FYI.

This story is over 5 years old.

Waka Flocka Flame se lance dans la course à la Maison Blanche

Tremblez Hilary Clinton, Marco Rubio et Rand Paul : Waka arrive avec des réformes plein les poches.
23.4.15

Les chrétiens ont Noël, les juifs ont Youm Kippour, les musulmans ont l’Aïd et les stoners ont eux aussi leur jour saint chaque année : le 20 avril avec le fameux 420. La coutume veut qu’à 16h20 — oui, l’heure du gouter— tous les weedos du monde se rassemblent pour s’en allumer un.

Et en cette journée internationale du four twenty, il s’est passé pas mal de choses dans le rap game. On a eu ainsi droit, dans le désordre à l’arrestation des Migos, à un clip enfumé de B-Real (tôlier de la discipline), à un morceau de Rihanna sur les plantes vertes, un autre de Wiz Khalifa et Curren$y, à un freestyle enflammé de Juicy J, à des clichés Instagram en veux-tu en voilà, et à des playlists faites par Method Man et Willie Nelson. Accessoirement, la célèbre comédie de weedheads « Friday », qui a lancé la carrière d'Ice Cube au cinéma aux côtés de son pote Chris Tucker, célébrait également ses 20 ans.

Publicité

Mais le clou du spectacle, c'était ça : l’annonce qu’a fait Waka Flocka Flame lors d’une interview pour Rolling Stone.

Après un tweet peu sérieux en 2012, le rappeur d’Atlanta a tenu sa promesse et a annoncé officiellement sa candidature aux éléctions présidentielles américaines de 2016. Papier en main, il signe devant la caméra et annonce son entrée en lice dans la course à la Maison Blanche. C'est désormais officiel : Waka se vise le bureau ovale, pieds sur le bureau, blunt de « presidential kush » en main pour diriger le pays. Et comme il le dit en début de vidéo, sa première réforme serait de légaliser la weed dans tout le pays. Évidemment.

En plus de passer au vert, Juaquin James Malphurs (son vrai nom), souhaite également « bannir les chiens des restaurants et interdire aux personnes aux trop grands pieds de marcher dans la rue, les invitant plutôt à prendre les transports en commun. » Comme il le dit lui-même, « c'est l’éducation le plus important ». Et pour régler les problèmes en la matière, il souhaite faire étudier ses textes aux élèves pour qu’ils apprennent les vraies choses de la vie.

Pour ce qui est du Congrès, très simple : il s’en « bat les couilles de tous ces mecs en costards qui transpirent en permanence ». Niveau emploi, pas de soucis, Waka est là et annonce déjà quelques réformes dont une hausse du salaire minimum. Aucune annonce n'a encore été faite sur les droits des femmes pour l'instant.

Bien sûr, pour accomplir toutes ces tâches, Waka ne sera pas seul et il a désigné DJ Whoo Kid comme futur Vice-Président – l'intéresse n’avait ceci dit pas l’air au courant.

On ne sait pas vraiment si tout ça aboutira (SPOILER : il y a peu de chances). Quoiqu'il en soit, le hastag #WAKAFORAMERICA est lancé et Hillary Clinton, Marco Rubio et les autres n’ont plus qu’à bien se tenir car les soutiens affluent déjà dans tout le pays.

Salim Jawad soutient Waka Flocka sur Twitter.