FYI.

This story is over 5 years old.

Buzz Osborne est formel : « Montage Of Heck », le nouveau documentaire sur Kurt Cobain est « à 90 % bidon »

Le chanteur-guitariste des Melvins, ami d'enfance et mentor de Kurt Cobain, met sérieusement en doute la véracité du film de Brett Morgen.

On vous en parlé à plusieurs reprises et vous avez peut-être même pu assister à une des nombreuses avant-premières organisées à Paris, Nantes ou Bordeaux ces dernières semaines pour le présenter en France : Montage of Heck, le documentaire de Brett Morgen concerné à Kurt Cobain, s'est déjà largement fait remarquer cette année, grâce à sa mise en scène originale (mêlant archives, interviews et séquences animées), son approche particulièrement initime du personnage et ses nombreux documents inédits (vidéos, enregistrements, dessins). Très bien reçu par les critiques et les fans, le film a cependant été remis en cause ce week-end dans un article publié sur The Talkhouse, le site de Michael Azerrad, biographe de Kurt Cobain et auteur de l'indispensable Our Band Could Be Your Life. Le papier est signé Buzz Osborne, chanteur-guitariste des Melvins, ami d'enfance et mentor de Kurt Cobain - qui a toujours souligné l'influence qu'avaient eu les Melvins sur lui et sa musique - et il ne s'embarrasse pas de détours : « Tout d'abord, il faut que les gens sachent que 90 % de ce qui est dit dans ce film est bidon. Complètement bidon. Il y a un truc sur Cobain que beaucoup de gens ignorent ou oublient : ce mec n'avait pas son pareil pour vous mener en bateau. »

Publicité

Buzz met ensuite en doute la véracité de nombreuses anecdotes du film, à commencer par celle, introduite via une scéquence animée, où Cobain raconte qu'il a essayé de coucher avec une camarade de classe handicapée mentale et s'est senti tellement humilié qu'il a ensuite tenté de se suicider sur une voie de chemin de fer avoisinante : « Dans un endroit paumé comme celui où on habitait, ce genre de nouvelle aurait fait le tour du village en quelques heures. Ce n'est jamais arrivé. » Il revient également sur les fameux problèmes d'estomac de Kurt : « Il racontait ça pour que les gens lui foutent la paix et qu'il continue à se charger tranquilement. Bien sûr qu'il vomissait - c'est ce que font les gens quand ils sont gavés d'héroïne, ils vomissent. » Il a également beacoup à dire sur les diverses informations apportées par la veuve de Cobain, Courtney Love : « Dans tout ce que dit Courtney, il y a un fond de vérité, mais Dieu seul sait où il se niche. »

Selon Osborne, le problème de Montage of Heck est qu'il repose essentiellement sur les déclarations de Kurt lui-même, ce qui rend l'ensemble peu crédible. Si on demande à un type avec un sérieux problème de drogue, habitué à balancer n'importe quoi aux journalistes (au moment de la sortie de Nevermind, on se souvient par exemple qu'il avait indiqué que les membres du groupe s'étaient rencontrés en école d'art alors que c'était totalement faux, ce qui n'avait pas empêché l'information d'être reprise en masse par la presse) de raconter sa propre histoire, il y a en effet des chances pour que le résultat ne soit pas tout à fait authentique. Et pour un film souvent décrit comme le témoignange définitif sur le leader de Nirvana, c'est plus qu'un détail à prendre en compte : c'est un avertissement.