Publicité
Music by VICE

On vous met au défi de ne pas tomber raide dingue de Tommy Genesis

La rappeuse de Vancouver nous a parlé de sexe, de religion, des Melvins et de sa collection de T-shirts metal.

par Salim Jawad
23 Octobre 2016, 11:05am


Photo - Katrin Braga

Seizième tête à signer chez le label d'Atlanta Awful Records, Tommy Genesis est en train de mettre tout le monde d'accord. Après avoir émergé sur Soundcloud, elle a sorti Wolrd Division en 2015 et revient aujourd'hui avec World Division 2, le deuxième volet de sa trilogie. On a aussi pu découvrir il y a peu un de ses projets parallèles sur babby.daddi, un disque plus « poppy » comme elle le dit elle-même, réalisé avec Ye Ali et Wes Period. En plus d'être une artiste complète, qui sait composer, chanter, dessiner, cropper ses T-shirts, et même poser devant l'objectif, Tommy semble avoir la tête sur les épaules et être heureuse malgré le côté sombre et démoniaque qui règne dans sa musique.

On est allés rencontrer la rappeuse de Vancouver à qui on donnerait le bon dieu sans confession, même lorsqu'elle porte un tee shirt « Porn Addict ». On a évoqué ensemble ses dernier projets, le sexe inhérent à sa musique, son attrait pour la Bible et la poésie, la bande Awful Records et l'hégémonie d'Internet sur sa génération.

Noisey : Dans un seul de tes morceaux, on peut retrouver des touches pop, electro, voire mêmes des trucs un peu plus punk. J'en conclue que tu t'en fous des genres et des styles.
Tommy Genesis : J'ai toujours considéré la musique comme un support, un moyen d'expression qui dépend de mes humeurs. Je passe par différentes étapes comme dans ma vie : parfois je vais me sentir plus timide, à d'autres moments plus agressive, etc. Et ce sont toutes ces phases qui font ma musique. Ca se ressent encore plus quand c'est moi qui suis à l'origine des prods car lorsque je fais un beat, je sais déjà à quoi va ressembler le morceau, de quoi il va parler, les placements que je vais faire et l'atmosphère qui va régner dans le morceau. Je me fous des structures. Je préfère partir d'un truc déconstruit pour que ça change de ce que les gens ont l'habitude d'écouter. Vous verrez dans Wolrd Vision 2 et 3, je propose quelque chose de plus abstrait.

T'es une artiste complète : tu fais des prods, tu rappes, tu chantes, tu dessines, tu peins, et tu es aussi mannequin, quoi d'autre ?! Est-ce que le fait d'évoluer dans ces différents univers te permet d'être encore plus créative ?
Je suis assez fainéante en fait. Je travaille sur beaucoup de choses à la fois mais je passe quand même la plupart de mon temps à penser, quand beaucoup d'artistes se diraient « ah, il faut que j'écrive ce truc », eh bien moi non. Il est possible de créer à un moment précis et voulu, il est possible de penser à un moment précis et voulu, mais il est aussi possible de faire les deux en même temps et on en tire beaucoup plus de choses je pense. Mais moi je ne le fais pas, ça m'épuise. Je m'investis trop, et ensuite j'ai l'impression que ce que je fais est dépassé. J'aime chiller et enchaîner avec des périodes de création intensives pendant lesquelles je ne vais voir personne pour me concentrer sur ma musique.

Il y a quelque chose de très biblique dans ta musique. Tu peux nous expliquer d'où ça vient ? Tu es croyante ?
C'est difficile de répondre. Je pense que oui. En fait, je ne crois pas à toutes les théologies qui vont avec ; la rédemption quand on a fait quelques choses de « mal », etc. Sur le plan sexuel aussi, il faut se priver sur beaucoup de choses. Si Dieu existe, je suis sûre qu'il a beaucoup d'amour pour nous et je ne vois pas pourquoi il voudrait qu'on obéisse à toutes ces vieilles règles dont nous ne sommes pas à l'origine et qui n'ont aucun sens. Il y a beaucoup d'hypocrisie dans la Bible. Si j'y fais beaucoup de références, c'est que j'ai été élevée avec, donc quand je suis confronté à une situation, je la compare à une situation similaire qu'on trouve dans la Bible, ou à des choses que mes parents m'ont inculquées. Mais je ne suis pas quelqu'un qui va prêcher la religion. Je ne crois pas forcément aux histoires qu'elle raconte mais je trouve les métaphores intéressantes.

