FYI.

This story is over 5 years old.

Comment l'ancien batteur de Skid Row est devenu le roi du porno échangiste

Ce type a baisé avec les puissants, fait des plans à 3 avec une mère et sa fille et laissé le chien d'un top-model se taper son avant-bras.
15 juillet 2014, 11:45am
Phil Varone Skid Row

Photos - Vivid Entertainment

La vie de Phil Varone se résume en gros à deux choses : les bites et les baguettes. Il a d'abord été le batteur de Saigon Kick et des légendaires Skid Row, pendant les années 80 et 90. Après son départ de Skid Row, il a passé quelques années dans l'interzone réservé aux ex-célébrités de Los Angeles (et où les principales occupations consistent à tenter sa chance au stand-up et à participer à des talk-shows pour de l'argent) et y a erré pendant 3 ans, avant qu'il ne se décidé à tracer à Las Vegas, où il a enfin trouvé sa voie : le porno échangiste.

Le porno était un créneau tout trouvé pour Varone, qui déclare avoir couché avec plus de 3000 femmes durant sa carrière de musicien. Sa discrétion en la matière lui a également permis d'infiltrer les clubs échangistes de la haute société, où il a pu s'en donner à coeur joie avec les épouses de quelques uns des hommes les plus riches et puissants des États-Unis.

La seule différence entre le Varone rock star et le Varone porn star, c'est qu'aujourd'hui, il filme ses ébats et qu'il est payé pour ça. Présentateur et réalisateur de la série Vivid Entertainment 100 % Real Swingers, il est devenu LE coach de l'échangisme, prodiguant tout un tas de conseils aux couples branchés partouzes à travers les USA. Dans un épisode de la série, 100 % Real Swingers : Kentucky Old Glory, on le voit par exemple expliquer à quelques couples comment construire un glory hole (« Attention aux échardes ! ») avec l'assurance et la décontraction d'un moniteur de canoë-kayak.

100-Percent-Real-Swingers-Vivid

Car, bien que Varone ait participé à quelques talk-shows crapuleux (toujours en tant qu'acteur rémunéré), il n'a absolument rien du pervers déviant. Son histoire est juste un exemple parmi tant d'autres des détours que peut vous faire emprunter le Rêve Américain, en transformant une rock-star à qui il est arrivé de faire des plans à trois avec une mère et sa fille, en réalisateur de pornos échangistes.

Noisey : Comment t'es-tu retrouvé à travailler avec Vivid ?
Phil Varone : C'est moi qui suis allé les trouver. Je leur ai dit que j'avais pas mal de vidéos, des choses que j'avais tourné quand j'étais musicien. Ils m'ont expliqué qu'il était impossible de sortir ces images comme ça, qu'il fallait des autorisations, des certificats pour prouver que les filles n'étaient pas mineures, tous ces trucs administratifs chiants. Mais bon, du coup, ils m'ont proposé de réaliser un porno. Ce que j'ai fait. Après quoi ils m'ont proposé de filmer de vrais échangistes. Le souci avec les échangistes, c'est l'anonymat. La plupart y tiennent, c'est souvent la base même du truc. Mais j'ai fini par trouver quelques personnes qui étaient ok pour apparaître devant la caméra. Les tournages sont très spontanés, je suis obligé de pas mal improviser - parce que ce sont de vrais échangistes, pas des acteurs. Je fais toujours une petite apparition dans les vidéos, même si c'est toujours difficile de gérer la réalisation tout en baisant. Cela dit c'est un truc que j'ai appris à maîtriser avec les années.

Comment est-ce que tu trouves les échangistes qui apparaissent dans tes vidéos ?
Il faut savoir qu'il n'y a pas UNE sorte d'échangiste. Chaque couple a ses règles, ses préferences. Moi, je fais du porno, donc si un couple refuse de baiser avec un autre couple pour telle ou telle raison, je suis dans la merde. Une façon très simple de remédier à ce problème, c'est de caster des gens qui se connaissent et qui ont déjà baisé les uns avec les autres. Mais il ne faut jamais oublier que chaque couple a ses règles. J'ai donc rédigé un questionnaire que je leur demande de remplir avant chaque tournage. J'ai foiré un tournage une fois, j'ai retenu la leçon.

Il s'est passé quoi au juste ?
Ce qu'il s'est passé, c'est qu'un couple s'est désisté à la dernière minute et que j'ai du les remplacer par un autre couple. Sauf que personne ne voulait baiser avec eux. Tout le monde les trouvait dégueulasses. Donc, à partir de là, j'ai envoyé ce questionnaire à tous les couples que je castais. Il y a des règles à respecter également. Par exemple, les hommes ont parfois du mal à bander ou à éjaculer devant une caméra. Chez moi, s'il n'y a pas d'éjaculation, tu n'es pas payé. C'est la règle, et c'est écrit en toutes lettres sur le document que j'envoie à chaque couple.

Comment t'es-tu retrouvé à fréquenter la communauté échangiste ?
Ça a commencé avec ma femme. On était pas vraiment dans le truc, mais on avait quelques paotes avec qui on s'amusait de temps en temps, tu vois ? Et je me suis très vite rendu compte que j'aimais voir ma femme baiser avec un autre homme ou une autre femme.

Tu es branché cuckolding ?
Non, pas vraiment. Le cuckolding implique l'humilation du voyeur. Quand j'étais musicien, il m'est arrivé d'en faire. J'allais chez ces types hyper friqués, hyper puissants, qui vivaient dans des baraques immenses. C'était flippant parce que c'était le genre de mecs capable de me faire disparaître en un claquement de doigts. Et on faisait du cuckolding ou du cuckolding inversé. Je baisais leurs femmes pendant qu'elles humiliaient leur mari en leur balançant des trucs du genre : « Tu n'es qu'une merde ! Lui, c'est une rock star ! Sa bite est plus grosse que la tienne ! » Ou bien c'était leurs maris qui leur hurlaient dessus : « Sale pute ! Groupie de merde ! » Et moi j'étais là, au milieu de tout ça ! C'était des gens hyper connus, hyper riches. Mais je ne dirai jamais qui c'était. Ils pourraient me faire disparaître dans la seconde.

C'était le côté rock star qui les excitait ?
Oui, complètement. en tout cas, c'était la raison principale pour laquelle ils faisaient appel à moi. J'ai des tatouages, tout ça. Un truc marrant c'est qu'il y a une de ces femmes qui m'a dit un jour : « Je n'ai jamais couché avec l'un d'entre vous » Comme si on était une race à part entière ou un truc du genre.

Tu as eu des plans groupies particulièrement mémorables quand tu étais musicien ?
Le truc le plus mémorable, c'est forcément les plans à trois avec la mère et la fille ! Pour une raison que j'ignore ça m'est arrivé assez souvent, et tout particulièrement sur une tournée avec Poison où j'y ai eu droit pas moins de trois fois ! Ce truc, c'est presque une légende urbaine. Dans la vie de tous les jours, tu peux au mieux espérer te taper deux soeurs. Mais pour avoir la mère et sa fille en même temps, il faut jouer au Yankee Stadium. C'est le genre de trucs que tu ne peux partager qu'avec des gens comme Ozzy Osbourne. Je me souviens, une fois, il y a un roadie qui est venu voir Ozzy et qui lui a dit : « Hey, j'ai fait mon premier plan à 3 hier ! » Et Ozzy lui a répondu : « Ouais, moi aussi je me souviens de ma première bière »

Tu penses que l'échangisme peut améliorer une relation de couple ?
Non, l'échangisme ne peut rien améliorer. Il faut que le couple soit solide à la base. Si votre relation repose sur des principes de confiance et d'honnêteté très forts, vous pouvez y aller. Mais sinon, il vaut mieux éviter.

C'est quoi le plan le plus dingue qui te soit arrivé ?
Le plus dingue, c'était avec un top-model. Elle n'aimait que la sodomie. Je n'ai même pas vu à quoi ressemblait sa chatte ! Enfin bon, qui refuserait de sodomiser un top-model ? Mais c'est devenu un plan bizarre à cause de son chien. La fille avait un tout petit chien et on l'avait foutu dehors parce que c'était vraiment pas possible de baiser avec tous ces gémissements et ces aboiements, mais il a réussi à rentrer dans la chambre. Et il s'est mis à se frotter sur mon avant-bras pendant que j'étais en train de sodomiser cette fille ! Je me suis dit « Ok, si je vire le chien, il va se faire mal et la fille va m'en vouloir et me foutre dehors » Du coup, je l'ai laissé faire. Je voulais pas faire de mal à un animal et puis de toute façon, qu'est-ce que j'en avais à foutre qu'il se branle sur mon bras ? Au final j'ai éjaculé, il a éjaculé, tout le monde était content.

Wow. C'est quasiment de l'échangisme zoophile à ce niveau.
Si on veut. Mais je dois avouer que la drogue a pas mal joué sur ma décision de laisser ce chien venir se frotter à mon avant-bras. Sobre, je n'aurais peut être pas réagi de la même manière. En tout cas, quoi qu'il en soit, c'était chelou.

Ezra Marcus est sur Twitter - @ezra_marc

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.