendres deux fois au cours de la dernière décennie. On y trouve donc des pyromanes et des adolescentes qui pensent être punks mais se feront refaire les seins dans 3 ans. C'est une machine qui permet aux parents de penser qu'ils ont raison à propos de la culture jeune. Les produits sont commerciaux, de mauvais goût, de mauvaise qualité, et tape-à-l'oeil. Passez votre chemin, marchez dix minutes et vous serez à Kentish Town, où vous pourrez aller dans n'importe lequel de ces pubs.

(Photo : Holly Lucas)

Kensington et Chelsea
Un quartier naze qui est devenu un quartier riche en l'espace de dix ans. Il y a 72 milliardaires à Londres et ils vivent tous ici. La plupart sont là parce que Londres a une aura cool pour les riches à l'étranger et parce que les impôts sont raisonnables, mais ce sont avant tout des gens qui s'ennuient et espèrent tomber sur Lily Allen au restaurant.

Les bars de l'O2 Arena
Vous échouerez peut-être un soir, à l'issue d'un enchaînement improbable d'événements, à l'O2 Arena. C'est le seul endroit où l'on peut voir les grosses, grosses stars en concert (Rihanna, Kate Bush, Prince, etc). Si vous vous retrouvez là-bas, j'ai deux choses à vous dire : 1) pardon si c'est si loin de tout et 2) n'arrivez pas trop tôt, en pensant manger sur place, au risque de vous retrouver avec un hamburger micro-ondé à 200€. Ah, et 3) le parking est grand. Si vous avez une voiture, vous aurez peut-être le sentiment que ça compense, qui sait ?

Publicité

Oxford Street
On y trouve les mêmes boutiques que partout ailleurs, mais deux fois plus chères et avec 45 fois plus de clients. Laissez tomber les musiciens de rue, ça ne vaut pas le coup.

Le centre commercial de Westfield
C'est comme Oxford Street, mais sur plusieurs étages – un peu comme l'Enfer de Dante.

(Photo : Joe Ridout)

The Strip
C'est le nom que tout le monde donne à la longue bande de bitume qui s'étend de Kingsland Road à Stoke Newington High Street, et c'est un vrai cauchemar. Ceci dit, vous y passerez forcément à un moment ou à un autre, alors je ne peux que vous souhaiter bon courage. Surtout si vous vous y retrouvez un week-end, au milieu de plein de junkies et d'étudiants qui dépensent tellement d'argent qu'ils arrivent à faire simultanément monter et baisser le prix de l'immobilier.

Le métro
Beaucoup de gens font cette erreur au début de faire confiance au métro londonien. Ça pourrait sembler être un bon moyen de se déplacer, mais y aller aux heures de pointe relève de la mission commando. C'est aussi un des seuls endroits de Grande-Bretagne où il fait chaud – très chaud. Le maire de Londres avait lancé un concours : il fallait trouver un moyen de faire en sorte qu'il y fasse plus frais l'été. Il n'y a pas eu de vainqueur ; le cerveau qui contenait l'idée gagnante s'est probablement desséché après que son propriétaire a pris le métro et a transpiré jusqu'à la mort. Les bus sont une bien meilleure idée, et si vous êtes dans le centre de Londres, autant marcher puisque rien n'est vraiment loin.

Upper Street
La pire rue du monde. Des grands magasins, des bourges qui claquent leur héritage dans des pâtisseries faussement bonnes, des pubs sans caractère et des restaurants hors de prix. Ça n'a pas toujours été comme ça, mais au fur et à mesure que Londres a grandi et que les transports ont mieux desservi le centre, Covent Garden s'est transformé en un quartier de merde et a bien été obligé de délester un peu de ses mauvaises vibes sur les rues environnantes. C'est Upper Street qui en a hérité,  et aujourd'hui, cette rue a autant de charme qu'une piste d'atterrissage.

Revenir en haut

(Photo : Joe Ridout)

QUELQUES TRUCS À SAVOIR

Pourboires
Les pourboires sont souvent indiqués dans l'addition, et ils vous sembleront probablement excessifs par rapport au service qui vous a été proposé. Mais vous ne pouvez rien y faire, à moins d'être prêt à gueuler sur un étudiant en master qui essaye comme il peut de payer son loyer. Quand le montant des pourboires n'est pas inclus, laissez environ 10% du prix du repas. Si votre serveuse a craché dans votre dessert ou vous a servi votre plat accompagné d'un « bon appétit, gros fils de pute », vous pouvez bien sûr laisser moins. Pour les taxis, arrondissez à la dizaine supérieure ; pas besoin de laisser de pourboires dans les bars. Personne ne le fait ici, et si vous faites ça parce que la serveuse est sexy, vous passerez juste pour un pervers.

Phrases utiles
Aggy Désigne quelqu'un d'agressif ou d'énervant.
Mate – Il vaut mieux être prévenu, ce n'est pas toujours amical. De même que Cunt peut être utilisé affectueusement, Mate peut très bien être dit par quelqu'un qui s'apprête à vous éclater sa pinte sur le nez.
Moist –  Si quelqu'un vous dit ça, c'est généralement qu'il est en train de vous traiter de tête de bite.
Allow – En gros, ça veut dire « don't ». Ne fais pas ça. Par exemple, quelqu'un vous pique une frite, et vous lui dites : Allow that !
Taking the piss – les Américains ont du mal à s'y faire, mais ça veut dire 1) se moquer de quelqu'un ; 2) que quelque chose est déraisonnable. Par exemple : « T'aurais pas 50£ pour me payer de la weed ? » Réponse : « That's a piss take, mate. »

Revenir en haut

UN PEU DE MUSIQUE LOCALE

Les autres équipes de VICE ont généralement choisi des morceaux de qualité discutable pour rigoler, mais on a préféré mettre de la bonne musique. Cette playlist résume assez bien ce qui se passe à Londres en ce moment.

Revenir en haut

NOTRE CARTE DE LA VILLE

Et voilà, je crois qu'on a tout résumé. On se retrouve au British Museum.

À toute,

– VICE UK

Revenir en haut

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe