Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Music by VICE

En avant pour la fête triste avec notre patrimoine cold wave hexagonal

Pour tous ceux qui feront ce qu'il faut faire ce soir : fermer les volets, se mater un film et haïr le monde.

par Sarah Mandois
21 Juin 2014, 1:30pm

Complot Bronswick (Photo: Richard Dumas)

A l'époque où une France insouciante en spandex brûlait le plancher sur « Nuit de Folie », « Le Jerk » et « Capitaine abandonné », des petits mecs décidaient de remettre le noir et les musiques froides au goût du jour, donnant à l'hexagone la scène la plus prolifique en matière de cold wave. Riffs austères, chants d'outre-tombe et mal-être général, les goules françaises d'inspiration Ruth et Asylum Party ont dominé l'Europe, indisposant quelque peu l'Angleterre de The Sound, maître en la matière.




BUNKERSTRASSE – « Mirror » (1987)
Précurseur de Modèle Martial et projet parallèle de L'Avis G821 (plus loin dans cette playlist), Bunkerstrasse chante la stupidité du monde sur une basse bien puissante.C'est tellement simple.




COMPLOT BRONSWICK – « Born in a Cage » (1985)
Ritournelle flippante (« petit arbre ne deviendra jamais grand, car les dieux en ont décidé autrement ») pour l'un des meilleurs groupes de cold-wave français. Complot Bronswick s'est également essayé à la mise en musique de poèmes du russe Vladimir Maïakovski, lors d'une performance en 1984, donnée à l'UBU, à Rennes. La texte en question s'appelle La flûte en colonne vertébrale (vous vous attendiez vraiment à autre chose?).




L'AVIS G821 – « Le Désert des tartares » (1991)
Paru sur la cassette En La Sainte Chappelle, L'Avis G821 a connu un succès tout à fait relatif, bien que formé par Krisitan D., membre fondateur de Bunkerstrasse et No Tears. Il en reste un unique exemplaire, en vente sur Discogs, pour la maudite somme de 85€ (mais les plus malins d'entre vous ont déjà le lien).




LOST DESERT – «Sunrise » (1989)
Au premier abord, moins sombre que les morceaux précédents, et presque plus oriental, « Sunrise » est présent sur l'une des meilleures cassettes en la matière : Mea Pulpa.




LITTLE NEMO – « Empty House » (1988)
Disque sorti par le label New Rose, Little Nemo tire son nom d'une BD dans laquelle un enfant voyage dans son sommeil, et est le groupe le plus mignon de cette sélection. C'est aussi l'un des rares groupes à encore tourner aujourd'hui, avec un EP sorti en 2014, Cadavre Exquis.




LUCIE CRIES – « Les Amants de Lucie »(1990)
Le texte, en français, est hyper symptomatique de ce qui se passait dans la tête des goules en fin de XXe siècle. Ce titre est aussi paru sur la compilation de 2007 Transmissions Continued.




MKB FRACTION PROVISOIRE – « European Death Winners » (1980)
MKB Fraction Provisoire fait plus de bruit qu'il ne chouine. Mené par F.J. Ossang, trublion devant l'éternel et cinéaste de talent, MKB est devenu l'un des groupes les plus barrés dans son genre, allant jusqu'à tenter une collaboration avec les punks fous de Lucrate Milk.




OTO – « Anyway » (1984)
Le morceau saccadé le plus connu de la formation nancéienne est sorti chez Les Disques du Soleil et de l'Acier, le label de Gérard N'Guyen (aussi producteur des Kas Product, fer de lance du mouvement). Pour ceux qui ne l'auraient pas encore, une réédition est sortie récemment sur le label parisien Mitzvah Records.


Sarah ne porte jamais de couleur. Elle n'est pas sur Twitter.
Tagged:
Music
FRANCE
Noisey
cold wave
fête de la musique
la fête triste