Ton rap est un mélange de MIA, de Lauryn Hill et aussi de Odd Future dans la déconstruction des sons. Tu saurais nous dire ce que tu fais vraiment ?
Oh, merci pour ces comparaisons. Je veux juste que ma musique soit vraie et authentique ! Je regarde et j'écoute toujours le MTV Unplugged de Lauryn Hill où elle chante tout simplement avec sa guitare. J'essaye de faire la même chose dans le rap. Je fais tous mes concerts sans backing de voix. Tout est live, ce que de moins en moins de rappeurs font. Ca a toujours été super important pour moi que les gens entendent du live en concert. Pour la comparaison avec MIA, je pense que c'est parce qu'il y a des couleurs un peu tropicales dans ma musique, c'est en ça qu'on peut m'identifier à elle.

Parlons un peu de ton style. Tu as l'air d'avoir une collection de T-shirts de metal assez incroyable !
[ Rires] Je ne sais pas, j'en ai tellement... Je suis dégoutée car quand j'ai fait mes bagages pour venir je n'ai pas pu tous les prendre. Je dois en avoir une vingtaine mais je ne les mets pas tous, j'ai des préférés. J'ai grandi et bossé dans une salle de concert où il y avait des concerts punk, rock et metal. Donc beaucoup des tops que j'ai, je les ai choppés quand des groupes venaient faire des concerts. J'en ai vu certains que je ne connaissais pas, que j'ai adoré et je suis ensuite allé acheter leur merch. Certains m'ont été donnés par des amis qui ont des groupes, d'autres pars des groupes plus connus. Un peu de tout.

Quels sont tes groupes préférés ?
Hmmm, je dirais les Melvins. Mais en même temps, je ne serais jamais là à dire « Mon groupe favori c'est les Melvins ! » Je n'y ai jamais réfléchi. Quand je suis énervée j'écoute les Melvins. C'est dans cet état d'esprit que j'aime les écouter.

Le sexe est quelque chose d'important pour toi, je me trompe ?
[ Sourire] Oui.

Des chercheurs ont montré que l'activité sexuelle rendait les gens plus intelligents. Toi ça te rend plus créative ?
[ Rires] Non. Enfin peut-être si, mais je ne me dis jamais qu'il me faut du sexe pour créer. C'est juste que j'aime ça ! [ Rires] Il y a beaucoup de sexualité dans ma musique car il faudrait que je travaille dur pour m'en passer. Ca fait partie de ces choses qu'on ne peut pas expliquer. Imagine un peintre qui aime le bleu et peint ses tableaux avec différents bleus. Si un jour on lui demande quel est son bleu favori, il ne pourra pas vraiment répondre, il aime juste le bleu, tu vois ? Et puis si je faisais l'impasse sur le sexe, ma musique sonnerait moins naturelle.

Pendant longtemps, le rap était dominé par les mecs, mais avec la nouvelle génération de rappeuses comme toi ou Litlle Simz, ou des plus établies comme Angel Haze, Azelia Banks ou encore MIA, tout semble en train de changer.
Ce qui est cool c'est que je n'ai jamais eu l'impression d'avoir été rabaissée du fait d'être une fille. On m'a toujours traitée normalement et personne ne m'a jamais dit que je n'y arriverai pas parce que j'étais une meuf. MIA ou même Grimes sont très connues aujourd'hui et n'ont jamais eu ce type de soucis non plus je pense. Après, c'est peut-être l'underground qui veut ça, pour celles qui sont dans le mainstream, c'est sûrement différent vu qu'elles ne contrôlent pas entièrement leur image, et peuvent avoir l'impression qu'on les prend pour des objets.

Parle-nous un peu de la scène de Vancouver. Il y a des artistes là-bas avec qui tu voudrais bosser ?
Hum... J'ai eu des groupes quand j'étais plus jeune, mais Vancouver est une ville qui m'isole sur le plan créatif. Je me sens accepté en tant qu'être humain, etc, mais sur le plan artistique c'est différent. Il y a des gens qui ont cru en moi mais n'ont jamais su ou pu m'apporter quelque chose sur le plan créatif et artistique. Le seul producteur de Vancouver avec qui j'ai travaillé est GODMODEGAME666, il a fait le beat de « Execute » et 50 % de « Shepherd » - Keith Charles s'est chargé du reste. J'ai l'impression que si tu fais de la musique à Vancouver et que tu vis à Vancouver, ta musique restera à Vancouver. Tout se ressemble un peu là-bas. Il y a pas mal de vibes indie il me semble. Je ne connais pas trop en fait…
Je fais ma musique et je n'ai jamais cherché à me connecter pour faire du son avec d'autres personnes. Ca vient comme ça.

Jorrdee, un rappeur français, lui aussi enfant d'internet, a dit que « la génération 90 était blasée car on lui donne tout ce qu'elle n'attend pas ». T'en penses quoi?
Personnellement je ne me sens pas blasée. Ce n'est pas mon genre. Si on me donne des choses dont je n'ai pas besoin, alors je ne les prends pas. Je ne suis pas dans la surconsommation. Pour moi c'est super important de suivre son instinct. Si tu veux vraiment quelque chose, alors il faut tout faire pour l'atteindre ! Personne ne le fera pour toi, donc on peut blâmer qui on veut, le gouvernement ou autre, mais tout part de l'individu.

Internet est-il le mal du siècle ?
Si c'est le cas alors je veux bien vvire dans le péché ! Si Internet est le mal du siècle, j'aimerais savoir quelle est la meilleur chose qui nous soit arrivée... Pour moi le diable c'est l'argent et l'humanité.

J'ai entendu dire que tu avais un blog sur la poésie...
[ Rires] Oui mais je ne me souviens pas du mot de passe ,ahah ! Par contre je me souviens du nom.

C'est quoi ?
[ Rires] Désolé, je le garde pour moi, c'est trop décalé et perso.

Quels sont tes poètes préférés ?
Sylvia Plath, hmm… ça fait longtemps que je ne me suis pas posé la question. A l'époque, j'en lisais beaucoup car mon premier mec était branché poésie à fond, donc je lui taxais ses livres pour les lire.

Et aujourd'hui ?
Je lis de la science-fiction. J'ai lu beaucoup de livres d'histoire car mon père adorait ça. Après, j'aime la poésie qui parle de choses de tous les jours, pas des trucs prétentieux avec trop d'images. Les seules lectures que j'aimais vraiment c'était Shakespeare quand j'étais plus jeune.

Tu connais des poètes français ?
Rimbaud. Après je ne sais pas si les traductions étaient vraiment parfaites en anglais.

Revenons à ta musique, aujourd'hui avec Awful tu es totalement libre ou il y a un directeur artistique qui te guide ?
Oui, je suis totalement libre. Tout le monde l'est ; c'est un label mais ça fonctionne plus comme un collectif. Tout le monde fait ce qu'il veut de sa musique. On s'entraide. On ne représente pas un arbre avec des branches qui poussent sur cet arbre, on est plus comme un jardin, tu vois ? Tu peux être un citronier, un oranger ou autre. Chacun fait son propre truc mais on évolue ensemble dans le même jardin.

J'ai lu que ton projet World Division allait être une trilogie. Il faut s'attendre à quoi avec la 2ème et la 3ème partie ?
World division 2 sera un peu plus poppy et joyeux. Je n'en étais pas très contente au début, mais maintenant si. Les tracks que j'ai produites sont très minimalistes et sombres. Pour les collabs, on est sur un truc plus club. Je ne dirais pas poppy en fait, mais plutôt un peu plus mainstream mais ça reste weird hein ! [ Rires] Et il y a des slows aussi. Pour World Division 3, je ne peux pas en dire plus, vous verrez par vous-mêmes.

Retrouvez Tommy Genesis au festival The Peacock Society le samedi 8 juillet.

Salim a ensuite proposé à Tommy d'aller voir un match de foot, on ne connaît pas la fin de l'histoire. Il est sur Twitter.

Tagged:
Music
vancouver
Canada
Features
Noisey
Interview
Metal
melvins
Awful Records
Tommy Genesis
poesie
T shirts
sexe
rappeuse
bible